Les chiffres parlent d'eux-mêmes et ils ne sont pas bons. Le Standard a un problème de défense, c'est certain. 36 buts encaissés en 26 matches (contre 19 en 34 matches lors de la saison 2007-2008 et 26 buts lors de la saison suivante). Même lors de la funeste saison dernière, à pareille époque, le Standard n'en avait encaissé que 29 ! En cause : des blessures, une défense trop jeune, un manque d'automatismes et des changements trop fréquents. Dans cette panade défensive, un seul homme semblait tirer courageusement son épingle du jeu. Arrivé en juillet de Bruges, Laurent Ciman, ballotté de l'axe à l'arrière droit, a séduit les supporters. A Gand, cependant, il est passé à travers, souffrant tellement face à l'Ivoirien Yaya Soumahoro que son entraîneur préféra le retirer à la mi-temps. Pour Sport/Foot Magazine, il revient sur sa saison personnelle et les carences de l'arrière-garde de Sclessin.
...

Les chiffres parlent d'eux-mêmes et ils ne sont pas bons. Le Standard a un problème de défense, c'est certain. 36 buts encaissés en 26 matches (contre 19 en 34 matches lors de la saison 2007-2008 et 26 buts lors de la saison suivante). Même lors de la funeste saison dernière, à pareille époque, le Standard n'en avait encaissé que 29 ! En cause : des blessures, une défense trop jeune, un manque d'automatismes et des changements trop fréquents. Dans cette panade défensive, un seul homme semblait tirer courageusement son épingle du jeu. Arrivé en juillet de Bruges, Laurent Ciman, ballotté de l'axe à l'arrière droit, a séduit les supporters. A Gand, cependant, il est passé à travers, souffrant tellement face à l'Ivoirien Yaya Soumahoro que son entraîneur préféra le retirer à la mi-temps. Pour Sport/Foot Magazine, il revient sur sa saison personnelle et les carences de l'arrière-garde de Sclessin. Laurent Ciman : On manque d'efficacité. C'est vrai que c'est facile à dire. Les attaquants peuvent, eux, rétorquer en disant que nous, on prend des buts. Pour résumer : de un, on ne garde pas le zéro derrière et de deux, on n'arrive pas être efficace devant. Je ne sais pas mais on ne doit pas être top, hein ? Ce n'est pas suffisant pour un candidat aux PO1. Non. Anderlecht arrive à ne pas encaisser. Sa défense possède des automatismes et joue ensemble depuis plusieurs saisons. Nous, on a connu beaucoup de blessures et on a dû bouger la défense à de nombreuses reprises. Or, qui dit changement, dit manque d'organisation, de communication... C'est difficile à dire. Moi, j'ai une grande gueule et j'essaye de communiquer un maximum. Eliaquim Mangala parle également de plus en plus. Mais c'est vrai qu'on dispose de joueurs un peu timides et un peu... jeunes. Il faut leur laisser le temps de grandir. Malheureusement, on n'en a pas. Non, je crois qu'il avait plutôt un malaise vis-à-vis de la direction ou du Standard. Pas vis-à-vis du groupe. C'était sa décision personnelle. Ce n'est pas à moi de le dire. Le staff technique est assez cohérent pour prendre ces décisions. Si transferts il y a, il y aura concurrence et à nous de faire en sorte que cette concurrence soit saine. Non. On n'a pas d'excuses mais Eric Van Meir l'a expliqué récemment en disant qu'on payait le fait d'avoir joué en Coupe d'Europe et d'avoir, de ce fait, perdu toute l'ossature de l'équipe. On n'a plus de joueurs capables de faire la différence à tout moment. Comme Mbark Boussoufa ou Ronald Vargas. Cette année, il faut agir en groupe et ne plus compter sur les individualités comme le Standard avait pris l'habitude de le faire dans les moments délicats, avec des Jovanovic ou Mbokani. Cependant, il ne faut pas chercher plus d'excuses : quand on regarde notre match contre Genk, on doit reconnaître qu'on n'a pas été bons. Il faut donc se battre tant que, mathématiquement, c'est encore possible. Oui. On a une équipe du top 6, facile ! On doit donc retrousser nos manches. On a des joueurs qui sont forts techniquement mais il ne faut pas abuser de ces gestes techniques. Il faut savoir faire le bon choix et arrêter de prendre des buts gags. Jouer plus sobrement et être plus concentré. Contre Genk et à Gand, on a failli dans l'organisation, pourtant parfaite depuis le retour du stage. Je ne pense pas. Le club a été sacré deux ans d'affilée. Tant mieux mais c'est du passé. Les objectifs de cette saison étaient clairs : faire partie du top-6 et aller le plus loin possible en Coupe. Non, on attend plus du Standard. On doit être plus haut ! Je ne l'espère pas car on a besoin d'eux. C'est une force et c'est l'image du club. On a les meilleurs supporters de Belgique ! Il y a toujours eu un hic entre les supporters et l'entraîneur. Le contentieux date. Et quand ça ne tourne pas rond, cela remonte à la surface. Nous, on est derrière le staff ! Non. Il a peut-être un crédit que d'autres n'auraient pas eu, mais il ne faut pas toujours remettre la faute sur le coach. Il a mis en place une équipe et il y a des consignes à respecter. Quand on analyse les matches en vidéo, on voit que nous n'avons