Le Standard avait commencé le championnat par une défaite logique à Lokeren (2-1) où Johan Boskamp avait choisi d'évoluer en 4-5-1 suite à la blessure d' Igor De Camargo et la non-qualification de Sa Pinto. On peut dire que cette tactique n'a pas bien fonctionné et cela est dû en grande partie à la faible prestation des deux joueurs de flanc, Milan Jovanovic et Milan Rapaic. Mais il faut reconnaître que l'ensemble de l'équipe n'a pas joué à son véritable n...

Le Standard avait commencé le championnat par une défaite logique à Lokeren (2-1) où Johan Boskamp avait choisi d'évoluer en 4-5-1 suite à la blessure d' Igor De Camargo et la non-qualification de Sa Pinto. On peut dire que cette tactique n'a pas bien fonctionné et cela est dû en grande partie à la faible prestation des deux joueurs de flanc, Milan Jovanovic et Milan Rapaic. Mais il faut reconnaître que l'ensemble de l'équipe n'a pas joué à son véritable niveau, que la circulation de balle fut déficiente et que Serhiy Kovalenko était trop esseulé en pointe. Cependant, défensivement, c'est principalement sur phases arrêtées que le Standard a été mis en difficulté et c'est d'ailleurs sur deux actions de ce type que les Rouches ont encaissé leurs deux buts. Et on peut dire que l'organisation défensive des Liégeois dans ces moments de plus en plus importants ne fut pas parfaite. Le Standard s'organise en marquage individuel sur les corners défensifs, place un joueur au premier poteau ( Siramana Dembele) et un homme couvrant la position aux six mètres pour contrer les ballons courts ( Eric Deflandre.. Les prises en charge individuelles sont notées sur le schéma excepté celle de Jovanovic dont je n'ai pu identifier l'adversaire direct qui décroche vers le ballon. Il est à noter que Kovalenko en tant qu'attaquant doit défendre sur Olivier Doll et on remarque par son attitude sur cette phase qu'il manque de réflexe défensif et se fait surprendre (à l'image de Jared Borghetti contre Hernan Crespo à la Coupe du Monde dans le huitième de finale Mexique-Argentine) par le défenseur de Lokeren. De plus, Olivier Renard n'est pas blanc comme neige sur cette action en ne sortant pas alors que le ballon retombe largement dans son petit rectangle. Sur un coup franc s'assimilant à un corner rapproché, je suis pour le fait de s'organiser exactement comme sur coup de coin. Or, que constate-t-on sur ce but ? Le Standard place un petit mur de deux joueurs très souvent inutile, il n'y a personne au premier poteau et Eric Deflandre garde la même position aux 6 mètres. Karel Geraerts, qui marquait Killian Overmeire sur le premier but, reprend le rôle de Jovanovic qui se place maintenant dans le mur. Le buteur se retrouve tout seul mais aurait dû être pris en charge par Steven Defour qui s'écarte juste avant le botté plutôt que de rentrer vers l'intérieur et se positionner alors dans la trajectoire de la passe vers Overmeire. Il est également à noter que Kovalenko est au marquage de Hassan El Mouataz alors que sur le corner précédent qui a obligé Renard à détourner une reprise de Doll, il a permuté son marquage avec Rodrigo Costa par rapport au premier but. Cela fait donc trois prises en charge différentes de Kovalenko en trois phases arrêtées.par etienne delangre