Pas besoin d'être Milan, Barcelone ou Marseille pour avoir sa propre chaîne de télévision. Anderlecht lancera RSCA-TV dès le mois d'août tandis qu'à Charleroi, Sporting-TV est déjà une réalité depuis mars dernier.
...

Pas besoin d'être Milan, Barcelone ou Marseille pour avoir sa propre chaîne de télévision. Anderlecht lancera RSCA-TV dès le mois d'août tandis qu'à Charleroi, Sporting-TV est déjà une réalité depuis mars dernier. A Anderlecht, le projet est toujours à l'étude dans bien des domaines. On y verra sans doute plus clair à l'issue de l'émission zéro qui aura lieu en janvier. " La seule certitude, à l'heure actuelle, est que nous travaillerons en collaboration avec Belgacom TV ", explique Chris Lioen, le directeur commercial mauve. " Le club fournira l'information mais nous laisserons la technique et la production aux experts ". Le nombre d'heures d'émission n'est pas encore fixé, pas plus que le budget. " Nous préférons démarrer modestement et grandir ", détaille encore Lioen. " Notre but premier n'est pas de faire du bénéfice mais de communiquer avec nos sympathisants, de leur offrir des informations officielles mais aussi exclusives ". Reste qu'une telle émission coûte de l'argent. Pour compenser les frais, voire y gagner quelque chose, le Sporting a deux solutions : le pay per view et la publicité. " Ce sera sans doute l'un ou l'autre ", dit Lioen, qui n'envisage pas d'offrir la chaîne uniquement aux abonnés. " Parce que la fan card nous a permis de constater que notre potentiel sympathisants était d'environ 500.000 et qu'il serait dommage de restreindre l'information au seul cercle des abonnés ". A Charleroi, les données sont beaucoup plus concrètes puisque l'émission diffusée le week-end dernier sur Télésambre était déjà la septième du genre. " Nous avons débuté en mars sur la base d'un partenariat entre le Sporting, Télésambre et l'ASBL J'arrive, que je préside et qui s'occupe de la production ", explique Benoît Delbeque. L'émission mensuelle fait entre 26 et 52 m. Elle est diffusée à huit reprises au cours du week-end et les supporters qui habitent hors zone de captation de Télésambre peuvent acquérir le DVD. " La moitié du chiffre d'affaires des produits dérivés est versée au Sporting ", continue Delbeque. " C'est aussi ce qui nous permet de couvrir les frais de production, qui s'élèvent à 5000 euros ". Le succès est important puisque plus de 50.000 téléspectateurs regardent l'émission. " Cela a notamment joué un rôle dans la progression de 10 % du nombre d'abonnés au club ", dit Delbeque qui annonce, dès janvier, le lancement d'une émission-débat, mensuelle également. P. SINTZEN