Des quatre grands actuels de la Liga, le FC Séville est sans aucun doute celui qui éprouve le plus de mal à trouver son rythme. A croire que la tragédie Puerta le bloque. La saison a débuté par un échec lors de la Supercoupe d'Europe alors que Renato avait ouvert la marque. La défaite à Monaco face à Milan (3-1) n'était pas dramatique en soi mais survenait après une série de cinq victoires consécutives en finale : la dernière remontait au 19 août avec à la clé un superbe 3-5 au SantiagoBernabeu face au Real Madrid lors de la Supercoupe d'Espagne. Le retour en Ligue des Champions après 50 ans d'absence s'est soldé lui aussi soldé par une contre-performance (3-0 à Arsenal).
...

Des quatre grands actuels de la Liga, le FC Séville est sans aucun doute celui qui éprouve le plus de mal à trouver son rythme. A croire que la tragédie Puerta le bloque. La saison a débuté par un échec lors de la Supercoupe d'Europe alors que Renato avait ouvert la marque. La défaite à Monaco face à Milan (3-1) n'était pas dramatique en soi mais survenait après une série de cinq victoires consécutives en finale : la dernière remontait au 19 août avec à la clé un superbe 3-5 au SantiagoBernabeu face au Real Madrid lors de la Supercoupe d'Espagne. Le retour en Ligue des Champions après 50 ans d'absence s'est soldé lui aussi soldé par une contre-performance (3-0 à Arsenal). Il est encore trop tôt pour prétendre que le club andalou, remonté en D1 au terme de la saison 1999-2000 après 13 années de purgatoire, va connaître un coup d'arrêt et éprouver de grosses difficultés à jouer sur tous les tableaux. Ce n'est pas évidemment l'avis du trio (président-directeur sportif-coach) qui est à la base de la renaissance du FC Séville. Pas question pour l'explosif président José MariaDel Nido de remettre en question la politique des transferts adoptée cet été. Il n'a pas oublié de rappeler que Sergio Ramos, JoséReyes et Julio Baptista étaient des inconnus à leur arrivée et qu'ils ont rapporté 75 millions au club. Pour essayer de faire aussi bien en Ligue des Champions qu'en Coupe de l'UEFA, Séville n'a pas fait des folies même s'il a déboursé 12 millions pour ArounaKoné, l'attaquant du PSV (ex-Lierse). Découvreur de talents à bas prix, le directeur sportif RamónRodríguezVerdejo, alias Monchi a engagé un gardien ( MorganDeSanctis qui a cassé le contrat le liant à l'Udinese avec la bénédiction de la FIFA), deux défenseurs ( Khalid Boulahrouz prêté par Chelsea et Mosquera, un central colombien acheté 8 millions au club mexicain de Pchucan) et deux médians ( SeydouKeita et Tom De Mul). JuandeRamos peut encore compter sur les services de DanielAlves. L'arrière brésilien était très demandé cet été et le président a refusé deux offres importantes : 35 millions de Chelsea et 30 du Real Madrid. Face au veto présidentiel, le joueur a déclaré laconiquement : " J'aurais pu mettre ma famille à l'aise ". Cela a suffi pour énerver les supporters qui ne l'ont pas encore vu effectuer ses raids sur son flanc souvent ponctués par un centre millimétré. SAMUEL ETO'O, l'attaquant du Barça, se remet rapidement de sa blessure à la cuisse droite. A tel point que le Camerounais pourrait effectuer son retour la première semaine de novembre soit avec un mois d'avance sur le pronostic initial. LECAMPNOU, qui a fêté ses 50 ans le 24 septembre, va subir sa troisième rénovation majeure. Dans sa nouvelle version, le stade du Barça arborera une superbe façade inspirée par l'£uvre d' AntoniGaudí. Le ravalement de façade complet et l'ajout d'un revêtement spectaculaire composé de panneaux bleus, jaunes et rouges devraient coûter 300 millions d'euros. Après les travaux (début en 2009, fin en 2012), l'enceinte accueillera 104 000 spectateurs. GIANLUCA ZAMBROTTA, l'arrière latéral du Barça, s'est occasionné une déchirure au pied droit suite à un contact avec Ricardo Oliveira (Saragosse). Son retour est prévu pour la fin octobre. Yaya Touré (médian, déchirure à la cuisse gauche) est aussi out pour un mois. RAMON CALDERON, le président du Real Madrid, a été arrêté alors qu'il débarquait à l'aéroport de New York. Le dirigeant a été gardé à vue pendant trois heures parce que son nom coïncidait avec celui d'un terroriste. ANTONIOPUERTA ne serait pas mort suite à des problèmes cardiaques. Selon le quotidien Publico, le c£ur du joueur de Séville (22 ans) ne présentait pas les altérations propres à une dysplasie arythmique du ventricule droit. Le joueur serait en fait décédé des suites d'un infarctus cérébral engendré par une embolie. TOMDE M UL n'a pas été retenu en vue de la rencontre perdue par Séville. MéméTchité (Santander) est monté au jeu (70') mercredi et resté sur le banc dimanche. NICOLAS RIBAUDO