LA PREMIÈRE ROMAINE D'ALLEGRI. Ça y est, le coach de Milan tient sa première victoire sur l'AS Rome contre laquelle il n'avait jusque-là récolté que trois nuls et deux défaites. Une grande journée pour Massimiliano Allegri qui, quelques heures avant le coup d'envoi du match, était devenu papa pour la deuxième fois d'un petit Giorgio. Avant de filer à l'hôpital, il a signalé avoir la sensation qu' Ibrahimovic avait retrouvé toute sa joie de jouer. Auteur de deux buts, le Suédois n'a pas été le seul à briller mais le coach était content de voir que sa ligne d'attaque, toujours privée de Pato et avec un Robinho tournant au ralenti au point d'être relégué au second rang, n'est pas restée muette. Lors des deux dernières journées de championnat, les buts étaient venus de la ligne médiane avec des triplés de Boateng ...

LA PREMIÈRE ROMAINE D'ALLEGRI. Ça y est, le coach de Milan tient sa première victoire sur l'AS Rome contre laquelle il n'avait jusque-là récolté que trois nuls et deux défaites. Une grande journée pour Massimiliano Allegri qui, quelques heures avant le coup d'envoi du match, était devenu papa pour la deuxième fois d'un petit Giorgio. Avant de filer à l'hôpital, il a signalé avoir la sensation qu' Ibrahimovic avait retrouvé toute sa joie de jouer. Auteur de deux buts, le Suédois n'a pas été le seul à briller mais le coach était content de voir que sa ligne d'attaque, toujours privée de Pato et avec un Robinho tournant au ralenti au point d'être relégué au second rang, n'est pas restée muette. Lors des deux dernières journées de championnat, les buts étaient venus de la ligne médiane avec des triplés de Boateng à Lecce et de Nocerino contre Parme. Allegri ne va pas se plaindre que les joueurs venant de l'arrière (il ne faut pas oublier les défenseurs Thiago Silva, Yepes et Nesta samedi dernier) marquent des goals : c'est une arme en plus. Et puis, chaque jour à l'entraînement, il répète inlassablement les mouvements permettant aux médians de surgir de l'arrière. Mais le coach souhaite éviter qu' Ibra et Cassano limitent leur rôle à ouvrir des brèches dans les défenses adverses évoluant souvent à hauteur de leur rectangle sans goûter à la joie de mettre le ballon au fond des filets. Entre-temps, Allegri a enregistré la défection de Gennaro Gattuso victime d'une douleur à l'£il gauche et il n'est pas sûr de pouvoir compter sur Philippe Mexès le 19 novembre contre la Fiorentina. A peine remis de la blessure au genou encourue en avril, le défenseur français s'est occasionné une micro-fracture à la main et l'opération semble inévitable. INTER : IL N'Y A PAS QUE LES ARBITRES. Cela fait un petit bout de temps que la direction et Claudio Ranieri se plaignent de l'arbitrage. Si c'est vrai que les cinq penalties sifflés contre l'Inter ne sont pas tous justifiés, il ne faut quand même pas jouer les Caliméro : les vrais problèmes des Nerazzurri sont ailleurs. L'échec à Catane, la difficile victoire contre Chievo et le nul à l'arrachée à l'Atalanta ont confirmé que l'équipe accusait un préoccupant retard de forme. Certains vétérans sont loin du niveau qui était le leur sous l'ère Mourinho. Déjà victime de plusieurs ennuis musculaires, Julio César n'a pas joué contre la Juventus à cause d'une élongation à la cuisse gauche, Stankovic et Maicon ne sont plus que de pâles copies des originaux, Chivu ne parvient plus à s'élever dans les airs pour prendre un ballon et Milito gaspille des occasions de buts à la pelle. Quand on aura dit que le plus régulier reste le vétéran Zanetti (38 ans) et que Cambiasso est seul à faire tourner le milieu, on admettra que les erreurs d'arbitrage ne sont pas un alibi. En outre, le flanc gauche avec un pâle Nagatomo et Obi n'est pas assez productif et, devant, Zarate joue d'abord pour lui et puis, encore pour lui avant de penser collectivement juste avant... d'être remplacé. FLORENTINS SOUS ESCORTE. Ciel plombé à Florence où, après le dernier entraînement, l'équipe a quitté le stade sous escorte de la police. La victoire contre Genoa a accordé un petit répit à Sinisa Mihajlovic, qui était sur la sellette (l'arrivée de Delio Rossi était annoncée en cas de défaite). Le Serbe patauge un peu aussi : alors qu'il avait déclaré qu'il allait changer de dispositif, il a reconduit son 4-3-3 habituel. Cette incohérence a été reléguée au second plan par le prétendu intérêt d'Arsenal pour Montolivo (9 millions) mais surtout pour celui, plus fondé, sur Stevan Jovetic, le Monténégrin qui a disputé quelques matches de grande classe. Vainqueur de Naples, Catane a égalé son record de six matches sans défaite. C'est la cinquième fois d'affilée que l'équipe de Montella parvient à revenir à la marque. Cavani avait pourtant donné l'avance à Naples alors qu'on ne jouait même pas depuis 30 secondes.Même s'il n'a pas livré sa prestation la plus aboutie de la saison, Andrea Pirlo a encore une fois été l'âme du retour de la Juventus en haut du classement et a fêté son 400e match pro par une importante victoire. S'il collectionne les victoires à domicile (4 avec 11 goals), Palerme est extrêmement indigent en déplacement (1 point sur 15 et pas un but marqué). A Udine, JosipIlicic, qui n'a plus marqué depuis le 6 février, a débuté sur le banc. NICOLAS RIBAUDO" Ma rage à l'égard de la Juve est passée parce que je traverse une des meilleures périodes de ma carrière. "Sebastian Giovinco (Parme), qui avait juré qu'il ne retournerait plus à la Juve, se voit bien succéder à Del Piero.