Le GP d'Australie, programmé le 15 mars, en ouverture de la saison, a été définitivement annulé mais le Formula One Group se fait fort de trouver une nouvelle date pour les Grands Prix annulés, les GP de Bahreïn (22 mars), du Vietnam (5 avril) et de Chine (19 avril). Le circuit n'en risque pas moins le chaos, car il y a de fortes chances que les trois premiers Grands Pprix organisés en Europe, aux Pays-Bas (3 mai), en Espagne (10 mai) et à Monaco (24 mai), soient annulés.

La saison pourrait alors ne commencer que le 7 juin, en Azerbaïdjan. " Nous sommes le sport le plus global du monde, avec des compétitions en Asie, en Europe et dans les deux Amériques. Cette étendue ne fait qu'accroître la complexité de notre tâche ", a déclaré Chase Carey, le CEO du Formula One Group, qui a l'intention de supprimer la pause traditionnelle du mois d'août, afin de pouvoir recaser deux ou trois grands prix entre celui de Hongrie (2 août) et de Belgique (30 août).

En Australie, Carey a essuyé moult critiques. Par exemple, Lewis Hamilton trouvait irresponsable de faire venir les écuries à Melbourne alors qu'on ne parvenait pas à contrôler le virus et qu'il avait fallu qu'un membre de l'équipe McLaren soit positif au coronavirus pour qu'on renonce définitivement à la course.

Les observateurs sont certains que le Formula One Group mettra tout en oeuvre pour caser les courses cette année encore, car les fees des circuits - vingt millions en moyenne, à l'exception de Monte Carlo qui ne paie rien- constituent une source importante de rentrées.

Le GP d'Australie, programmé le 15 mars, en ouverture de la saison, a été définitivement annulé mais le Formula One Group se fait fort de trouver une nouvelle date pour les Grands Prix annulés, les GP de Bahreïn (22 mars), du Vietnam (5 avril) et de Chine (19 avril). Le circuit n'en risque pas moins le chaos, car il y a de fortes chances que les trois premiers Grands Pprix organisés en Europe, aux Pays-Bas (3 mai), en Espagne (10 mai) et à Monaco (24 mai), soient annulés. La saison pourrait alors ne commencer que le 7 juin, en Azerbaïdjan. " Nous sommes le sport le plus global du monde, avec des compétitions en Asie, en Europe et dans les deux Amériques. Cette étendue ne fait qu'accroître la complexité de notre tâche ", a déclaré Chase Carey, le CEO du Formula One Group, qui a l'intention de supprimer la pause traditionnelle du mois d'août, afin de pouvoir recaser deux ou trois grands prix entre celui de Hongrie (2 août) et de Belgique (30 août). En Australie, Carey a essuyé moult critiques. Par exemple, Lewis Hamilton trouvait irresponsable de faire venir les écuries à Melbourne alors qu'on ne parvenait pas à contrôler le virus et qu'il avait fallu qu'un membre de l'équipe McLaren soit positif au coronavirus pour qu'on renonce définitivement à la course. Les observateurs sont certains que le Formula One Group mettra tout en oeuvre pour caser les courses cette année encore, car les fees des circuits - vingt millions en moyenne, à l'exception de Monte Carlo qui ne paie rien- constituent une source importante de rentrées.