La semaine dernière a été agitée du côté du Parc Duden. Pas à cause des résultats, l'Union Saint-Gilloise restait sur deux victoires, face à Roulers (3-0) et Virton (0-1), mais en raison du mercato.

Mercredi dernier, une vidéo faisait le buzz dans le microcosme saint-gillois. Filmée par Faïz Selemani, on pouvait y voir le joueur dans le vestiaire du centre d'entraînement de l'Union, à Lierre, entouré par plusieurs agents de sécurité, sous le regard incrédule de ses coéquipiers. Plus loin, on y voit ces mêmes agents lui barrer l'accès au terrain et enfin le raccompagner vers les vestiaires. Le Comorien précise : " Voilà, on m'interdit l'accès à l'entraînement. On ne veut pas que je m'entraîne, je suis obligé de rentrer au vestiaire. "

D'abord silencieuse, la direction saint-gilloise s'est finalement exprimée dans l'après-midi via un communiqué : " Le 13/08/2019, la RUSG a pris la décision de placer temporairement le joueur Faïz Selemani dans le noyau B. Nous comprenons les envies de transfert de Faïz Selemani, mais déplorons l'attitude adoptée par le joueur lors des derniers jours. Ce mercredi, notre direction a eu un entretien constructif avec le joueur, durant lequel les deux parties ont pu échanger leurs points de vue. "

Les volontés de départ du joueur ne datent pas d'hier. Auteur de 17 buts et 10 assists la saison dernière, Selemani a été l'un des moteurs de la belle campagne 2018-19 de l'Union au même titre que Youssoufou Niakaté, parti en Arabie saoudite, et Percy Tau, désormais au Club Bruges. En mai dernier déjà, le discours de l'ailier gauche, dans nos colonnes, était sans équivoque : " Je vais partir, c'est sûr. Où, je ne sais pas encore mais je ne serai plus à l'Union l'année prochaine. Mon but, avec mes agents, c'est de trouver le meilleur club pour moi et de commencer à faire partie des grands. "

Acquis pour environ un demi-million d'euros il y a tout juste un an, les Jaune et Bleu auraient fixé le prix du Comorien à 1,8 million, une somme qu'aucun club n'a encore été en mesure d'offrir jusqu'à présent. Du côté du joueur, on reproche à la direction de ne pas honorer la promesse verbale de le laisser partir à moindre prix. Plusieurs clubs, parmi lesquels Gand, Charleroi, l'Antwerp, Courtrai et Caen, seraient intéressés.

Selemani a également réagi, par l'entremise de son avocat, aux reproches quant à son attitude : " Monsieur Selemani conteste formellement les dires fallacieux du club selon lesquels il aurait adopté "ces derniers jours" une attitude que la RUSG déplorerait. Nul au sein de ce club n'eut jamais à se plaindre du comportement de Monsieur Selemani. "

Relégué dans le noyau B donc, le Comorien ne s'entraîne plus depuis l'incident et n'était pas présent dimanche dernier contre Lokeren, ni sur la feuille de match ni en tribunes. Dans son entourage, on assure néanmoins qu'une solution sera trouvée d'ici la fin du mercato mais une chose est certaine, le joueur ne portera plus le maillot de l'Union.

Tout ces soubresauts extra-sportifs n'ont pas empêché les Bruxellois de faire bonne figure, devant leurs supporters, contre Lokeren. Passés aux commandes de la partie peu avant la mi-temps par l'entremise de Mathias Fixelles, les hommes de Thomas Christiansen ont rapidement confirmé au retour des vestiaires, par l'entremise du rapide Serge Tabekou. En fin de match, le Danois Casper Nielsen inscrivait un dernier but unioniste avant que, dans la foulée, le jeune Lokerenois Dylan Mbayo ne fixe le score à 3-1.

Si la saison dernière, elle pouvait surtout compter sur les exploits individuels du trio Tau-Niakaté-Selemani, l'Union version Christiansen est un véritable collectif, solide et maître de son sujet. Avec un bilan de 9 sur 9, les Bruxellois réalisent un sans faute avant de bénéficier d'un peu de répit ce week-end : ils sont exemptés de Coupe de Belgique. Prochaine échéance, un déplacement au Beerschot. Pour un 12 sur 12 ?

