JEAN-FRANCOIS GILLET EN AVANCE. Le gardien de Bari, qui s'est blessé à l'épaule droite contre l'AS Rome et n'a pas joué le dernier match de championnat contre Palerme, s'est notamment rendu dans un centre de physiothérapie à Viareggio où il a travaillé ferme. Le Liégeois serait en avance sur les temps de revalidation prévus au point que son retour pour le derby contre Lecce serait envisageable.
...

JEAN-FRANCOIS GILLET EN AVANCE. Le gardien de Bari, qui s'est blessé à l'épaule droite contre l'AS Rome et n'a pas joué le dernier match de championnat contre Palerme, s'est notamment rendu dans un centre de physiothérapie à Viareggio où il a travaillé ferme. Le Liégeois serait en avance sur les temps de revalidation prévus au point que son retour pour le derby contre Lecce serait envisageable. DES MILLIONS POUR BENITEZ. On peut se demander dans quelle mesure Rafael Benitez n'a pas fait ses déclarations contre le club justement pour pousser Massimo Moratti à le virer. D'ailleurs, en novembre, le président avait avoué : " Il y a dix ans, je l'aurais déjà viré depuis un mois "... Jeudi dernier à 13 h, la séparation a été officialisée. Si sur le plan sportif, le coach n'a pas eu à se réjouir (sa gestion a été à la base de nombreuses crises de nerfs), il en va autrement sur le plan financier : il part avec un chèque de 5,3 millions pour six mois de travail, soit 30.000 euros par jour. Dans les minutes qui ont suivi, Walter Zenga a démissionné de son poste à l'Al-Nassr (Arabie Saoudite) mais c'est tout de même le favori (mais pas le préféré des supporters), Leonardo qui succédera à l'Espagnol jusqu'en juin 2012. CASSANO VA DANS SA POCHE. Pour que l'attaquant puisse passer à Milan, il restait à voir qui allait verser les 5 millions d'euros dus au Real Madrid. La solution a vite été trouvée : on divise la note par trois ! Tout le monde était content excepté quelques supporters de la Sampdoria qui, non seulement voient partir leur meilleur élément mais aussi leur club payer pour s'en séparer. Entre-temps, Milan a signalé que Cassano a accepté de revoir son salaire à la baisse : 2,8 millions au lieu de 3. C'est le 3 janvier que l'attaquant sera officiellement Rossonero mais avant cela il prendra part au stage à Dubaï et au match amical contre l'Al-Ahly (équipe de Fabio Cannavaro) le 2 janvier. L'ITALIE PLEURE ENZO BEARZOT. L'ex-coach de l'équipe nationale est décédé à 83 ans, des suites d'une longue maladie. Il vecio (le vieux) a dirigé la Squadra Azzurra de 1975 (comme adjoint au début) jusqu'en 1986. Son plus grand succès reste évidemment le titre mondial en 1982 mais l'homme à la pipe et au nez écrasé (souvenir de sa carrière de joueur, 251 matches de D1 et 1 cap) a marqué les esprits par sa façon d'être. Au début, les tifosi n'aimaient pas ses méthodes autoritaires, son caractère introverti, son côté anti-vedette. Mais Bearzot est avant tout celui qui a carrément rompu avec le catenaccio pur et dur en équipe nationale. La formation de 1978 a exprimé le plus beau football de l'histoire (à revoir le goal de Bettega contre l'Argentine) mais le hasard a voulu qu'elle ait été trahie par un de ses plus fidèles serviteurs : Dino Zoff. Sa troisième Coupe du Monde fut un échec : en 1986, il sélectionna énormément de joueurs en signe de reconnaissance écartant des jeunes prometteurs. Promu superviseur des équipes nationales, il s'est mis lui-même de côté. Après ses cinq titres avec l'Inter, Samuel Eto'o a été élu pour la quatrième fois Ballon d'Or africain (2003, 04, 05) par les coaches et capitaines des 53 nations de la Confédération Africaine. Encore une fois, Ronaldinho va quitter un club en claquant la porte. Il fait traîner les négociations et menace Milan s'il ne lui verse pas une prime de départ (apparemment non prévue). C'est le butin estimé du vol effectué dans les bureaux du stade de Naples. Ce montant généré par la vente aux guichets des billets pour le match contre Lecce ne représente qu'une faible partie de la recette brute totale (486.171,81 euros) mais c'est la première fois que de l'argent disparaît des caisses du club. NICOLAS RIBAUDO" A la Juve rien n'est dû à personne, même pas à Buffon. "Gigi Delneri (coach), qui n'entretient pas un rapport cordial avec le gardien.