pas respecté ses consignes. Ce n'est pas lui qui a demandé de balancer des longs ballons devant sur Tchité, contre Genk ! Dans cette rencontre, il y avait un manque d'appels sans ballon et de courses gratuites. Or, il avait insisté sur ce point. Parfois, on est aussi trop statique alors que l'entraîneur demande pourtant beaucoup de mouvement. La rage. C'est sa qualité première. Si, mais Jelle a vraiment le caractère propre au Standard. Il va jusqu'au bout, il gagne ses duels de la tête. Cela ne peut que nous faire du bien ! Je suis là pour aider l'équipe. Je joue où le coach me dit de jouer mais le Standard m'a transféré pour être back droit. On a eu des problèmes dans l'axe et j'ai été appelé à cette position... Oui et non. J'avais très bien commencé la saison au poste d'arrière droit. A Courtrai, je restais sur une saison pleine au back droit et Leekens était satisfait ; il m'a repris avec les Diables... Je pense que l'entraîneur n'a pas eu trop le choix, vu l'accumulation de blessures. Il n'avait pas beaucoup de solutions et il a fait avec le groupe qu'il avait à sa disposition. Maintenant, je retrouve petit à petit le poste d'arrière droit. C'est le poste auquel j'ai envie de m'épanouir et de progresser. Exact. J'ai aligné deux bons matches, en Russie et contre la Finlande, et j'espère encore apprendre beaucoup de choses en équipe nationale où je côtoie des éléments qui évoluent dans les meilleurs championnats étrangers. Non, jamais. En aucun cas je ne me permettrais de parler de cela. Si l'entraîneur trouve que je suis meilleur dans l'axe, j'irai jouer là. C'est plus facile de communiquer et de diriger les personnes dans l'axe. Il faut avoir plus de communication dans l'axe... ( Il rigole) et me mettre où on juge bon de me mettre. Kanu fait de bons matches et quand il parlera français, ce sera bénéfique pour toute la défense. Ce n'est pas un dilemme car pour moi, les choses sont claires. Je suis venu ici pour jouer à droite. J'ai évolué dans l'axe car il n'y avait pas de solutions mais si le club a transféré des défenseurs axiaux, c'est qu'il a une idée derrière la tête. Oui, il est bon. J'ai rempli mes objectifs de début de saison mais je ne veux pas m'arrêter là. Je veux continuer à progresser. J'ai fléchi en fin de premier tour avant de revenir à un bon niveau, malgré mon mauvais match à Gand. Je trouve que j'atteins une certaine constance, ce que je n'avais pas dans le passé. Non. Une fois parti de Bruges, il a fallu un petit temps avant de me remettre dans le droit chemin et croire en moi. Mais avec Leekens, cela a pris rapidement. Une fois l'étape Courtrai franchie, je n'avais plus aucun doute sur mes capacités. Je me suis vite adapté au Standard et j'ai vite été intégré par les piliers du groupe. Et puis, j'ai presté rapidement ; mes matches étaient bons. Je me situais simplement dans la continuité de ce que j'avais fait à Courtrai. Comme je suis en confiance, j'essaye des choses que je n'osais pas auparavant. Je connaissais pas mal de monde avant d'arriver. C'est surtout cela qui a facilité les choses. J'aime bien travailler mais aussi rigoler quand il le faut. C'est ma façon d'être et également la mentalité du Standard. Je n'avais pas effectué la préparation ; je venais de Charleroi où mes derniers mois avaient été compliqués. Il m'aurait fallu un petit temps d'adaptation à Bruges, ce qu'on ne m'a pas laissé. Après, j'ai eu la pression, j'ai reçu beaucoup de sifflets et personne ne m'a aidé. Je suis rentré dans un engrenage négatif. Finalement, j'ai appris de cette expérience. Mentalement, je suis plus fort. (Il rigole) Non, je ne pense pas. Il y en a beaucoup d'autres avant moi. Axel Witsel, Steven Defour, Sinan Bolat, Mémé Tchité ou Mehdi Carcela même s'il éprouve quelques difficultés actuellement. Oui, je pense. J'espère que je vais pouvoir m'épanouir ici encore quelques saisons. Les supporters sont derrière moi. Ils sont satisfaits de mon transfert. J'ai une mentalité de guerrier qui leur plaît. Hou la ! C'est la première fois que quelqu'un fait le rapprochement. C'est un grand monsieur ! Je dois encore travailler, non ? Non ! Parce que j'ai réalisé une bonne saison à Courtrai et que je continue sur ma lancée avec le Standard. J'ai la chance que Leekens connaisse mes qualités et mes défauts mais je ne pense pas être favorisé par rapport à un autre. Ils ne seront jamais convaincus. Quand je lis les critiques d'après-matches, je suis toujours descendu par eux. J'essaye de ne plus faire attention car que je fasse un bon ou un mauvais match, cela ne modifie pas leur point de vue. C'est en tout cas ce que je ressens et je pense que ce sera toujours comme cela. Ils estiment que comme je n'ai pas été bon à Bruges, je n'ai pas ma place en équipe nationale. Ils gardent cette image de moi. Pourtant cela fait plus d'un an que je suis parti de Bruges ! PAR STÉPHANE VANDE VELDE" J'ai une grande gueule et j'essaye de communiquer un maximum. "" On n'a plus de joueurs capables de faire la différence à tout moment. "