Comme prévu, le nouvel attaquant slovène de l'Excel, ErminSiljak, a débarqué jeudi passé au Canonnier et a participé à son premier entraînement avec les Hurlus. Il n'est pas un inconnu pour GrégoryLorenzi. " Il évoluait à Bastia à l'époque où mon père était encore vice-président du club ", se souvient-il. " J'étais encore petit, et comme j'étais toujours fourré entre les pattes de mon père, aux entraînements ou au stade, je me suis fréquemment retrouvé en face d'...

Comme prévu, le nouvel attaquant slovène de l'Excel, ErminSiljak, a débarqué jeudi passé au Canonnier et a participé à son premier entraînement avec les Hurlus. Il n'est pas un inconnu pour GrégoryLorenzi. " Il évoluait à Bastia à l'époque où mon père était encore vice-président du club ", se souvient-il. " J'étais encore petit, et comme j'étais toujours fourré entre les pattes de mon père, aux entraînements ou au stade, je me suis fréquemment retrouvé en face d'Ermin. Je me rappelle très bien de lui. C'était un garçon très sympa. Sur le plan footballistique, c'était un petit filou. Ce n'est pas le genre de joueur qui se déplace énormément, il préfère se positionner et attendre le moment opportun pour frapper. Lorsqu'une occasion se présente, il ne la laisse généralement pas passer. C'est exactement le genre de joueur dont on a besoin. Il sera d'un apport précieux aux côtés de MarcinZewlakow. Lors de son premier entraînement, il a aussi démontré un sens collectif très aiguisé. Il n'oublie jamais de servir un partenaire mieux placé. Je pense qu'il va facilement s'intégrer, car à Mouscron, on sait accueillir les nouveaux. Il a déjà beaucoup bourlingué et ce n'est pas l'adaptation à l'Excel qui lui posera problème. On a eu l'occasion de discuter, jeudi dernier. Lui-même se souvenait surtout de mon père, mais il s'est rappelé de moi lorsqu'on a évoqué certains amis communs ou des lieux qu'il fréquentait ". Lorenzi connaît aussi très bien Jean- FélixDorothée, un autre transfuge qui trépigne d'impatience à l'idée d'effectuer ses premiers pas avec l'Excel. " Je connaissais encore mieux WilfriedDalmat, que j'avais côtoyé au centre de formation de Nantes, mais il n'est malheureusement pas resté. J'ai fréquemment rencontré Jean-Félix à l'époque où il évoluait à Rennes. Il fut international Espoirs, et même champion d'Europe des û18 ans, avec la génération de PhilippeMexès et DjibrilCissé. Je me souviens aussi qu'il fut quart de finaliste du championnat du monde, battu 3-1 par l'Argentine avec notamment un but de JavierSaviola. Il pouvait jouer invariablement sur le flanc droit ou en milieu de terrain. Il était bon techniquement et très puissant. Lui aussi nous apportera beaucoup. Il faut lui laisser le temps de retrouver son meilleur niveau, car il a connu quelques soucis physiques à Valence. Il a suivi un programme de remise en condition avec GilVandenbrouck, qui devrait bientôt porter ses fruits. Malheureusement, à deux reprises, les matches de Réserve auxquels il devait participer ont été remis ".