LA (RE)NAISSANCE

Cette dernière année et demie, le RFC Seraing est passé par tous les stades de l'émotion. Une escalade à faire flancher les coeurs les plus fragiles, dont seule la Belgique du ballon a le secret. Début avril 2020, le matricule 167 se voit refuser sa licence professionnelle par la Commission agréée, avec la prononciation d'une relégation administrative à la clé. Moins d'un mois plus tard, la Cour belge d'arbitrage du sport (CBAS) claque une visio en cinq minutes pour annuler la décision et, donc, maintenir les Métallos au troisième échelon, la D1 Amateurs.
...

Cette dernière année et demie, le RFC Seraing est passé par tous les stades de l'émotion. Une escalade à faire flancher les coeurs les plus fragiles, dont seule la Belgique du ballon a le secret. Début avril 2020, le matricule 167 se voit refuser sa licence professionnelle par la Commission agréée, avec la prononciation d'une relégation administrative à la clé. Moins d'un mois plus tard, la Cour belge d'arbitrage du sport (CBAS) claque une visio en cinq minutes pour annuler la décision et, donc, maintenir les Métallos au troisième échelon, la D1 Amateurs. Mais c'était sans compter sur le défaut de Roulers et le nouveau format des compétitions, avalisé par la Pro League. Le club sérésien démarre finalement son exercice 2020-2021 en D1B, quatre ans après l'avoir quittée, et ne lâchera que très peu le wagon de tête. Au bout d'une saison folle et d'un barrage d'accession qui l'a été tout autant, ponctué sur une déculottée 2-5 infligée à Waasland-Beveren dans son Freethiel, Seraing a accroché une montée surprise dans l'élite du football noir-jaune-rouge. Un retour, ou pas, puisqu'il ne s'agit techniquement pas de l'entité qui avait complété le podium de la D1 version 1994 et rencontré le Dynamo Moscou, pour le premier tour de la Coupe de l'UEFA, la même année. Alors, pour rassembler, les Liégeois se sont affublés d'un nouveau slogan, défini via un concours organisé au sein des supporters: "Rouge passion, noir charbon". Pour mieux garantir l'identité minière, et surtout établir une nouvelle philosophie de jeu, qui restera plus que probablement dans la lignée de l'ex-T1 Emilio Ferrera, le RFC Seraing a nommé à la tête de l'équipe Jordi Condom, mais a conservé au poste d'adjoint le régional de l'étape, Marc Grosjean, contemporain dans sa jeunesse de onze des plus belles années sérésiennes. Condom, fidèle du projet Aspire d'Eupen, également passé par celui des Chinois de Roulers, semble avoir un faible pour les clubs satellites. Cet été encore, le matricule 167 a enregistré le retour en prêt de quatre joueurs employés par la maison-mère du FC Metz, dont le prometteur gardien Guillaume Dietsch, voué à garder les perches du Pairay. Mathieu Cachbach, jeune Arlonais gaucher et relayeur, arrive quant à lui officiellement pour la première fois dans la province liégeoise, tandis que Junior Sambu Mansoni effectue également un retour au bercail, après une escapade en France, à Cholet. Le latéral droit vient notamment pallier le départ de Iebe Swers vers Malines, mais le secteur défensif, au même titre que l'offensif, est resté l'un des gros chantiers de la maison, abandonnée par son prolifique centre-avant Georges Mikautadze, devenu international géorgien grâce à ses dix-neuf buts empilés en D1B. Avec deux montées successives et le maintien pour unique objectif, le RFCS n'aura pas beaucoup de temps pour s'adapter aux joies des joutes au sommet, avec un déplacement à Anderlecht dès la troisième journée et une réception du voisin du Standard, dès le 11 septembre. Gare aux turbulences.