Alan Haydock avait déjà été sollicité pour dresser le bilan de l'année écoulée. Il était alors en plein boum et avait livré son best of sous le titre " Moi, je reste ". Logique, pour un clubman. Il parlait de son meilleur match (contre Anderlecht, selon lui), du meilleur joueur de l'équipe (une hésitation entre Igor De Camargo et Steve Colpaert, mais qui se sont mis en évidence grâce au collectif) et du meilleur transfert réalisé (l'entraîneur ...

Alan Haydock avait déjà été sollicité pour dresser le bilan de l'année écoulée. Il était alors en plein boum et avait livré son best of sous le titre " Moi, je reste ". Logique, pour un clubman. Il parlait de son meilleur match (contre Anderlecht, selon lui), du meilleur joueur de l'équipe (une hésitation entre Igor De Camargo et Steve Colpaert, mais qui se sont mis en évidence grâce au collectif) et du meilleur transfert réalisé (l'entraîneur AlbertCartier, sans aucun doute dans ce cas). Nicolas Frutos venait de débarquer à Anderlecht. On ignorait encore qu'il allait jouer un rôle majeur dans la conquête du titre. Sans points de repère en Belgique, il s'était surtout évertué à décrire sa carrière argentine qui l'avait mené de l'Union Santa Fé à Independiente, en passant par San Lorenzo et Gimnasia y Esgrima, ainsi que de sa première expérience européenne, qui s'était soldée par un échec à Las Palmas. Il expliquait également qu'il avait tenu à rejoindre la Belgique longtemps à l'avance, pour mieux s'acclimater. On ne se doutait pas encore que son intégration serait aussi parfaite. L'arrêtBosman avait dix ans, en décembre 2005. Dans le cadre d'un dossier sur le sujet, l'avocat Luc Missons'était longuement exprimé dans nos colonnes . " Que le Standard joue avec dix Belges ou dix étrangers, cela m'est égal ", déclarait-il. " Il y a d'abord des hommes sur le terrain. Quand je vois Beveren à l'£uvre, je suis ravi tellement c'est beau. Ayant des enfants vietnamiens, je suis probablement plus sensible que d'autres au sort des enfants de couleur ". Leipzig accueillait le tirage au sort de la Coupe du Monde et Sport/ FootMagazine s'y était rendu. Les Diables Rouges ne figuraient, hélas, dans aucune des urnes. Rien n'a vraiment changé, depuis lors. Michel Preud'homme avait également fait l'objet d'une longue interview. Il était, à l'époque, le président de la Commission technique et préparait la succession d' AiméAnthuenis. RenéVandereycken, Jean-François de Sart, Walter Meeuws et JackyMathijssen étaient cités. " Il faut choisir au plus vite l'entraîneur idéal ", déclarait Preud'homme. La succession de Jan Peeters au poste de président de la fédération était aussi à l'ordre du jour. " Pour le Standard, Roger Vanden Stock serait un bon président ", affirmait-il encore. On sait ce qu'il en est advenu. Lesrévélations du premier tour avaient, comme dans ce numéro-ci, été mises en épingle. A l'époque, elles se nommaient Mémé Tchité, Hakim Bouchouari, Jaja Coelho, François Sterchele et Salou Ibrahim.