Positif

L'attaquant du Germinal Beerschot (25 ans) fait partie des footballeurs les plus explosifs du championnat. Il possède une double accélération qu'il est capable de déclencher également en possession de balle. Quand on pense qu'il est au maximum de sa vitesse, il est capable de donner un coup de rein supplémentaire pour prendre le dessus sur son opposant direct. Il est un des rares joueurs qui, lorsqu'il est à l'arrêt, parvient à redémarrer de manière foudroyante, tant sa force explosive sur les premiers mètres est exceptionnelle.
...

L'attaquant du Germinal Beerschot (25 ans) fait partie des footballeurs les plus explosifs du championnat. Il possède une double accélération qu'il est capable de déclencher également en possession de balle. Quand on pense qu'il est au maximum de sa vitesse, il est capable de donner un coup de rein supplémentaire pour prendre le dessus sur son opposant direct. Il est un des rares joueurs qui, lorsqu'il est à l'arrêt, parvient à redémarrer de manière foudroyante, tant sa force explosive sur les premiers mètres est exceptionnelle. Il arrive enfin à maturité et ses qualités physiques fantastiques pour un footballeur le rendent de plus en plus performant. Une force musculaire nettement au-dessus de la moyenne et des cuisses hyper développées lui permettent de résister à de nombreux duels au sol tant il est solide sur ses appuis. Il reste souvent debout même lorsqu'il est attaqué de côté de manière très agressive. Cette force musculaire le sert également dans ce qui est détente et frappes au but. Sa zone d'évolution de prédilection se situe légèrement décalé sur le côté gauche de l'attaque. Depuis l'arrivée de Jos Daerden, il évolue en pointe dans un système avec 2 attaquants. Il a carte blanche pour appeler dans les espaces et son coach ne lui impose aucune restriction en possession de balle. De lui-même, il se positionne plus ou moins, pendant 70 % du match, dans le rôle d'attaquant central gauche. Son registre devient de plus en plus complet. Il varie très fort sa façon d'évoluer au cours du même match. L'appel en profondeur, de par sa vitesse, reste une de ses armes favorites mais, il se révèle être également très efficace quand il joue en décrochage et en déviation. Son jeu en combinaison dans les petits espaces est également d'excellent niveau grâce notamment à sa technique et sa vitesse de pivotement. Le dribble fait partie de ses points forts. Les changements de rythme et de direction sont réalisés à très grande vitesse. Du coup, ils sont souvent imprévisibles pour l'adversaire. Sa conduite de balle est plus influencée par sa rapidité que par sa finesse. Sa taille est correcte (1,81m) mais c'est surtout son gabarit qui est impressionnant. Il est très massif. Et quand il va au contact, c'est un véritable roc très difficile de faire bouger. C'est quelqu'un qui n'a peur de rien et qui s'engage toujours sans retenue. Le fait de recevoir toute la latitude en possession de balle pour faire parler sa créativité et sa mobilité compliquent la tâche de ses adversaires. Sa frappe de balle du cou de pied est de très bon niveau. Il profite de sa spontanéité dans le geste et de sa force musculaire pour donner beaucoup de puissance à ses tirs. Le pied droit est bien entendu le meilleur mais, en rentrant dans le jeu en venant du flanc droit, il peut envoyer des missiles avec son gauche également. Sa formation s'est réalisée principalement dans le 4-3-3 (école de l'Ajax) et son coach actuel doit continuellement le guider en positionnement sur le terrain, principalement en perte de balle. En reconversion défensive, il est plus réactif qu'actif et Jos Daerden est contraint, pendant les entraînements, de le booster pour se replacer immédiatement dès la perte de balle. Même s'il est de bonne composition (c'est quelqu'un qui adore son sport), son entraîneur doit le pousser dans ses derniers retranchements pour l'empêcher de se relâcher. Sa remise en question ne se fait pas de manière automatique et quand on analyse son parcours, on a le droit de prétendre que la stabilité n'en fait pas encore partie. Le contrat de 4 ans signé cette saison sera-t-il respecté ? Avant 2009 (les 6 mois à Roulers et le premier tour au Germinal Beerschot), sa carrière ne fut teintée de réussite. Il ne s'est pas vraiment imposé dans ses clubs (Ajax, Anderlecht, Hambourg,...). Ces 12 derniers mois demandent confirmation et c'est cela qui sera peut-être le plus difficile pour lui. Le jeu de tête est probablement son point faible pour ce qui est des qualités intrinsèques du joueur (techniques-physiques). Quand il attaque un ballon aérien sans opposition, sa puissance lui permet d'être performant. Par contre, en duel, il est souvent battu par des adversaires plus grands et au meilleur timing que lui. Son jeu est souvent imprévisible et il s'imbrique difficilement dans un schéma tactique précis. Sa liberté d'action le rend parfois insaisissable pour ses adversaires mais en même temps, ses partenaires éprouvent aussi parfois des difficultés à comprendre son jeu et à se placer correctement en fonction de ses déplacements et de ses services. Par moments, il fait preuve d'un excès d'individualisme plus dû à un manquement dans la lecture du jeu qu'à de l'égoïsme. Il ne voit pas toujours en première intention ce qui constitue la meilleure solution, d'où parfois un manque d'efficacité dans le dernier geste. Il n'est pas du tout un buteur. Ses statistiques le démontrent : il n'a pas marqué 20 buts en première division en additionnant tous les pays dans lesquels il a évolué. C'est plus un perforateur de défense qu'un véritable finisseur. Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi).