"Je n'ai jamais perdu au Standard comme entraîneur : c'est une petite revanche par rapport à tous les buts que j'y ai encaissés comme gardien ".

Jacky Mathijssen buvait du petit lait vendredi soir dans les catacombes de Sclessin mais il n'était pas dupe. L'ancien gardien de but savait que ses Zèbres avaient remporté une victoire imméritée. Deux occasions, deux buts pour le Sporting. Une demi-douzaine d'occasions pour les Rouches et un but seulement...

Mathijssen louait la combativité de ses joueurs qui avaient il est vrai été présents dans les duels physiques ( Laurent Macquet enfonça l'entrejeu) mais également dans le débat balle au pied ( Toni Brogno affola à lui seul tout le flanc gauche du Standard). Si Charleroi joue avec le même état d'esprit toute la saison, il ne devra pas se soucier de son avenir en D1. D'autant qu'avec le temps qui passe, on se rapprochera du retour en défense de MustaphaSama et IbrahimKargbo, blessés.

Les Zèbres se débrouillèrent parfaitement avec les moyens du bord dans le grand derby wallon, mais le Standard joua nettement en dessous de son niveau. Le problème du Standard n'est pas qualitatif. Le niveau footballistique du noyau est le plus élevé depuis longtemps et la tendance est accentuée par l'arrivée de Sergio Conceiçao.

Le bât blesse au niveau de la construction, un mal récurrent à Sclessin. On ne comprend pas pourquoi le jeu des Rouches se résume depuis des mois et des mois à l'envoi de longs ballons depuis la défense vers le centre de l'attaque et rien d'autre. On exagère ? Jetez un coup d'£il sur le billard d'entraînement des Rouches : il ne porte aucune trace d'usure sur les côtés...

Blague à part, on n'a rien contre les équipes qui ambitionnent un jeu britannique pour exercer le plus de poids possible dans la surface de réparation adverse avec des ballons aériens. Mais qu'on n'oublie pas que les Britanniques jouent avec des ailiers qui dribblent et qui centrent. Que voulez-vous que des Sambegou Bangoura ou Alexandros Kaklamanos entreprennent dos au but, devant la surface de réparation avec des ballons fusant de l'arrière à hauteur d'homme ? Rien. Ils font chair à canon dans ce rôle. Pourtant, ce sont des centre-avants très efficaces s'ils sont employés dans leur registre.

Le Standard ne sera performant que s'il rééquilibre son jeu ; ce qui passera nécessairement par un jeu avec des ailiers. Et en positionnant tous les joueurs à leur meilleur poste. Un exemple parmi d'autres : Michel Garbini, aligné sur le flanc gauche de l'entrejeu, mais jouant en deuxième mi-temps derrière Gonzague Vandooren, Le Brésilien est un back, point. Une chose est sûre, les nouveaux arrivés au Standard sont choqués par la tournure des événements et les joueurs qui étaient déjà là deviennent impatients. Normal, ils sont frustrés de ne pas pouvoir montrer ce dont ils sont capables.

A propos d'ambiance qui tourne à l'aigre, c'est aussi le cas à Anderlecht mais pas pour les mêmes raisons. A Bruxelles, certains se plaignent que les nouveaux équipements serrent un peu au niveau du cou. On n'échappe pas au complexe Hollywood quand on est champion, que tous les regards se braquent sur vous et que la pression monte. Le sport, c'est aussi une question de dimension humaine, hein ! Au moment des J.O. il faudrait s'en souvenir. Surtout quand la devise du club est Mens sana in corpore sano.

Cela dit, il y a quand même une bonne nouvelle : samedi contre un St-Trond sémillant, Anderlecht a joué offensivement... en 4-3-3. Dame, quand vous alignez des Nenad Jestrovic, Aruna Dindane, Mbo Mpenza et Christian Whilhelmsson ensemble sur le terrain, il y a des chances que ça arrive.

Samedi, les Mauves n'ont pas été capables de maintenir un rythme élevé pendant tout un match parce que Besnik Hasi et Michal Zewlakow ratent trop de passes et brisent les courses folles du cuir au ras du gazon.

C'est un péché quand on veut s'imposer au niveau européen. D'autant que les Mauves peuvent certainement ambitionner une meilleure carburation. Comme le Standard...

