ON SE BLESSE TOUJOURS PLUS. La faculté de médecine du sport de l'Université de Naples vient de rendre publics les résultats de son enquête sur les blessures en Serie A. On constate que les jours d'absence pour blessure sont en augmentation : 2.412 en 2007-2008, 2.591 en 2008-2009, 2.640 en 2009-2010 avec malgré tout une baisse à 2.309 la saison dernière. Cette année, la tendance est de nouveau à la hausse : au terme de la 21e journée, on en était à 1.636 contre 1.417 il y a un an. Les problèmes musculaires (792 jours d'absence, 48,4 %) arrivent largement en tête au classement des causes des forfaits. Suivent les ligaments croisés (134 jours), les contusions et distorsions de la cheville (117), contusions et distorsions du genou (111) et les fractures du pied (50). En 2011-2012, c'est Milan (41 blessés pour 146 jours d'absence) qui arrive en tête devant la ...

ON SE BLESSE TOUJOURS PLUS. La faculté de médecine du sport de l'Université de Naples vient de rendre publics les résultats de son enquête sur les blessures en Serie A. On constate que les jours d'absence pour blessure sont en augmentation : 2.412 en 2007-2008, 2.591 en 2008-2009, 2.640 en 2009-2010 avec malgré tout une baisse à 2.309 la saison dernière. Cette année, la tendance est de nouveau à la hausse : au terme de la 21e journée, on en était à 1.636 contre 1.417 il y a un an. Les problèmes musculaires (792 jours d'absence, 48,4 %) arrivent largement en tête au classement des causes des forfaits. Suivent les ligaments croisés (134 jours), les contusions et distorsions de la cheville (117), contusions et distorsions du genou (111) et les fractures du pied (50). En 2011-2012, c'est Milan (41 blessés pour 146 jours d'absence) qui arrive en tête devant la Lazio (44-131) et l'Inter (38-126) tandis que la Juventus ferme la marche (14-33). Le fait de participer à des coupes d'Europe n'est pas à la base de ce trio : si l'on dresse un classement sur les 5 dernières saisons, ce sont les clubs disputant le seul championnat (Catane et Genoa) qui arrivent en tête. MAZZARRI JOUE A CACHE-CACHE. Suspendu par l'UEFA, le coach de Naples n'était pas sur le banc contre Chelsea. Par un communiqué, le club avait laissé entendre que Mazzarri resterait à l'hôtel de Castelvolturno. Mais les journalistes ont été surpris de le voir féliciter ses joueurs dans la zone menant aux vestiaires quelques minutes à peine après le coup de sifflet final. Réponse du coach : " Les routes étaient vides ". Voyant que c'était trop gros, Mazzarri a alors rétabli la vérité : il ne lui était possible de regarder ce match seul dans sa chambre à 40 kilomètres de là. Le passionnel Special One de Ligurie a finalement suivi le match dans le dirigibile, soit la tour tout en haut du stade San Paolo. UN SOMMET FAUSSÉ. Suite à de grossières erreurs arbitrales, Milan-Juventus aura attiré l'attention par ses polémiques et le surplus de nervosité qui aura entraîné l'exclusion du milieu de la Juventus Vidal à la 89e, pour un tackle par l'arrière sur Van Bommel, et une échauffourée au coup de sifflet final. Milan mène grâce à un but de Nocerino quand, à la 26e, Muntari bat Buffon. Dans un premier temps, l'arbitre accorde le but mais sur le conseil de son assistant superbement placé, il change d'avis alors que le ballon avait nettement franchi la ligne de but ! Sur ce, Adriano Galliani, l'administrateur délégué de Milan, quitte sa place en tribune et à la mi-temps, n'hésite pas à dire à l'arbitre ce qu'il pense avant d'hurler à un dirigeant et au coach de la Juventus : " Et quoi maintenant vous allez encore faire le tour de tous les journaux pour leur parler d'un complot anti-Juve ?" Ce à quoi Conte a répondu " Tiens qui nous fait la morale ; vous êtes la mafia du football !" Après cet épisode, le dirigeant milanista a préféré quitter le stade. A la reprise, le trio arbitral ne voit pas un coup de poing de Mexès à son ex-équipier à la Roma, Borriello. Ce geste du défenseur français (qui sera sans doute poursuivi par la fédération) aura encore fait monter la tension et a été suivi de quelques coups " limite rouge ". Le calme semblait être revenu quand, à la 77e, toujours sous le conseil du même juge de touche, l'arbitre annule le goal égalisateur de Matri pour un hors-jeu imaginaire. Mais à la 83e, l'attaquant turinois réussit son coup. A la fin du match, grâce à l'intervention de plusieurs joueurs, on a évité de peu la castagne entre Ambrosini et Chiellini. Après la défaite contre Milan, les choses étaient claires : Cesena allait virer Daniele Arrigoni. Arrivé fin octobre à la place de Marco Giampaolo, il a laissé sa place à Mario Beretta. On en est au 13e remplacement depuis le début de la saison.Un but et un assist : Muriel (Luis Fernando Muriel Fruto) est l'homme providentiel de Lecce, qui croit de nouveau au maintien. Ce jeune Colombien (20 ans) doué appartient à l'Udinese où on le compare déjà à Alexis Sanchez. Après deux lourdes défaites et une réunion houleuse avec son président, Edy Reja a faxé sa démission à la Lazio. Alors qu'il a annoncé qu'il était peu probable qu'il revienne sur sa décision, le coach est resté : pas mal comme farce. NICOLAS RIBAUDO" Même si je l'avais vu, je n'aurais pas dit que le ballon avait dépassé la ligne. " Gigi Buffon, qui n'a rien fait pour calmer les esprits.