SQUADRA VERS L'EURO 2012. A Modène, l'Italie a logiquement pris la mesure de l'Estonie (3-0) grâce à des buts de Giuseppe Rossi, Antonio Cassano et GiampaoloPazzini. Mais plus que de ce succès acquis face à un adversaire modeste, ce sont deux noms qui ont été au centre des discussions suite à des déclarations de Cesare Prandelli. Le coach a affirmé qu'il ne reprendrait pas automatiquement Cassano s'il ne continue pas à jouer régulièrement à Milan où il passe après Ibrahimovic, Robinho et Pato. L'autre sujet était la non-sélection de Daniele De Rossi. " Il est out mais pas pour un choix technique, désolé mais c'est ainsi. Il a sa place en équipe nationale mais depuis le premier jour je le dis que je n'aime pas les joueurs qui lèvent les coudes et qui crachent ! ". Le milieu de l'AS Rome traverse manifestement une mauvaise passe. Avant le match, son nom avait figuré dans la liste des personnes mêlées dans l'enquête des mat...

SQUADRA VERS L'EURO 2012. A Modène, l'Italie a logiquement pris la mesure de l'Estonie (3-0) grâce à des buts de Giuseppe Rossi, Antonio Cassano et GiampaoloPazzini. Mais plus que de ce succès acquis face à un adversaire modeste, ce sont deux noms qui ont été au centre des discussions suite à des déclarations de Cesare Prandelli. Le coach a affirmé qu'il ne reprendrait pas automatiquement Cassano s'il ne continue pas à jouer régulièrement à Milan où il passe après Ibrahimovic, Robinho et Pato. L'autre sujet était la non-sélection de Daniele De Rossi. " Il est out mais pas pour un choix technique, désolé mais c'est ainsi. Il a sa place en équipe nationale mais depuis le premier jour je le dis que je n'aime pas les joueurs qui lèvent les coudes et qui crachent ! ". Le milieu de l'AS Rome traverse manifestement une mauvaise passe. Avant le match, son nom avait figuré dans la liste des personnes mêlées dans l'enquête des matches truqués. Le Parquet a démenti l'information mais ça n'a pas calmé totalement le joueur. ZAMPARINI TIRE À VUE. Après la défaite en finale de la Coupe d'Italie alors que son équipe avait mieux joué, le président de Palerme a pété les plombs. Dans la tribune, il ne s'est pas montré très élégant avec l'épouse du président de l'Inter Massimo Moratti, coupable d'avoir... applaudi son équipe. Il a couru au foyer des joueurs et après avoir vu les images des phases litigieuses (l'arbitre n'a pas sifflé un penalty flagrant à son équipe accordant même un coup franc à l'adversaire), il a hurlé : " Ils ne savent que voler ". Maurizio Zamparini a évidemment carbonisé l'arbitre et a critiqué les choix tactiques de son entraîneur. On pourrait penser que tout cela a été fait sous le coup de la déception. Et bien non, à tête reposée, le président palermitain en a rajouté quelques couches. Il a comparé la famille Moratti aux Rapetous. Il a éreinté la commission des arbitres qui a désigné un arbitre, Morganti, qui faisait ses adieux. " Ils l'ont choisi pour qu'il ait une ligne dans son CV. Notre système arbitral ne fonctionne pas. Je le disais avant Calciopoli. Et dans ce cas-ci, il pouvait se tromper allègrement vu qu'il ne risquait aucune suspension. " Enfin, il a assassiné son coach : " Notre noyau est trop jeune ? Et quoi Messi, il a 50 ans ? Et en Angleterre, Arsenal réussit quand même de bons résultats avec une équipe de 21 ans de moyenne. Qu'il pense plus à attaquer qu'à défendre. Il n'admet jamais qu'il s'est trompé de tactique. Je ne lui proposerai qu'un an de contrat et encore à mes conditions car pour lui la partie économique compte plus que Palerme. " Delio Rossi n'a pas prolongé son bail. UN SCANDALE DES PARIS TRUQUÉS. D'après la justice, les résultats de 18 matches principalement de D3 mais également de D2 et un de Seria A (Inter-Lecce pour lequel il y a eu des mises importantes sur le 3-0 mais l'Inter a gagné 1-0) ont été manipulés, 15 autres, y compris de D1 étant dans le collimateur. L'enquête a mené à l'arrestation de Beppe Signori, l'ex-attaquant de la Lazio. Les joueurs d'Ascoli, VincenzoSommese et Vittorio Micolucci, ont également été arrêtés et le capitaine de l'Atalanta, Cristiano Doni, a été mis sous enquête. En tout, la police de Crémone a mis sept personnes en taule et neuf font l'objet d'un arrêt domiciliaire. Le tout a débuté avec la rencontre Cremonese-Paganese du 14 novembre 2010. Ce jour-là, le gardien MarcoPaoloni, qui était hors noyau, aurait drogué avec un calmant cinq de ses équipiers dont le capitaine Andrea Zanchetta, qui a connu une baisse de régime sans précédent, et Carlo Gervasoni, qui a perdu connaissance alors qu'il était au volant de sa voiture. Ces affaires ont incité le club à faire passer des analyses, qui ont décelé des traces de benzodiazépine. Le directeur général de la Cremonese, SandroTurotti, a directement averti la police, qui a ouvert une enquête, des écoutes la menant à Paoloni. Celui-ci participait à un trafic de paris truqués avec différents groupes de parieurs de Milan, Bologne (avec Signori à sa tête) et un groupe d'étrangers (essentiellement des Slaves et des Roms chapeauté par le Slovaque AlmirGegic, surnommé le Gitan). Mais à un moment, Paoloni n'est plus parvenu à contrôler les résultats des matches, faisant perdre pas mal d'argent aux parieurs. Il fait l'objet alors d'une tentative d'extorsion et reçoit des menaces de mort. Selon le Parquet fédéral, les promotions en A de l'Atalanta et de Sienne risquent d'être remises en question. D'accord l'Estonie ce n'est pas la mer à boire mais Giuseppe Rossi est la preuve que la Squadra avance dans le bon sens. Pepito est en mesure d'imiter un autre Rossi célèbre : Paolo communément appelé Pablito. Cassano n'est pas serein comme on pourrait le croire. Après le match de l'Italie, il a refusé de signer les autographes aux enfants. Rebelote le lendemain avant d'insulter un cameraman qui le filmait ouvertement, pas d'autographes non plus pour le personnel du restaurant et dispute avec le directeur de l'établissement. Qu'en pense Prandelli ? Bari a officiellement annoncé que Jean-François Gillet était à vendre. Recordman des présences avec 353 matches et cité à Bruges, Standard et même Gand, le Liégeois est annoncé à Catane où Andujar est en partance et à Bologne où Viviano pourrait rejoindre l'Inter, club auquel il appartient à 50 %.NICOLAS RIBAUDO" Nous ne sommes pas un supermarché. Tout au plus, une bijouterie où tout coûte cher. "Aurelio De Laurentiis, le président de Naples.