Le mercato des Zèbres était bien planifié. Alors que la saison 2016-2017 n'était pas encore terminée, Mehdi Bayat évoquait déjà le programme de son été. L'administrateur délégué du Sporting annonce alors un marché plus agité que d'habitude dans le Pays Noir, car une injection de sang neuf était une condition inévitable pour lancer la cinquième année du projet carolo autour de la figure de Felice Mazzù, que l'homme fort de Charleroi ne comptait pas laisser filer à la concurrence.
...

Le mercato des Zèbres était bien planifié. Alors que la saison 2016-2017 n'était pas encore terminée, Mehdi Bayat évoquait déjà le programme de son été. L'administrateur délégué du Sporting annonce alors un marché plus agité que d'habitude dans le Pays Noir, car une injection de sang neuf était une condition inévitable pour lancer la cinquième année du projet carolo autour de la figure de Felice Mazzù, que l'homme fort de Charleroi ne comptait pas laisser filer à la concurrence. Le départ avorté de Clinton Mata pour Anderlecht a retardé certains dossiers du mercato zébré, tandis que celui de Damien Marcq n'avait pas été planifié. Le transfert surprenant du Français vers Gand explique que Marco Ilaimaharitra, dernière acquisition du Sporting carolo cet été, soit seulement arrivé en cours de stage. L'été rêvé de Mehdi Bayat avait donc pris quelques jours de retard, mais n'a pas empêché Mazzù de travailler très tôt avec un groupe déjà constitué, à l'heure où d'autres clubs étaient encore dans l'incertitude. C'est sans doute là aussi que réside la clé du départ parfait des Zèbres en championnat, le meilleur de leur histoire avec cinq victoires en autant de matches disputés. Le seul tracas du coach de Charleroi a finalement été la gestion quotidienne de joueurs ouvertement sur le départ, comme Francis N'Ganga et Clément Tainmont, qui n'ont jamais été repris dans la sélection lors de ces mois d'été, mais n'ont pas non plus été mis à l'écart du groupe pour les entraînements. Une décision sage avec le recul, puisque les deux hommes seront finalement carolos dans les mois qui viennent. N'Ganga devient même la doublure de NurioFortuna, puisque BenjaminBoulenger est prêté à Louvain. Loin des soucis des ténors malades du championnat, Charleroi a donc pu se reposer sur les bases tactiques et les " valeurs " chères à Felice Mazzù, mêlant une base très stable à une injection de sang frais bien dosée pour prendre une avance déjà importante dans la course aux play-offs 1. Son arrivée a suscité la surprise chez les supporters, rappelant à certains l'époque d'Abbas Bayat. Comment un Iranien s'exprimant péniblement dans un anglais balbutiant allait-il s'imposer dans le vestiaire d'un coach qui pèse toujours chacun de ses mots pour frapper ses joueurs en plein coeur ? La réponse est venue sur le terrain, où Rezaei s'est installé dès le troisième match, associé à David Pollet dans un 4-4-2 où sa générosité et ses appels tapent dans le mille. Malheureux devant le but en préparation, il s'est libéré avec son doublé face à Zulte Waregem. Sa présentation comme " international espoir portugais " prêtait à sourire, parce que le latéral gauche ne comptait qu'une sélection chez les U21, sans la moindre minute de jeu à son actif. Mais sur le terrain, Nurio Fortuna n'a plus fait rire personne. Débarqué de Braga via Chypre, où il avait évolué en prêt, il dynamite sans cesse un flanc gauche carolo qui pose des problèmes à toutes les équipes qui se présentent sur la route des Zèbres. Souvent dans le camp adverse sans négliger pour autant sa tâche défensive, il est déjà l'une des révélations de la Pro League. Revenu d'un prêt difficile à Toulouse après avoir été poliment congédié d'Anderlecht par René Weiler, le diamant brut de Neerpede s'est entouré différemment pour se concentrer sur la suite de sa carrière. Prêté avec option d'achat à Charleroi, il n'a pas mis longtemps à s'imposer dans le Pays Noir, en devenant immédiatement le tireur de phases arrêtées attitré, mais aussi le plus gros créateur d'occasion du onze zébré. Ses reconversions défensives parfois défaillantes et sa tendance à faire le dribble de trop l'exposent à la concurrence, mais avec lui aussi, Charleroi a visé juste. Débarqué avec la lourde tâche de remplacer Damien Marcq, considéré par beaucoup comme la pierre angulaire du football carolo depuis plusieurs saisons, l'ancien joueur de Sochaux a vu son intégration retardée par une blessure, qui l'a privé du début de championnat. Intégré au onze de base à l'occasion du match contre Anderlecht, il est très vite devenu difficile de l'imaginer sortir de l'équipe, tant sa complémentarité avec Diandy et son volume de jeu important au coeur du 4-4-2 de Mazzù sautent aux yeux. Si le jeu de Charleroi est devenu plus ambitieux, c'est aussi grâce à lui. Recruté en France pour gonfler les rangs d'un noyau espoirs qui peinait à proposer des joueurs au profil adéquat et aux qualités suffisantes pour convaincre Felice Mazzù, cet élégant défenseur gaucher a " profité " de la blessure de Steeven Willems pour pousser la porte du vestiaire des pros. La direction sportive zébrée ne désirant pas recruter un joueur confirmé, histoire de ne pas gonfler une concurrence déjà relevée au poste d'arrière central gauche, Julien Celestine a été promu en doublure de Dorian Dessoleil, au moins jusqu'au retour de Willems. Il attend désormais son heure.Amara Baby 2 Dodi Lukebakio 2 David Pollet 2 Kaveh Rezaei 2 Cristian Benavente 1 Dorian Dessoleil 1 Mata (Genk), Boulenger (OHL).Si le fait de voir Charleroi faire partie des meilleures défenses du Royaume, avec 4 buts encaissés, n'est plus vraiment une surprise, la verve offensive du Sporting étonne. Les Zèbres ont déjà trouvé le chemin des filets à 12 reprises en 5 matches, et s'installent ainsi sur le podium des meilleures attaques du pays. Il y a un an, Charleroi n'avait marqué que 6 buts à la fin du mois d'août.