Un père qui assure : 7 femmes et 25 enfants

Le père de Jérôme Nzolo est cadre à Air Gabon : " Un très bon job, ma famille n'a jamais connu la misère. Le Gabon n'est pas un pays pauvre. C'est très peu peuplé : 1,5 million d'habitants sur 267.000 km2. Au niveau politique, c'est calme, un exemple de stabilité en Afrique. "
...

Le père de Jérôme Nzolo est cadre à Air Gabon : " Un très bon job, ma famille n'a jamais connu la misère. Le Gabon n'est pas un pays pauvre. C'est très peu peuplé : 1,5 million d'habitants sur 267.000 km2. Au niveau politique, c'est calme, un exemple de stabilité en Afrique. " Jérôme a grandi au milieu d'une marmaille pas possible : " Mon père a sept femmes et 25 enfants. Nous avions une grande maison avec sept chambres : une pour chaque épouse. Les enfants logeaient dans des bâtiments annexes. Mon père passait deux nuits de suite avec chaque femme, et celle qui l'avait eu pendant deux nuits devait préparer les repas pour toute la famille lors des deux jours suivants. "Pas de jalousies entre les épouses ? " Quand tu acceptes de te marier avec un homme qui a déjà deux ou trois femmes, tu sais à quoi t'en tenir. " L'arrière-grand-père de Jérôme a fait encore plus fort : il avait 45 femmes... Jérôme : prénom. Efong : nom de son grand-père. Nzolo : nom de son père. " Au Gabon, les noms de famille ne meurent jamais. Entre le prénom et le nom du père, on glisse le nom d'un proche disparu. "Un demi-frère de Jérôme a été pro au Gabon, en Afrique du Sud, au Maroc, en Tunisie et en Arabie Saoudite : Aurélien Bekogo Nzolo a aussi disputé une Coupe d'Afrique des Nations, avec Jean Thissen comme entraîneur. La première carte rouge de sa carrière lui a été adressée par Jérôme. " Il s'était fait tackler, j'ai donné la jaune à son adversaire, mais mon frère lui a tapé dans les chevilles en se relevant et je devais l'exclure. Il est rentré en larmes à la maison mais mon père m'a donné raison. " Une demi-s£ur de Jérôme a aussi tâté du football : elle fut arbitre internationale pendant deux ans. Ce fut une image forte du Gala du Footballeur Pro en 2007 : Jérôme Nzolo ne put retenir ses larmes quand il fut désigné Arbitre de l'Année. " J'étais déjà tombé des nues en apprenant que j'étais dans les trois nominés. Pourquoi moi ? J'étais arrivé de nulle part, comme un cheveu dans la soupe, et boum ! Je suis parti à Spa simplement pour découvrir l'ambiance, sans illusions. J'étais sûr que le prix serait pour Frank De Bleeckere ou Paul Allaerts. Quand on a annoncé que je gagnais, j'ai pris un énorme coup sur la tête. Toute ma vie a défilé en quelques secondes et j'ai pensé à ma s£ur - le seul enfant que mon père ait eu avec ma mère -, décédée trois mois après ma venue en Belgique. Elle est tombée malade, et deux jours plus tard, c'était fini. A 18 ans. Elle avait un enfant de quelques mois. J'ai voulu rentrer pour son enterrement. C'était facile, je ne payais pas l'avion grâce au job de mon père. Mais mes parents m'en ont empêché car ils savaient que si je rentrais au Gabon, je ne reviendrais plus en Belgique. Je suis retourné en fin d'année scolaire, plusieurs mois après la mort de ma s£ur. On m'a remis des lettres qu'elle m'avait écrites mais qu'elle n'avait pas postées. En résumé : elle souhaitait de tout son c£ur que je réussisse en Europe. "