Ça s'annonce pas beaucoup mieux cette nouvelle année. Je l'ai su dès le moment où j'ai topé dans la main de mon pote Math et que j'ai accepté sa proposition. Math est un de ces connards qui courent. Il court par toute saison, tous les matins, il fait l'équivalent du tour de la terre en trois ou quatre ans, ce qui me rend admiratif, bien que ce soit aussi complètement con. Notez que les gens qui courent disent qu'ils courent quand on leur demande s'ils font du sport. Il n'existe pas vraiment d'autre mot. Jogging étant un vêtement, marathon étant une distance qu'ils parcourent au mieux une fois l'an, le plus souvent jamais, et running les faisant passer pour des plus gros connards qu'ils ne sont déjà.
...

Ça s'annonce pas beaucoup mieux cette nouvelle année. Je l'ai su dès le moment où j'ai topé dans la main de mon pote Math et que j'ai accepté sa proposition. Math est un de ces connards qui courent. Il court par toute saison, tous les matins, il fait l'équivalent du tour de la terre en trois ou quatre ans, ce qui me rend admiratif, bien que ce soit aussi complètement con. Notez que les gens qui courent disent qu'ils courent quand on leur demande s'ils font du sport. Il n'existe pas vraiment d'autre mot. Jogging étant un vêtement, marathon étant une distance qu'ils parcourent au mieux une fois l'an, le plus souvent jamais, et running les faisant passer pour des plus gros connards qu'ils ne sont déjà. Les membres de la secte sont de plus en plus nombreux alors que, si je suis totalement franc et impitoyable, je peux établir que c'est le sport le plus simpliste et inutile de la planète. Longtemps pourtant, j'ai été confronté aux critiques concernant le sport-dieu, le nectar des rois, l'art du ballon rond, j'ai nommé: le football. Combien de fois ne m'a-t-on pas formulé qu'il était complètement stupide de "faire courir 22 blaireaux derrière un ballon"? Alors que nous, au moins, on courait derrière quelque chose. Mais aujourd'hui, comme tous ceux qui critiquaient le foot se sont trouvé une occupation avec le jogging/ je cours/running/marathon, on considère qu'il est de bon ton de faire le tour de son pâté de maison jusqu'à en avoir les genoux cagneux, les fesses creuses et le dos en vrac. Donc il est une heure du matin, c'est le réveillon, on vient d'abandonner la pire année, on commence à envisager 2022 avec moult espoirs et peu de masques, on fume une clope sur le balcon avec Math (qui a le luxe de fumer et de plier des marathons les doigts dans le nez), faut croire que j'ai déjà bu le verre de trop parce que je tope dans sa foutue main et je lui dis "OK, ouais, go, deal, à fond, chaud, d'office, faisons ça". Ça étant un putain de marathon au mois de mai. Je suis des leurs. Je ne le sais pas encore, mais je suis un connard qui court. Entre temps, les réseaux s'embrasent parce qu'on récompense Messi pour le Ballon d'Or, alors que les stats de Lewandowski. Puis les mêmes s'enflamment parce qu'on récompense les stats d' Onuachu plutôt que le talent de Lang. On continue à parler d'EURO et de Mondial tous les deux ans. On s'accommode d'avoir construit des stades sur des charniers au Qatar qu'on désertera après que deux rencontres s'y seront déroulées. Un joueur de Séville se prend une barre de fer dans la gueule, le capitaine adverse l'imite devant ses supporters et se croit drôle et/ou malin alors qu'il est pathétique et/ou demeuré. Les clubs ne veulent pas lâcher leurs joueurs africains pour la CAN car bon, ce n'est que l'Afrique quand même. Et en Angleterre, comme les clubs s'y voient finalement contraints, ils inventent des cas de Covid pour reporter les rencontres après la Coupe d'Afrique. Sorti de nulle part, Lukaku déclare son amour au club qu'il vient de quitter par amour du club qu'il vient de rejoindre. Puis il y a cet arbitre qui siffle la fin de Tunisie-Mali à la 86e puis encore à la 89e. Mais frérot, c'est une blague ou c'est la diarrhée? ! Et nous, en provinciale, on nous interdit de jouer des matches officiels, car le public. C'est bien connu, le public en P4, c'est le mur jaune de Dortmund. Championnat interrompu donc. Par contre, les matches amicaux, ça c'est cool. Car c'est bien connu, le virus est un supporter: il est moins agité quand l'enjeu est moindre. Mi-janvier, je suis allé courir onze kilomètres et je me suis fait chier comme un rat. Au moins j'ai eu le temps de réfléchir à tout ça. Et j'ai compris lequel des deux était le sport de cons. Mais qu'est-ce qu'on l'aime quand même. Allez, bonne nouvelle année de merde!