Jean-Pierre Deprez épingle les dossiers plaidés pour le Sporting qui lui ont procuré le plus d'émotions et/ou de satisfactions.
...

Jean-Pierre Deprez épingle les dossiers plaidés pour le Sporting qui lui ont procuré le plus d'émotions et/ou de satisfactions. Marjan Mrmic : " Après avoir claqué la porte, il a réclamé 625.000 euros pour rupture de contrat. Nous avons gagné et il a été condamné à payer 500.000 euros. Que le Sporting n'a jamais vus car Mrmic s'était réfugié en Croatie ". Philippe Albert : " D'un coup de poing, il avait démoli la porte du vestiaire de l'arbitre à St-Trond, et lui avait lancé : -La prochaine fois, c'est dans ta gueule. A l'Union Belge, on lui a infligé 5 matches de suspension. Il a alors lancé aux juges : -Et vous me mettez en prison quand ? Le procureur était furieux et a réclamé 7 matches. J'ai rétorqué : -Messieurs, un dicton affirme qu'on a 24 heures pour maudire ses juges. Et la sanction s'est limitée à 5 matches ". Tomasz Romaniuk : " Dans le même match à St-Trond, il avait pris une carte rouge. Il a comparu à l'Union Belge quelques minutes après Philippe Albert. Quelques semaines plus tôt, il avait été exclu pour avoir tiré l'oreille d'un arbitre et avait pris 8 semaines. Le procureur a demandé 8 nouveaux matches. J'ai plaidé une jurisprudence... toute fraîche : Albert, capitaine du Sporting, ancien Diable Rouge et légende du foot belge, venait de prendre 5 semaines. Comment pouvait-on être plus sévère avec mon pauvre Polonais, jamais international et perdu chez nous ? Romaniuk s'en est sorti avec 4 semaines ". Bertin Tokéné : " Il a pris seulement 7 matches pour avoir donné 2 coups de boule à un adversaire ". Badou Kéré : " On lui a infligé 5 matches suite à une exclusion. J'avais préparé un montage vidéo mais le président de la séance, qui avait des verres de lunettes comme des tessons de bouteille, n'avait même pas pris la peine de s'approcher de l'écran minuscule. J'avais plaidé des circonstances atténuantes : quelques semaines plus tôt, Kéré avait failli mourir d'une crise de malaria. On m'avait ri au nez. En appel, nous avons obtenu une réduction à 3 matches ". Enzo Scifo : " Je devais le défendre pour une exclusion de zone neutre. En pénétrant dans le hall de la Fédération, nous nous sommes retrouvés devant un poster sur lequel Enzo Scifo remettait son maillot du Mexique 86 au Roi. J'ai pris conscience que j'allais plaider pour une légende. Et il s'en est tiré avec une semaine ". ONSS : " Un dossier d'une tension extrême. C'était une question de vie ou de mort pour le club. L'ONSS réclamait sa mise en faillite pour arriérés de paiement. Dans le même temps, le clan de Jean-Claude Van Cauwenberghe faisait le forcing pour reprendre le club aux Bayat. Le président ne s'est pas laissé phagocyter par Van Cau, a sorti l'argent nécessaire pour apurer les dettes et a pu dire : -On n'a pas besoin de vous. Les Bayat ont mouillé leur maillot comme jamais dans cette affaire ". Stéphane Ghislain : " L'Union Belge l'avait condamné à 6 mois de suspension pour absorption de gouttes nasales destinées à combattre des problèmes respiratoires. En appel, j'ai fait valoir que la procédure de contre-expertise n'avait pas été respectée. Il a été acquitté ". Jacky Mathijssen : " On l'a condamné lourdement (4 matches et une amende) pour son exclusion de la zone neutre à Genk. Il a finalement été acquitté en appel : j'ai obtenu la disqualification du comité sportif qui l'avait jugé (il comportait 2 membres affiliés au Lierse, ce qui est contraire au règlement, et le président de séance n'avait pas été valablement désigné) ". Parmi les dossiers toujours en cours, citons l'affaire Charleroi-Namur- Izzet Akgül (pour laquelle Maître Deprez avait déjà obtenu l'annulation de la suspension du joueur, lors de l'été 2004) et le procès opposant les riverains du stade d'une part, la Région wallonne, la Ville de Charleroi et le Sporting d'autre part. Les riverains réclament des dommages et intérêts suite à la transformation du stade et Jean-Pierre Deprez défend le Sporting, peu menacé puisqu'il n'est que locataire des installations.