BORRIELLO BOUTE LE FEU. L'attaquant de la Roma a déjà marqué neuf buts. Excepté celui inscrit à Brescia, ils l'ont tous été lorsque son équipe attaquait dans la direction de la fameuse Curva Sud, où son massés les ultras locaux ravis. En revanche, l'avant n'entretient pas des rapports idylliques avec ses collègues. La raison ? Il aurait transgressé la loi non écrite, qui consiste à ne pas critiquer un équipier sur et en dehors du terrain. Et avec ses remarques véhémentes à Totti pour un service vertical trop long ou à Menez, qui oublie un assist, il s'est mis hors-jeu. Parmi ceux qui ne lui pardonnent pas son comportement, il y a Daniele De...

BORRIELLO BOUTE LE FEU. L'attaquant de la Roma a déjà marqué neuf buts. Excepté celui inscrit à Brescia, ils l'ont tous été lorsque son équipe attaquait dans la direction de la fameuse Curva Sud, où son massés les ultras locaux ravis. En revanche, l'avant n'entretient pas des rapports idylliques avec ses collègues. La raison ? Il aurait transgressé la loi non écrite, qui consiste à ne pas critiquer un équipier sur et en dehors du terrain. Et avec ses remarques véhémentes à Totti pour un service vertical trop long ou à Menez, qui oublie un assist, il s'est mis hors-jeu. Parmi ceux qui ne lui pardonnent pas son comportement, il y a Daniele De Rossi. Le médian, qui est un des leaders du vestiaire, lui a rappelé les consignes lors de la réunion de groupe. Le ton a monté et plusieurs joueurs sont intervenus pour calmer les esprits. Pendant que Boriello rappelait qu'il n'avait jamais reçu de telles remarques par les champions du Milan, De Rossi a quitté le centre d'entraînement, officiellement pour passer une visite de contrôle après la blessure encourue avec l'équipe nationale. UN CONTRAT PILOTE F1 POUR CHIELLINI. Le défenseur a prolongé à la Juventus jusqu'en 2015. La seule chose qui a surpris c'est le fait que ses managers aient déclaré que ce contrat est assez spécial parce qu'il " tient compte des exigences du club et qu'il responsabilise plus encore le joueur. C'est le premier contrat d'un footballeur qui est calqué sur celui d'un golfeur ou d'un pilote de F1 ". Attention, il ne s'agit pas d'un simple formulaire d'une dizaine de pages pré-imprimées. Dans les points repris, on fait référence à l'habillement, à la fréquentation d'endroits publics, aux campagnes de marketing, aux primes selon les objectifs atteints (le salaire de base est de 3,5 millions par an) mais aussi aux réductions en cas d'objectifs non atteints et les conditions permettant au club de reléguer le joueur dans le noyau B sans risquer de se retrouver devant la justice sportive. GRÈVE DES NABABS DU CALCIO ? A moins d'un arrangement à l'amiable, la 16e journée prévue le prochain week-end n'aura pas lieu en raison d'un mouvement de protestation des footballeurs. Les Italiens trouvent cette action insupportable et la considèrent comme " la grève des gâtés et des privilégiés ". Il est logique que cette prise de position ne soit pas appréciée mais pour bien comprendre les raisons de cette mauvaise humeur, il faut aller au-delà des montagnes de démagogie déversées notamment par le représentant des clubs, Claudio Lotito. Pour info, le président de la Lazio a collectionné (et perdu) les procès pour son attitude envers les joueurs relégués dans le noyau B. En fait, l'association des joueurs ne réclame pas plus d'argent mais elle refuse que les dirigeants puissent envoyer certains joueurs sans explication dans le noyau B. Autres principes rejetés : le transfert et le choix du médecin obligatoires. Et si l'attaquant que la Juventus cherche désespérément c'était lui : Fabio Quagliarella ? En tout cas, depuis qu'il est aligné dans l'axe, il trouve plus facilement le chemin du but, comme à Catane. Rafael Benitez avait promis victoires et jeu pétillant. Double objectif raté avec 13 points et 14 goals en moins que la saison dernière. Et la porte, s'il loupe le Mondial des Clubs. La fédération a retiré un point au classement à Bologne pour le non-paiement des impôts sur les salaires de mai et juin. NICOLAS RIBAUDO" Balotelli à Milan en janvier, c'est du football fiction. "Rino Gattuso