Il y a dix jours encore, la piste était l'épicentre du cyclisme, à l'occasion des Six-Jours de Gand. Bien qu'à partir de vendredi, Berlin organise une manche de Coupe du monde importante en prévision de Tokyo 2020, la Belgique s'intéresse de nouveau moins au cyclisme sur piste, qu'il s'agisse du public, de la presse et des équipes professionnelles belges. À une exception.
...

Il y a dix jours encore, la piste était l'épicentre du cyclisme, à l'occasion des Six-Jours de Gand. Bien qu'à partir de vendredi, Berlin organise une manche de Coupe du monde importante en prévision de Tokyo 2020, la Belgique s'intéresse de nouveau moins au cyclisme sur piste, qu'il s'agisse du public, de la presse et des équipes professionnelles belges. À une exception. Sport Vlaanderen - Baloise est la seule formation de ce pays à investir systématiquement dans les pistiers et à leur offrir un encadrement stable. Ainsi, l'écurie du team manager et directeur de course Christophe Sercu a délégué cinq coureurs aux Six-Jours de Gand. Ce n'est pas un hasard si cette équipe, financée par les pouvoirs publics flamands, a choisi le cadre de cette course pour fêter, avec un peu d'avance, ses 25 ans. Parmi les invités de marque, Eddy Merckx, dont le nom orne les vélos depuis la fondation de l'équipe en 1994. À cette occasion, on a présenté un nouveau livre qui revient sur le quart de siècle de l'équipe, par le biais d'anecdotes et de portraits de personnalités. Cette riche histoire débute par une rencontre, due au pur hasard, dans l'ascenseur du bâtiment où le cabinet de l'ancienne ministre Leona Detiège était établi. Deux chapitres sont consacrés à la piste. L'équipe s'est initialement concentrée sur l'Australo-belge Matthew Gilmore et l'été dernier, à Glasgow, ses efforts ont permis à Kenny De Ketele et Robbe Ghys de remporter le titre européen en course par équipes. Ce qui est frappant à la lecture du palmarès situé à la fin de l'ouvrage, c'est que depuis quelques années, l'équipe récolte plus de succès sur piste que sur route. Ces trois dernières saisons, les coureurs de Walter Planckaert n'ont remporté qu'un seul succès dans une course professionnelle UCI, de première catégorie ou plus : une étape du Tour des Fjords l'année passée, grâce à Dries Van Gestel. Sport Vlaanderen n'a plus fourni de coureur au WorldTour depuis 2016. Il n'empêche : la deuxième équipe en ancienneté du pays s'appuie sur un riche passé. Il suffit pour s'en convaincre de lire le chapitre dans lequel les coureurs reviennent sur leur passage dans l'équipe. Oliver Naesen, Sep Vanmarcke, Yves Lampaert et Thomas De Gendt ne sont que quelques-uns des nombreux membres du peloton professionnel à avoir porté les couleurs de l'équipe formatrice flamande. Ils ne tarissent pas d'éloges sur l'ambiance unique qui régnait dans l'équipe. Victor Campenaerts la traduit parfaitement dans le livre : " Nous étions tous de jeunes Flamands, célibataires, sans enfant, presque tous du même âge, avec le même salaire... Cette égalité crée des liens qu'on ne trouve pas au sein des formations du WorldTour. "