Je ne doute pas que les intenses cogitations de Bernard Jeunejean en vue d'améliorer les règles du foot soient le fruit d'une louable volonté d'amélioration mais je crains que son apport aux progrès de la science footeuse soit à tout le moins contestable. Prenons pour exemple deux de ses dernières marottes : la dimension des goals et le hors-jeu de position.
...

Je ne doute pas que les intenses cogitations de Bernard Jeunejean en vue d'améliorer les règles du foot soient le fruit d'une louable volonté d'amélioration mais je crains que son apport aux progrès de la science footeuse soit à tout le moins contestable. Prenons pour exemple deux de ses dernières marottes : la dimension des goals et le hors-jeu de position. Commençons par la taille des goals. Afin d'étayer sa thèse, il part du postulat que le spectacle du foot devrait être amélioré. Or, même si je concède que certains matches sont assez endormants, je me permets de faire remarquer qu'il n'y a jamais eu autant de monde pour regarder le foot, stade et télévision confondus, que ces dernières années et que ce succès ne se dément pas ou très peu. Alors, soit tous ces gens sont des veaux qui regardent le foot comme leurs mères regardent les trains, soit c'est qu'ils trouvent quand même plus ou moins leur compte dans le spectacle qui leur est offert. Ensuite, il postule que l'augmentation du nombre de buts qui résulterait immanquablement de l'agrandissement de la taille de la cage améliorerait la qualité du spectacle. Or, nombre de matches se terminant sur des scores étriqués proposent néanmoins un spectacle formidable. Ce qui détermine avant tout la qualité du spectacle c'est la volonté des deux équipes de jouer au football, d'aller de l'avant, leur niveau technique, l'intensité du match, le suspense et... pas le nombre de goals. Enfin, Ben avance de manière hasardeuse l'hypothèse qu'une amélioration du spectacle aurait une influence positive sur la violence. A ce sujet, je lui signale simplement que j'ai assisté récemment à un excellent spectacle lors du match Anderlecht-Cracovie et que cela n'a pas empêché les incidents qui ont d'ailleurs poussé la police à cheval et les autopompes à devoir entrer en action bien que ce ne fût pas relaté dans la presse. Passons maintenant au hors-jeu de position. Il suggère, ni plus ni moins, que le hors-jeu ne soit sifflé que lorsque l'attaquant a touché le ballon ce qui mettrait fin aux discussions à propos de l'influence sur le déroulement du jeu de la part du joueur se trouvant hors-jeu dit de position. Je crains malheureusement que cela ne ferait qu'ouvrir la porte à d'autres discussions du style : " Il l'a touchée ", " Non, je ne l'ai pas touchée d'ailleurs elle a pas dévié ".... Par ailleurs, je vois d'ici le gars planté devant le gardien adverse, et écarter les jambes au dernier moment pour laisser passer le ballon et surprendre le keeper. Et des coups tordus comme celui-là, je suis certain qu'en cherchant un peu on en trouverait 13 à la douzaine. Albert Masson, Bruxelles