Le FC Valence a vécu une semaine noire : d'abord battu 1-2 en championnat par le FC Séville, considéré comme un outsider pour les premières places, il a ensuite bu la tasse en Ligue des Champions : 1-5 face à l'Inter Milan, ce qui le relègue en troisième position du groupe G. Samedi, il se rendait au stade Santiago Bernabeu pour y affronter le Real Madrid et s'est de nouveau incliné : 1-0, sur un but inscrit par MichaelOwen dès la 8e minute. Le champion d'Espagne en titre connaît donc une petit...

Le FC Valence a vécu une semaine noire : d'abord battu 1-2 en championnat par le FC Séville, considéré comme un outsider pour les premières places, il a ensuite bu la tasse en Ligue des Champions : 1-5 face à l'Inter Milan, ce qui le relègue en troisième position du groupe G. Samedi, il se rendait au stade Santiago Bernabeu pour y affronter le Real Madrid et s'est de nouveau incliné : 1-0, sur un but inscrit par MichaelOwen dès la 8e minute. Le champion d'Espagne en titre connaît donc une petite crise passagère. " Pour en sortir, on doit revenir aux origines ", estime RubenBaraja. " La force du FC Valence a toujours résidé dans son collectif. On ne peut pas comparer les années, mais on doit essayer de conserver les points forts. Le style de jeu de l'équipe a toujours été caractérisé par une défense bien organisée, un entrejeu solide et des grandes possibilités de reconversion, donnant lieu à des contre-attaques rapides. C'est vers cela qu'on doit tendre à nouveau ". Samedi, à Madrid, ClaudioRanieri a peut-être appliqué ces conseils un peu trop à la lettre. Il s'est montré trop prudent, et avait, notamment, préféré le robuste Sissoko au créatif PabloAimar. Mal lui en a pris : en première mi-temps, le FC Valence a très peu mis le nez à la fenêtre. Ce fut meilleur en fin de match, avec l'entrée de l'attaquant argentin notamment, et l'équipe ché se créa deux très belles occasions dans les dernières minutes, mais sans parvenir à concrétiser. " Un match nul aurait été plus équitable ", estime l'entraîneur italien. DavidAlbelda essaya de positiver : " On ne peut pas être content du résultat, mais la manière est encourageante ". Le FC Valence se contente de peu, pour l'instant. FERNANDO MORIENTES n'est pas à vendre, a annoncé le Real Madrid, qui n'est toujours pas parvenu à inscrire plus d'un but par match en championnat. PEDROVILLARROEL, le principal actionnaire de Levante, a changé d'avis et décidé de rester le président du club jusqu'à la fin de la saison. " Puisque tout va bien, pourquoi changer ?" S.M. LEROIJUANCARLOS a accepté d'être le président d'honneur lors des festivités du centenaire du FC Séville. JOSéLUISCAMINERO, ancien joueur emblématique de l'Atletico Madrid, s'est vu proposer un poste dans l'organigramme du club. Il s'occuperait plus spécifiquement de l'équipe filiale et des jeunes. FERNANDOTORRES, le jeune attaquant de l'Atletico Madrid, a déjà sa statue au musée de cire de Madrid. BUTEURS : 1. Eto'o (Barcelone) 7 buts ; 2. Manchev (Levante) Milosevic (Osasuna), Dia Vaio (Valence) 5 buts ; 5. Rodriguez (Espanyol) 4. (D. Devos)