Sur mon bureau dort le gros carnet où sont notées les footeuseries qui me frappent, et pourraient resservir pour vous causer un jour. J'y relis aujourd'hui qu'à La Tribune du 30/09/2008, interrogé sur ce qu'apporteraient deux arbitres supplémentaires, mon ami Marcel Javaux (qui peut me frapper comme un autre) s'opposait sans équivoque à cette éventualité : davantage d'arbitres, cela amènerait davantage d'interprétations, donc davantage de confusion ! Cinq ans plus tard, Marcel s'avoue pourtant franc partisan de cet arbitrage à six, car il a été prouvé au niveau européen que cela fonctionnait bien : seuls les cons ne changent jamais d'avis, j'ai d'ailleurs un peu changé aussi...
...

Sur mon bureau dort le gros carnet où sont notées les footeuseries qui me frappent, et pourraient resservir pour vous causer un jour. J'y relis aujourd'hui qu'à La Tribune du 30/09/2008, interrogé sur ce qu'apporteraient deux arbitres supplémentaires, mon ami Marcel Javaux (qui peut me frapper comme un autre) s'opposait sans équivoque à cette éventualité : davantage d'arbitres, cela amènerait davantage d'interprétations, donc davantage de confusion ! Cinq ans plus tard, Marcel s'avoue pourtant franc partisan de cet arbitrage à six, car il a été prouvé au niveau européen que cela fonctionnait bien : seuls les cons ne changent jamais d'avis, j'ai d'ailleurs un peu changé aussi... Je n'y voyais hier qu'inutilité. Aujourd'hui, à propos de ces deux gars plantés près des buts, je me dis qu'autant avoir ce pis-aller que s'en priver. Pour trois raisons. D'abord, évidemment la peur du gendarme : dans le rectangle, si tu te sens fliqué, tu hésiteras davantage à jouer les pieuvres. Ensuite, à moyen terme, cela pourrait déboucher sur l'attribution aux arbitres de touche de la responsabilité finale pour juger les hors-jeu et rien qu'eux : les autres se prononceraient sur les contacts et vicelardises, répartissons les tâches ! Pourquoi le siffleur devrait-il rester, à tous points de vue, le chef de ses comparses ! Enfin, il y a plus dans six têtes à deux yeux que dans une : puisque l'arbitrage n'arrive pas à sortir de l'interprétation, l'équité gagnerait à mobiliser plusieurs visionneurs interprètes, comme au patinage artistique, de manière à ce que l'opinion d'un éventuel illuminé (en l'état actuel, l'arbitre principal) puisse être noyée dans celle du collectif. Si le ref pense carton rouge, mais que deux ou trois de ses sbires pensent fermement que non, faudrait qu'il soit mégalo borné pour rester sur ses positions ! Sans compter que, rapport à notre puante actualité, ce sera plus compliqué d'en corrompre six qu'un seul ! En fin de compte, ce qui m'indispose, c'est qu'une caméra voit quand même le jeu bien mieux qu'un bonhomme et qu'elle joue bien mieux au flic, vu qu'elle est dotée de replays et ralentis. L'autre soir à La Tribune, Pad'r ironisait sur "l'arbitrage assis" plutôt qu'à six...mais sait-il que le referee, apparu en 1877, fut d'abord placé sur une chaise à mi-terrain, et qu'on ne se référait à lui qu'en cas de divergence ? ! Eh bien aujourd'hui, si celui qu'on nomme le 4e arbitre était assis face à quelques écrans de contrôle, le referee n'aurait pas besoin d'une armée d'aidants. Voilà le tréfonds de ma gêne, lié au problème de ces vocations arbitrales qui ne se bousculent pas au portillon du foot ! Dans pareil contexte, installer six arbitres lors des matches du top, c'est presque une prise de position/FIFA officielle sur la souveraineté du fric : Amateurs de tous les pays, allez vous faire foutre, les erreurs de vos arbitrages sont sans importance : au contraire du top, vu l'énormité des sommes en jeu... Comprenez-nous, via toutes ces retransmissions/télé, le réarbitrage a posteriori est devenu un sport à part entière, nous devions réagir ! Certes, vos braves arbitres prestent souvent sans assistants. Parfois même, vous manquez d'un ref pour se farcir ce sale boulot tout seul comme un grand,...mais nous allons quand même vous en piquer quelques-uns de plus ! De toute façon, à votre niveau, puisque les télés n'existent guère ou pas du tout pour raccuse-poter sans cesse, ça prête peu à conséquence de vous laisser dans votre merde, vos rancoeurs, ou vos sentiments d'injustice subie...Tel est le discours non-dit, alors qu'il faudrait tendre vers l'inverse : puisque les amateurs n'ont pas de caméras, leur fournir davantage d'arbitres ! Au lieu de ça, Platoche grand humaniste affirme refuser la vidéo pour que le foot reste le même sport à tous les niveaux, sous toutes les latitudes ! Mais l'arbitrage à six, s'il est un petit plus pour les grands, témoigne d'un grand mépris pour les petits.L'arbitrage à six, s'il est un petit plus pour les grands, témoigne d'un grand mépris pour les petits.