LES 100 MILLIONS DE L'UDINESE. Ce mercredi, l'Udinese dispute les barrages de la Ligue des Champions contre Braga et on peut se demander si les dirigeants font tout pour briller dans cette compétition. Ainsi la saison dernière, ils avaient affronté Arsenal au même stade sans Sanchez, Inler et Zapata. Des ventes qui avaient rapporté 61 millions de plus-value et avaient vite fait oublier l'injuste élimination face aux Gunners. Comme en mai dernier, leur équipe est quand même parvenue à arracher une place en Champions League, les dirigeants de l'Udinese ont remis le couvert. Ils ont vendu Handanovic, Isla, Asamoah, Cuadrado, Doubai, Pazienza, Torje et Floro F...

LES 100 MILLIONS DE L'UDINESE. Ce mercredi, l'Udinese dispute les barrages de la Ligue des Champions contre Braga et on peut se demander si les dirigeants font tout pour briller dans cette compétition. Ainsi la saison dernière, ils avaient affronté Arsenal au même stade sans Sanchez, Inler et Zapata. Des ventes qui avaient rapporté 61 millions de plus-value et avaient vite fait oublier l'injuste élimination face aux Gunners. Comme en mai dernier, leur équipe est quand même parvenue à arracher une place en Champions League, les dirigeants de l'Udinese ont remis le couvert. Ils ont vendu Handanovic, Isla, Asamoah, Cuadrado, Doubai, Pazienza, Torje et Floro Flores pour 43 millions en attendant les levées d'options. Une partie de cet argent est réinvesti dans l'achat de jeunes qui ont un réel potentiel mais qui ne sont pas prêts pour les compétitions européennes. Dans le noyau, il n'y a que neuf italiens, tous les autres viennent des quatre coins du monde. Comme l'Udinese a une solide cellule scouting (10 millions en 2010), elle ne peut pas effectuer des frais pour ses jeunes. Pozzo. le patron de l'Udinese, ne compte plus ses bons coups et manifestement, pour lui, les 8,6 millions pour la qualification aux poules de la LC et les primes ne valent pas la peine de changer la politique commerciale du club. LA LAZIO RAME. Malgré sa victoire à l'arraché sur Malmö (2-1), Vlado Petkovic n'aura pas réussi son parcours d'approche en vue de sa première saison en Italie. Face à des adversaires convenables (Galatasaray, Getafe et Torino), le coach serbe a vu son équipe perdre sans mérite. Le stade Olimpico était désert pour la venue de la modeste équipe suédoise contre laquelle on a quand même assisté à une prestation plus volontaire des Laziali. Il était temps car, mises à part les rencontres face aux équipes d'amateurs et à la Salernitana, ils avaient toujours perdu sans marquer un but. Bref, on est loin du jeu offensif promis par Petkovic : son 4-2-3-1 n'est pas paru adapté à son noyau. Si le duo médian Cana- Ledesma apporte une certaine sécurité, il ralentit le départ des actions. Hernanes est manifestement bien plus dangereux quand il joue soutien d'attaque et devant, Klose est trop seul. D'ici jeudi, Petkovic doit donc trouver une dispositif susceptible de gommer toutes carences en vue du déplacement en Europa League chez les Slovènes de Mura. À BARI, C'EST PAS FINI (SUITE). Suite aux déclarations d' Andrea Masiello et du repenti Vittorio Micolucci, il apparaît que Bari aurait vendu le match du 11 mai 2008 contre Trévise (défaite 0-1). De nombreux joueurs ont été interrogés et plus particulièrement Vitangelo Spadavecchia, la doublure de Jean-François Gillet qui avait bien pris place dans les buts. Alors qu'ils avaient été acquittés par le tribunal sportif pour leur participation au match Bari-Udinese de 2010, les deux actuels joueurs de la Juventus, Bonucci et Pepe, ont vu le Parquet fédéral aller en appel. LA MOUSTACHE DE VUCINIC. Auteur d'une bonne fin de saison et d'une convaincante montée au jeu lors de la Supercoupe, l'attaquant de la Juventus fait le buzz. Non pas pour son goal mais parce qu'à Pékin il arborait une moustache. Du coup, la nostalgie de ce look des années 70-80 a refait surface sur tous les réseaux sociaux. Une page intitulée " nous voulons les joueurs avec des moustaches et des gardiens avec des casquettes " a rassemblé un nombre incroyable de photos footballeurs moustachus connus. On ne sait pas si ce look vintage reviendra à la mode mais en tout cas, ces nostalgiques en ont marre de voir les joueurs préférer se concentrer sur la forme de leurs tatouages. C'était face à une D3 mais Fabrizio Miccoli a qualifié Palerme pour le 4e tour de la Coupe au point d'être ovationné par les 12.000 spectateurs. Andrea Dossena, le milieu de Naples, a écopé de deux matches de suspension pour avoir agressé verbalement un arbitre après la Supercoupe. Milan a remboursé 72 abonnés mécontents suite à la vente d'Ibrahimovic et Thiago Silva. Un chiffre modeste mais apparemment les autres candidats ne se sont poussés au portillon : le 15 août, on ne comptait que 19.283 abonnés contre les 31.233 de la saison dernière. NICOLAS RIBAUDO" Si un joueur suspendu ne peut jouer, un entraîneur suspendu ne devrait pas entraîner. "Zdenek Zeman (à propos de Conte) qui a déclenché l'ire des dirigeants de la Juventus et un tourbilllon de réactions.