La semaine dernière a été agitée du côté du Parc Duden. Pas à cause des résultats, l'Union Saint-Gilloise restait sur deux victoires, face à Roulers (3-0) et Virton (0-1), mais en raison du mercato. Mercredi dernier, une vidéo faisait le buzz dans le microcosme saint-gillois. Filmée par Faïz Selemani, on pouvait y voir le joueur dans le vestiaire du centre d'entraînement de l'Union, à Lierre, entouré par plusieurs agents de sécurité, sous le regard incrédule de ses coéquipiers. Plus loin, on y voit ces mêmes agents lui barrer l'accès au terrain et enfin le raccompagner vers les vestiaires. Le Comorien précise : " Voilà, on m'interdit l'accès à l'entraînement. On ne veut pas que je m'entraîne, je suis obligé de rentrer au vestiaire. " D'abord silencieuse, la direction saint-gilloise s'est finalement exprimée dans l'après-midi via un communiqué : " Le 13/08/2019, la RUSG a pris la décision de placer temporairement le joueur Faïz Selemani dans le noyau B. Nous comprenons les envies de transfert de Faïz Selemani, mais déplorons l'attitude adoptée par le joueur lors des derniers jours. Ce mercredi, notre direction a eu un entretien constructif avec le joueur, durant lequel les deux parties ont pu échanger leurs points de vue. " Les volontés de départ du joueur ne datent pas d'hier. Auteur de 17 buts et 10 assists la saison dernière, Selemani a été l'un des moteurs de la belle campagne 2018-19 de l'Union au même titre que Youssoufou Niakaté, parti en Arabie saoudite, et Percy Tau, désormais au Club Bruges. En mai dernier déjà, le discours de l'ailier gauche, dans nos colonnes, était sans équivoque : " Je vais partir, c'est sûr. Où, je ne sais pas encore mais je ne serai plus à l'Union l'année prochaine. Mon but, avec mes agents, c'est de trouver le meilleur club pour moi et de commencer à faire partie des grands. " Acquis pour environ un demi-million d'euros il y a tout juste un an, les Jaune et Bleu auraient fixé le prix du Comorien à 1,8 million, une somme qu'aucun club n'a encore été en mesure d'offrir jusqu'à présent. Du côté du joueur, on reproche à la direction de ne pas honorer la promesse verbale de le laisser partir à moindre prix. Plusieurs clubs, parmi lesquels Gand, Charleroi, l'Antwerp, Courtrai et Caen, seraient intéressés. Selemani a également réagi, par l'entremise de son avocat, aux reproches quant à son attitude : " Monsieur Selemani conteste formellement les dires fallacieux du club selon lesquels il aurait adopté "ces derniers jours" une attitude que la RUSG déplorerait. Nul au sein de ce club n'eut jamais à se plaindre du comportement de Monsieur Selemani. " Relégué dans le noyau B donc, le Comorien ne s'entraîne plus depuis l'incident et n'était pas présent dimanche dernier contre Lokeren, ni sur la feuille de match ni en tribunes. Dans son entourage, on assure néanmoins qu'une solution sera trouvée d'ici la fin du mercato mais une chose est certaine, le joueur ne portera plus le maillot de l'Union. Tout ces soubresauts extra-sportifs n'ont pas empêché les Bruxellois de faire bonne figure, devant leurs supporters, contre Lokeren. Passés aux commandes de la partie peu avant la mi-temps par l'entremise de Mathias Fixelles, les hommes de Thomas Christiansen ont rapidement confirmé au retour des vestiaires, par l'entremise du rapide Serge Tabekou. En fin de match, le Danois Casper Nielsen inscrivait un dernier but unioniste avant que, dans la foulée, le jeune Lokerenois Dylan Mbayo ne fixe le score à 3-1. Si la saison dernière, elle pouvait surtout compter sur les exploits individuels du trio Tau-Niakaté-Selemani, l'Union version Christiansen est un véritable collectif, solide et maître de son sujet. Avec un bilan de 9 sur 9, les Bruxellois réalisent un sans faute avant de bénéficier d'un peu de répit ce week-end : ils sont exemptés de Coupe de Belgique. Prochaine échéance, un déplacement au Beerschot. Pour un 12 sur 12 ?