John Baete

" Le terrain II du Standard est INTACT SUR LES CôTéS... Les maillots d'Anderlecht SERRENT AU COU "

"Je n'ai jamais perdu au Standard comme entraîneur : c'est une petite revanche par rapport à tous les buts que j'y ai encaissés comme gardien ". Jacky Mathijssen buvait du petit lait vendredi soir dans les catacombes de Sclessin mais il n'était pas dupe. L'ancien gardien de but savait que ses Zèbres avaient remporté une victoire imméritée. Deux occasions, deux buts pour le Sporting. Une demi-douzaine d'occasions pour les Rouches et un but seulement... Mathijssen louait la combativité de ses joueurs qui avaient il est vrai été présents dans les duels physiques ( Laurent Macquet enfonça l'entrejeu) mais également dans le débat balle au pied ( Toni Brogno affola à lui seul tout le flanc gauche du Standard). Si Charleroi joue avec le même état d'esprit toute la saison, il ne devra pas se soucier de son avenir en D1. D'autant qu'avec le temps qui passe, on se rapprochera du retour en défense de MustaphaSama et IbrahimKargbo, blessés. Les Zèbres se débrouillèrent parfaitement avec les moyens du bord dans le grand derby wallon, mais le Standard joua nettement en dessous de son niveau. Le problème du Standard n'est pas qualitatif. Le niveau footballistique du noyau est le plus élevé depuis longtemps et la tendance est accentuée par l'arrivée de Sergio Conceiçao. Le bât blesse au niveau de la construction, un mal récurrent à Sclessin. On ne comprend pas pourquoi le jeu des Rouches se résume depuis des mois et des mois à l'envoi de longs ballons depuis la défense vers le centre de l'attaque et rien d'autre. On exagère ? Jetez un coup d'£il sur le billard d'entraînement des Rouches : il ne porte aucune trace d'usure sur les côtés... Blague à part, on n'a rien contre les équipes qui ambitionnent un jeu britannique pour exercer le plus de poids possible dans la surface de réparation adverse avec des ballons aériens. Mais qu'on n'oublie pas que les Britanniques jouent avec des ailiers qui dribblent et qui centrent. Que voulez-vous que des Sambegou Bangoura ou Alexandros Kaklamanos entreprennent dos au but, devant la surface de réparation avec des ballons fusant de l'arrière à hauteur d'homme ? Rien. Ils font chair à canon dans ce rôle. Pourtant, ce sont des centre-avants très efficaces s'ils sont employés dans leur registre. Le Standard ne sera performant que s'il rééquilibre son jeu ; ce qui passera nécessairement par un jeu avec des ailiers. Et en positionnant tous les joueurs à leur meilleur poste. Un exemple parmi d'autres : Michel Garbini, aligné sur le flanc gauche de l'entrejeu, mais jouant en deuxième mi-temps derrière Gonzague Vandooren, Le Brésilien est un back, point. Une chose est sûre, les nouveaux arrivés au Standard sont choqués par la tournure des événements et les joueurs qui étaient déjà là deviennent impatients. Normal, ils sont frustrés de ne pas pouvoir montrer ce dont ils sont capables. A propos d'ambiance qui tourne à l'aigre, c'est aussi le cas à Anderlecht mais pas pour les mêmes raisons. A Bruxelles, certains se plaignent que les nouveaux équipements serrent un peu au niveau du cou. On n'échappe pas au complexe Hollywood quand on est champion, que tous les regards se braquent sur vous et que la pression monte. Le sport, c'est aussi une question de dimension humaine, hein ! Au moment des J.O. il faudrait s'en souvenir. Surtout quand la devise du club est Mens sana in corpore sano. Cela dit, il y a quand même une bonne nouvelle : samedi contre un St-Trond sémillant, Anderlecht a joué offensivement... en 4-3-3. Dame, quand vous alignez des Nenad Jestrovic, Aruna Dindane, Mbo Mpenza et Christian Whilhelmsson ensemble sur le terrain, il y a des chances que ça arrive. Samedi, les Mauves n'ont pas été capables de maintenir un rythme élevé pendant tout un match parce que Besnik Hasi et Michal Zewlakow ratent trop de passes et brisent les courses folles du cuir au ras du gazon. C'est un péché quand on veut s'imposer au niveau européen. D'autant que les Mauves peuvent certainement ambitionner une meilleure carburation. Comme le Standard... John Baete" Le terrain II du Standard est INTACT SUR LES CôTéS... Les maillots d'Anderlecht SERRENT AU COU "