COUP DE GUEULE INUTILE À L'INTER. Après la déconvenue à Rome (4-0), MassimoMoratti a, pour la première fois, attaqué de front les joueurs. Ceux-ci n'ont pas relevé la tête contre Novara, qui n'avait pas encore gagné en déplacement. Mais le boss doit aussi s'interroger sur la qualité de ses transferts lors des quatre dernières sessions de marché. Durant l'été 2010, l'Inter a misé 8 millions sur Biabiany et Coutinho : le Français a directement été vendu à Parme et le Brésilien vient d'être prêté à l'Espanyol. En janvier 2011, Leonardo a eu droit à un marché de plus de 30 millions : Pazzini (12), Nagatomo (2 le prêt et 6 millions l'option levée entre-temps) et Ranocchia (12,5). Contre Novara, ils étaient tous les trois sur le banc et Ranocchia n'a même pas été t...

COUP DE GUEULE INUTILE À L'INTER. Après la déconvenue à Rome (4-0), MassimoMoratti a, pour la première fois, attaqué de front les joueurs. Ceux-ci n'ont pas relevé la tête contre Novara, qui n'avait pas encore gagné en déplacement. Mais le boss doit aussi s'interroger sur la qualité de ses transferts lors des quatre dernières sessions de marché. Durant l'été 2010, l'Inter a misé 8 millions sur Biabiany et Coutinho : le Français a directement été vendu à Parme et le Brésilien vient d'être prêté à l'Espanyol. En janvier 2011, Leonardo a eu droit à un marché de plus de 30 millions : Pazzini (12), Nagatomo (2 le prêt et 6 millions l'option levée entre-temps) et Ranocchia (12,5). Contre Novara, ils étaient tous les trois sur le banc et Ranocchia n'a même pas été titularisé alors que Samuel est blessé. Le dernier marché estival s'est révélé un échec : Castaignos (1,5 million pour 159 minutes de jeu et un but), Jonathan (5, déjà bazardé à Parme), Zarate (un prêt de 2,7 et blackboulé par Ranieri), Alvarez (11,9 ; bon seulement pendant la période après Noël) et enfin Forlan (5, un blessé à répétition). Et le dernier mercato a vu l'arrivée de Palombo (1 million de prêt), de Guarin (1,5 million le prêt et 11 millions l'option), qui est blessé et ne peut jouer en LC et, enfin, du jeune Juan Jesus (3,8), prélevé l'Internacional, il devait être prêté à... Novara : c'est dire si l'on croyait en lui. IBRAHIMOVIC, GULLIVER ET LES STATS. Un jour, Antonio Conte, le coach de la Juventus, l'a surnommé Gulliver, pour son gabarit géant et... son amour pour les voyages. Après avoir posé ses valises à l'Ajax, la Juventus, l'Inter, chez les terribles Lilliputiens de Barcelone et à Milan, Ibrahimovic semble engagé dans le scénario, qui a prévalu lors de ses précédents changements. Pour certains, Ibra aurait commencé à interpréter son rôle en octobre lorsque, au cours d'une escapade en Suède, il a annoncé qu'il en avait marre du foot. A son retour en Italie, il a promis l'amour éternel au maillot rossonero. Acte 2 : après Milan-Cagliari, le manager du joueur entre en scène : " Tout le monde me réclame Ibra parce que c'est un phénomène et Berlusconi l'évalue à 150 millions. " Personne n'avale le très gros poisson : en fait, le Suédois aimerait voir son salaire annuel (8 millions) être augmenté. Le manager propose à la direction (qui refuse) une prolongation d'un an du contrat courant jusqu'en 2015 avec une augmentation à la clé. Gulliver est donc prêt à reprendre la route. Et un échange avec MarioBalotelli a la cote : les cheiks de Manchester City ne parlent pas de réduire la masse salariale et le bad boy italien, malgré les démentis, se verrait bien quitter l'Angleterre. Entre-temps, sans Ibra, qui a purgé sa première des trois journées de suspension, Milan a gagné à Udine. Alors que le Suédois est importantissime pour son équipe, les stats disent le contraire. Depuis huit ans, Ibra a loupé 14 matches pour carte rouge et le bilan de ses équipiers est de 13 victoires pour une défaite, et encore, subie l'année dernière à Palerme alors que le titre était déjà acquis. ON MARQUE MOINS SUR COUP FRANC. Les chiffres sont clairs : alors qu'en 2006-2007, 4,2 % des coups francs directs étaient convertis (30 sur 705 tentatives) on n'en est plus qu'à 2,6 % cette année (9 sur 340). Selon Francesco Lodi, le joueur de Catane qui en a déjà réussi 5, cette baisse s'explique par le fait que les joueurs tirent en force et ne tentent plus de contourner le mur et surtout que rares sont les joueurs talentueux qui se plient à un entraînement spécifique. Mais il faut aussi dire que le nombre de fautes commises dans les environs du rectangle a également baissé (1,8 % contre 2 % la saison dernière). En déplacement Genoa encaisse en moyenne 2,5 buts, mais pour sa première victoire en 2012, Catane a cartonné (4-0) grâce à un jeu tout en vitesse avec en évidence Barrientos, auteur de deux goals en 4 minutes. Depuis sa victoire contre la Lazio du 22 janvier, l'Inter n'a plus gagné un match encaissant quatre défaites dont deux contre des candidats à la descente et un nul : c'est le record négatif depuis l'arrivée de ClaudioRanieri. Mercredi dernier, Catane et Rome ont joué les 25 minutes dont avait été amputée leur confrontation le 14 janvier alors que la marque était de 1-1. Pour assister à ce bout de rencontre, les organisateurs ont fixé le prix des places à 1 euro. NICOLAS RIBAUDO" Je serais intellectuellement stupide si je disais que nous ne sommes pas favoris en Coupe "Antonio Conte, le coach de la Juventus, après la victoire à Milan en demi-finales aller (1-2)