DE ROSSI PAS COMME GATTUSO. Jeudi dernier le milieu romain apprenait que les dirigeants du Shakhtar Donetsk avaient déposé, une semaine plus tôt, une plainte contre lui auprès de l'UEFA. Les Ukrainiens accusaient Daniele De Rossi, d'avoir donné un coup de poing à Dmitro Chygrynskiy après le coup de sifflet final du match de Ligue des Champions. Les dirigeants giallorossi n'ont jamais nié les faits et ont même affirmé qu'ils s'attendaient à cette action en justice. Bref, pendant que les Ukrainiens rassemblaient les images tv, les avocats du club romain ont mis au point la défense. Après le Milanista, Gennaro Gattuso, qui a écopé de 5 matches de suspension, les supporters romains craignaient que l'UEFA casse leur joueur. Entre-temps, la fédération européenne a acquitté De Rossi parc...

DE ROSSI PAS COMME GATTUSO. Jeudi dernier le milieu romain apprenait que les dirigeants du Shakhtar Donetsk avaient déposé, une semaine plus tôt, une plainte contre lui auprès de l'UEFA. Les Ukrainiens accusaient Daniele De Rossi, d'avoir donné un coup de poing à Dmitro Chygrynskiy après le coup de sifflet final du match de Ligue des Champions. Les dirigeants giallorossi n'ont jamais nié les faits et ont même affirmé qu'ils s'attendaient à cette action en justice. Bref, pendant que les Ukrainiens rassemblaient les images tv, les avocats du club romain ont mis au point la défense. Après le Milanista, Gennaro Gattuso, qui a écopé de 5 matches de suspension, les supporters romains craignaient que l'UEFA casse leur joueur. Entre-temps, la fédération européenne a acquitté De Rossi parce qu'elle a considéré que le geste incriminé, a eu lieu sur corner à la 25e minute (et non pas après la rencontre), n'était qu'un simple fait de jeu. JUVENTUS, LA RÉVOLUTION RATÉE. 10 points lors des 10 derniers matches, la Vieille Dame n'avance pas et de plus en plus de voix s'élèvent pour qu'elle se sépare de son coach. " Avec GigiDelneri, on peut espérer une qualification en Coupe d'Europe mais jamais le titre ", avait lancé un membre du conseil d'administration voici quelques mois. Manifestement, il avait raison. Samedi, contre Bologne, Delneri avait encore une fois révolutionné son équipe, optant pour un 4-3-3 au lieu de son habituel 4-4-2, avec toujours GiorgioChiellini à l'arrière gauche. Qu'il aligne MarcoStorari en lieu et place de GigiBuffon, suspendu, logique mais les titularisations en défense de Zdenek Grygera, sur l'aile gauche de Jorge Martinez et en pointe de Vincenzo Iaquinta c'étaient carrément des surprises, qui n'ont rien donné. Malheureusement pour le coach, le duo d'avants Luca Toni- Alessandro Del Piero monté à la reprise n'a pas été plus productif. Pour expliquer le fait que son équipe n'a jamais vraiment pris l'ascendant sur son adversaire, Delneri a avancé l'absence d' Alberto Aquilani, blessé à la cuisse droite. Une excuse un peu légère : si le milieu prêté par Liverpool joue bien, il n'est pas au-dessus du lot. On se demande ce qu'en pense Andrea Agnelli qui, lundi dernier après la défaite à Lecce, s'était déjà rendu au centre d'entraînement pour faire la morale aux joueurs. Bref, le speech du président n'a pas donné des ailes aux Bianconeri. PALERME : LA CATA. 0-7, c'est la plus dure défaite subie par les Rosaneri depuis qu'ils ont rejoint la D1 en 2004 (ce score n'avait plus été enregistré à domicile depuis septembre 1950). Cela fait plusieurs semaines que le président MaurizioZamparini accuse DelioRossi de ne pas prendre les mesures défensives nécessaires et les supporters se demandaient comment cela se faisait que le coach était toujours en place. Question d'autant plus pertinente que le président de Palerme a changé dans sa carrière de coach comme de chemise (28 en 24 ans). Rossi ne pouvait pas survivre à cet échec. Zamparini est certes un fou furieux mais quand il dit : " Il a détruit cette équipe. Cela fait plusieurs fois que je lui demande de mettre la défense en place et il ne l'a pas fait. Vous me demandez s'il va rester. Oui, à 1 %. " Le coach a directement annoncé qu'il ne démissionnerait pas et Fabrizio Miccoli, le capitaine, a affirmé que les joueurs étaient derrière Rossi. Mais tout le monde sait qu'à Palerme le président prend les décisions seul. Marco Di Vaio (34 ans en juillet) était et reste le seul vrai buteur de Bologne. Face à la Juventus, il a frappé - pas mal le lob sur le premier but - deux fois. Le mystère reste entier : pourquoi n'a-t-il réellement jamais reçu sa chance dans un grand club ? Julio Cesar n'est plus le rempart infranchissable de la saison dernière. Sa bourde contre le Bayern n'est pas la première et on parle de plus en plus de l'arrivée d' Emiliano Viviano, le gardien de Bologne qui appartient à l'Inter. Alexis Sánchez, qui a marqué 4 buts à Palerme, est devenu le 12e joueur à réussir cet exploit lors des 30 dernières années. L'attaquant de l'Udinese rejoint Van Basten, Baggio, Casiraghi, Savicevic, Otero, Di Vaio, Montella, Vieri, Gilardino, qui a réussi le doublé, Lucarelli et Pozzi. Le record appartient toutefois à Pruzzo, qui avait pris à son compte les 5 buts de Rome contre Avellino (en février 1986). NICOLAS RIBAUDO" Nous avons un football hystérique et nous pensons seulement et exclusivement au résultat. "Cesare Prandelli, coach de l'équipe d'Italie.