L'accouchement a été long, mais le feuilleton de l'été a débouché sur ce que l'on prévoyait dès le mois d'avril : Silvio Proto (22 ans) est bien le nouveau gardien d'Anderlecht. Il ne masque pas son soulagement d'être parvenu à une issue heureuse.
...

L'accouchement a été long, mais le feuilleton de l'été a débouché sur ce que l'on prévoyait dès le mois d'avril : Silvio Proto (22 ans) est bien le nouveau gardien d'Anderlecht. Il ne masque pas son soulagement d'être parvenu à une issue heureuse. Silvio Proto : Le dernier mois a été difficile à vivre. J'étais certain que je quitterais La Louvière, mais je ne savais pas où je signerais, ni à quel moment. J'ai refusé de belles offres de l'étranger, comme celles de Chelsea, d'Arsenal et du Spartak Moscou. C'était intéressant financièrement, mais à mon âge, mon but n'est pas de gagner un maximum de pognon. Je voulais jouer tout en ayant un contrat valable. Je tenais à rester dans l'actualité pour conserver ma place chez les Diables. Vraiment, il était trop tôt pour m'expatrier. Les choses étaient claires aussi bien à Arsenal qu'à Chelsea : j'aurais été transféré comme deuxième gardien. Je n'ai jamais pensé à m'expatrier là-bas. Je ne suis pas bête : débarquer dans un environnement tout à fait inconnu où le championnat est déjà bien engagé, sans avoir suivi la campagne de préparation avec ce club, cela aurait été une grosse erreur. J'ai aussi pensé à ce que Cédric Roussel avait vécu en Russie et j'ai donc vite rayé le Spartak des possibilités. Oui. A ce moment-là, je me suis dit que j'allais quand même devoir partir dans un championnat étranger. Mais je l'aurais fait contre mon gré. A mes yeux, le Sporting a toujours été la priorité des priorités. Oui. Mais tout le monde a fait des concessions. Moi-même dans un premier temps, puisque je ne voulais pas accepter l'offre du Sporting. Après cela, c'est Filippo Gaone qui nous a mis des bâtons dans les roues. Aucune idée, ce n'était pas de mon ressort. Très bien. Ce n'est pas un sale gars... Je sais que nous parviendrons à nous faire une concurrence très saine, sans nous faire de sales coups. Aucune. A moi de jouer et de faire mes preuves pour montrer que le Sporting a eu raison de miser sur moi. (P. Danvoye)P. Danvoye