LA STAR : MATUZALEM

Le Brésilien Matuzalem Francelino Da Silva (26 ans) a pas mal voyagé avant de devenir l'étoile de son club ukrainien. Formé au Vitoria Bahia, où il débute en équipe Première en 1997, il prend son baluchon sous le bras et débarque en Europe. Comme d'autres de ses compatriotes, il passe d'abord par la Suisse et s'arrête à Bellinzona en 1998. Il ne jouera jamais pour le compte de ce club et son regard se tourne vers l'Italie. Naples le recrute et il participe en 1999 (26 matches) au renouveau de ce club qui retrouve la Série A à la ...

Le Brésilien Matuzalem Francelino Da Silva (26 ans) a pas mal voyagé avant de devenir l'étoile de son club ukrainien. Formé au Vitoria Bahia, où il débute en équipe Première en 1997, il prend son baluchon sous le bras et débarque en Europe. Comme d'autres de ses compatriotes, il passe d'abord par la Suisse et s'arrête à Bellinzona en 1998. Il ne jouera jamais pour le compte de ce club et son regard se tourne vers l'Italie. Naples le recrute et il participe en 1999 (26 matches) au renouveau de ce club qui retrouve la Série A à la fin de cette saison-là. Après un an au paradis, le Vésuve crachera sa peine : Naples redescend. Matuzalem signe alors à Parme qui le prête à Piacenza, où il dispute 28 matches et marque trois buts. En 2002-2003, il se retrouve à Brescia où son jeu parfois très physique retient l'attention. Il collectionne 11 cartons jaunes en une saison. En 2004, Matuzalem se tourne finalement vers la généreuse Ukraine. Le Shakhtar Donetsk lui propose un contrat de cinq ans et Rinat Akhmetov négocie cette arrivée sur une base de 12 millions d'euros. Ses coéquipiers l'ont simplement surnommé Matu et il se distingue par la qualité de sa lecture du jeu. Même quand la situation se complique, il trouve des solutions afin de fluidifier le jeu de son équipe. Il demande souvent la balle mais ne cesse d'en faire un bon usage. Il est aussi adroit des deux pieds et sait se faire respecter dans les duels. Grâce à cet apport important, son équipe semble mieux armée qu'auparavant afin de progresser sur la plus haute scène européenne. L'Ukraine ne peut pas être le seul terrain de chasse du Shakhtar Donetsk : c'est pour assouvir ses ambitions internationales que ce club a acquis Matuzalem Francelino Da Silva. M ircea Lucescu n'est pas un coach né de la dernière pluie. Son 4-4-2 est au point et avec la puissance financière de son club, il peut écumer le marché des transferts et a des alternatives pour chaque poste. A droite, DarjoSrna balaye son flanc et se distingue par sa vitesse. Son entraîneur le place parfois à l'arrière droit. Fernandinho ou Igor Duljaj prennent alors sa place dans la ligne médiane mais plus dans une position axiale. AnatoliyTymoshuk, le capitaine, est le régisseur de cette formation : il organise la récupération dans la ligne médiane, rééquilibre sans cesse l'équipe, donne de la voix, aide une défense parfois incertaine. De grands clubs se sont intéressés à lui mais Rinat Akhmetov, le boss du Shakhtar Donetsk, puissant industriel, ne le lâche pas car il mesure parfaitement son importance. Si les missions défensives sont principalement orchestrées par un homme, il en va de même pour le registre offensif généralement animé par Matuzalem. Dans un rôle de soutien d'attaque, Elano s'affirme de plus en plus.