En remportant deux de leurs trois matches, les cercles de L1 n'ont pas eu à rougir suite à leurs premiers pas sur la grande scène européenne. Ils ne rêvent pas des grandes-z-oreilles mais les chiffres sont bons : deux succès, une défaite, cinq but marqués, cinq buts encaissés dont quatre au Real Madrid. Le succès de Monaco au PSV (1-2) n'est pas passé inaperçu mais n'a peut-être pas retenu une attention digne de cet événement. Jusqu'à preuve du contraire, le PSV a une autre carte de visite que ...

En remportant deux de leurs trois matches, les cercles de L1 n'ont pas eu à rougir suite à leurs premiers pas sur la grande scène européenne. Ils ne rêvent pas des grandes-z-oreilles mais les chiffres sont bons : deux succès, une défaite, cinq but marqués, cinq buts encaissés dont quatre au Real Madrid. Le succès de Monaco au PSV (1-2) n'est pas passé inaperçu mais n'a peut-être pas retenu une attention digne de cet événement. Jusqu'à preuve du contraire, le PSV a une autre carte de visite que celle des Monégasques et jamais un club français ne s'était imposé à Eindhoven. Monaco a basé sa performance sur un gros pressing défensif, une fameuse présence au centre de la ligne médiane. Jérôme Rothen ne dut pas trop décrocher sur l'aile et Ludovic Giuly, d'habitude excentré à droite, joua même en pointe. Tactiquement, Didier Deschamps a pris le dessus sur Guus Hiddink. Le porteur du ballon adverse n'a jamais pu respirer en paix. Puis, il y eut la vista d'un certain... Fernando Morientes. Dès la 31e minute de jeu, Rothen expédia un de ses coups francs dont il a le secret. La balle de ce merveilleux gaucher fila entre la défense et le gardien de but du PSV. Qui était là pour la reprendre et marquer ? Morientes. Il réalisait ainsi son premier but pour le compte de son nouveau club. Il prit aussi part à l'élaboration du second but monégasque en Hollande car Edouard Cissé s'appuya sur lui avant de perforer les filets hollandais. Marseille n'a pas eu ce bonheur mais le fait d'avoir infligé deux buts aux Madrilènes rassure. Lyon, conscient d'avoir hérité d'un péno très léger (même Sydney Gouvou qui percuta Daniel Zitka en convenait), a par contre de problèmes à la percussion. Giovane Elber n'a pas encore trouvé la juste carburation. Cela ne devrait pas tarder. En attendant, ce sont surtout les médians des Gones qui marquent. (P. Bilic) PAULETA a enfin marqué son deuxième but de la saison à Guingamp. MARSEILLE donne le sourire à TF1, qui a attiré 9,4 millions de téléspectateurs pour le match de Ligue des Champions au Real Madrid. FREDERICMEYRIEU, l'ancien meneur de jeu de Metz, est cité aux Emirats arabes unis. EURO 2004 : l'équipe de France sera habillée par Olivier Strelli lors de la phase finale. LUIS FERNANDEZ pourrait devenir sélectionneur national du Maroc. JEAN-PIERRE PAPIN s'est entraîné, pour s'amuser, avec l'équipe Première d'Auxerre. BUTEURS : 1. Niang (Strasbourg)5 buts ; 2. Cisse (Auxerre), Manchev (Lille), Bamogo (Montpellier), Ljuboja (Strasbourg) 4.