En Espagne, il y a le Real (que les Espagnols appellent plus communément el Madrid) et la Real (Sociedad, autrement dit la Société Royale, le club de San Sebastian). Assez curieusement, c'est cette dernière qui occupe actuellement la tête du classement. Qui l'eut cru, après une saison 2001-2002 particulièrement difficile, qui a...

En Espagne, il y a le Real (que les Espagnols appellent plus communément el Madrid) et la Real (Sociedad, autrement dit la Société Royale, le club de San Sebastian). Assez curieusement, c'est cette dernière qui occupe actuellement la tête du classement. Qui l'eut cru, après une saison 2001-2002 particulièrement difficile, qui avait vu l'équipe basque lutter pour son maintien? Contrairement à son rival régional, l'Athletic Bilbao, la Real Sociedad a le droit d'engager des joueurs étrangers et ne s'en prive pas. C'est ainsi qu'on trouve dans les buts le gardien néerlandais SanderWesterveld, arrivé en droite ligne de Liverpool, et qui a déjà pris pas mal de points. Devant, l'attaquant yougoslave DarkoKovacevic qui effectua un détour par la Juventus et la Lazio avant de revenir à Anoeta (du nom du quartier de San Sebastian où a été érigé le stade) l'an passé, vaut son pesant de but. En milieu de terrain, le Russe ValeriKarpin se signale par son abattage sur le flanc droit. Sans oublier le Turc Tayfun ou l'Argentin Schürrer. Bien sûr, il y a aussi des Espagnols et même des Basques. Le plus connu est sans doute le flanc gauche JavierDePedro, l'une des révélations espagnoles à la Coupe du Monde. Mais l'arrière droit LopezRekarte et l'arrière gauche Aranzabal sont également les auteurs d'un excellent début de saison. Cet été, la Real Sociedad a également fait confiance à un entraîneur français: RaynaldDenoueix. Il incarne l'école nantaise. Il oeuvra à la formation de jeunes comme Deschamps, Desailly, Loko, Karembeu, Ziani, Gillet ou Pedros. En 2001, il reçut le titre d'Entraîneur Français de l'Année après avoir décroché le titre avec les Canaris. C'est la première fois qu'il tente une expérience à l'étranger, et même en dehors du giron nantais, où il effectua toute sa carrière, que ce soit comme joueur ou comme entraîneur. Pour un coup d'essai, c'est un véritable coup de maître. (D.Devos)