Un sur six. Un match nul contre la Slovénie et une défaite en France. Tel était le bilan de Roberto Donadoni samedi. Le sélectionneur n'avait pas le choix : il devait remporter ses deux prochains matches, d'abord à domicile contre l'Ukraine puis, ce mercredi soir en Géorgie. L'ancien joueur de l'AC Milan peut compter sur l'expérience de quelques champions du monde : 19 sur 23 joueurs. Seul Francesco Totti a tenu ...

Un sur six. Un match nul contre la Slovénie et une défaite en France. Tel était le bilan de Roberto Donadoni samedi. Le sélectionneur n'avait pas le choix : il devait remporter ses deux prochains matches, d'abord à domicile contre l'Ukraine puis, ce mercredi soir en Géorgie. L'ancien joueur de l'AC Milan peut compter sur l'expérience de quelques champions du monde : 19 sur 23 joueurs. Seul Francesco Totti a tenu bon et ne se remettra à la disposition de l'équipe nationale qu'en 2007. Par rapport au dernier match, Donadoni a appelé Alessandro Del Piero et Luca Toni, qu'il avait laissés à la maison alors que les deux joueurs avaient clamé leur désir d'être repris. Alessandro Nesta, Marco Materazzi, Mauro Camoranesi et Vincenzo Iaquinta ont également retrouvé l'équipe pour la première fois depuis le Mondial. Par contre, Donadoni n'a pas sélectionné Antonio Cassano, qui fait banquette au Real, ni Alberto Gilardino, qui n'est pas en forme à Milan. Ces deux footballeurs avaient été repris pour les deux premières joutes de la campagne. Gilardino avait marqué contre la France mais Cassano avait été pâle. Cette fois, les internationaux italiens avaient plus de matches dans les jambes : lors des deux premiers rendez-vous, le championnat d'Italie n'avait pas encore repris ses droits. Donadoni a réussi le premier volet de sa mission en battant l'Ukraine. Il a procédé en 4-3-3 avec Del Piero dans le onze de base. En première mi-temps, le gardien Gianluigi Buffon (un des trois joueurs de la Juventus, rétrogradée en Série B, avec Del Piero et Camoranesi) a protégé ses filets. A vingt minutes du terme, Massimo Oddo (Lazio) a ouvert la marque sur penalty pour une faute sur Toni, qui a doublé le score : 2-0. S'il gagne le match de ce soir, le sélectionneur italien se défera de la pression et se replacera pour la qualification pour l'EURO 2008. Le quadruple champion du monde, que seul le Brésil surpasse au nombre de titres, a un bilan étonnamment maigre en championnat d'Europe : il ne s'est adjugé ce titre qu'en 1968. La Squadra a atteint les demi-finales vingt ans plus tard, en 1988, et la finale en 2000. Alors qu'elle s'était imposée au Mondial 1982, l'Italie n'était pas parvenue à se qualifier pour le tournoi français de 1984. G. FOUTRÉ