Il y avait un derby madrilène au programme dimanche passé. Le vrai, le grand, celui entre le Real Madrid et l'Atletico Madrid. D'autant plus intéressant que, cette saison, les Colchoneros nourrissent de grandes ambitions. " Les joueurs ne peuvent plus se permettre de passer une saison supplémentaire dans la médiocrité. Pour leur fierté personnelle et pour le prestige, ils se doivent de gagner ", clame sans ambages l'administrateur délégué MiguelAngelGilMarin.
...

Il y avait un derby madrilène au programme dimanche passé. Le vrai, le grand, celui entre le Real Madrid et l'Atletico Madrid. D'autant plus intéressant que, cette saison, les Colchoneros nourrissent de grandes ambitions. " Les joueurs ne peuvent plus se permettre de passer une saison supplémentaire dans la médiocrité. Pour leur fierté personnelle et pour le prestige, ils se doivent de gagner ", clame sans ambages l'administrateur délégué MiguelAngelGilMarin. Au club depuis la saison 1994-1995, et responsable de la gestion sportive, Gil Marin se définit lui-même comme un passionné de football et un bourreau du travail : de 12 à 14 heures par jour. La pierre angulaire sur laquelle il a bâti l'équipe 2006-2007 est JavierAguirre, un entraîneur très différent de CarlosBianchi. " On fonde beaucoup d'espoirs sur lui. Il s'est imprégné de la culture rouge et blanche, et tente de la communiquer à tous ses joueurs et collaborateurs ". Neuf joueurs ont été acquis pour que le club retrouve l'Europe. " Au total, on a déboursé 33 millions d'euros et pas 55 comme je l'ai parfois lu ", tient toutefois à préciser Gil Marin. Parmi ces joueurs, le plus remarqué est SergioAgüero, le jeune meneur de jeu d'Independiente auquel Anderlecht s'était également intéressé, en son temps. " C'est un investissement destiné à offrir du rêve aux supporters. Il lui faut simplement un peu de temps pour s'adapter au football espagnol et à une nouvelle culture. Nous serons patients. C'est une future star mondiale ". D'autres joueurs, comme Maniche, Costinha ou Pernia, sont des battants dotés d'une solide expérience. Il y a aussi un certain Jurado, encore jeune et peu connu, arraché au grand rival, le Real. " On cherchait simplement un bon joueur et Jurado en est un. L'objectif est qu'il joue quatre ans chez nous. Si le Real souhaite le récupérer, il devra payer le double ". FernandoTorres n'est pas une acquisition, mais sa prolongation de contrat jusqu'en 2009 entre dans le même registre. Sa clause libératoire est cependant passée de 90 à 40 millions d'euros. " Nous avons convenu, de commun accord, que son prix devait être élevé mais accessible. On aimerait que Torres fasse toute sa carrière à l'Atletico, mais si un jour il souhaite changer d'air, il doit savoir que son prix est désormais fixé et qu'il ne faudra pas essayer de négocier ". SAMUEL ETO'O s'est gravement blessé au genou droit lors du match de Ligue de Champions au Werder Brême. Le ménisque est atteint et on craint une indisponibilité de cinq mois. Cette blessure risque de coûter le Ballon d'Or à l'attaquant camerounais. Elle pose aussi de sérieux problèmes à FrankRijkaard : on ne remplace pas d'un claquement de doigts un joueur auteur de 67 buts en 101 apparitions. L'entraîneur néerlandais planche sur trois solutions : la titularisation d' EidurGudjohnsen ; le retour en grâce de JavierSaviola, improbable jusqu'il y a peu ; ou le repositionnement de Ronaldinho au centre-avant. RAFAEL MARQUEZ, le défenseur international mexicain de Barcelone, est sur le point d'obtenir un passeport espagnol. Il libèrerait ainsi une place d'étranger dans l'effectif du club catalan. ANA URKIJO est bien la nouvelle présidente de l'Athletic Bilbao. Jusqu'ici vice-présidente, elle succède à FernandoLamikiz qui avait été élu en 2004 pour un mandat de quatre ans mais qui vient de démissionner. C'est la première femme qui préside aux destinées du club basque en 104 ans d'histoire. Elle a annoncé des élections pour la fin de la saison. FERNANDO BAIANO, l'attaquant du Celta Vigo auteur de l'unique but à Sclessin et de deux des trois buts à Balaidos contre le Standard, n'est pas très heureux en Galice. " Je ne suis pas apprécié par les supporters ", s'est-il plaint, sans pouvoir donner d'explications à ce phénomène. D. DEVOS