Avec Delphine, vous formez un très jeune couple.

Cédric Roussel (26 ans, Genk) : Oui, on ne se connaît que depuis une petite année. J'ai rencontré Delphine au Club House de Mons. C'était au mois de février. Quelques jours après, le hasard a très bien fait les choses puisque nous nous sommes retrouvés dans une boîte de nuit. ça ne s'est pas fait en un soir... Il faut dire qu'au moment où j'ai rencontré Delphine, les femmes m'inspiraient plus de méfiance qu'autre chose, à cause des mauvaises expériences que j'avais connues durant ma période anglaise.
...

Cédric Roussel (26 ans, Genk) : Oui, on ne se connaît que depuis une petite année. J'ai rencontré Delphine au Club House de Mons. C'était au mois de février. Quelques jours après, le hasard a très bien fait les choses puisque nous nous sommes retrouvés dans une boîte de nuit. ça ne s'est pas fait en un soir... Il faut dire qu'au moment où j'ai rencontré Delphine, les femmes m'inspiraient plus de méfiance qu'autre chose, à cause des mauvaises expériences que j'avais connues durant ma période anglaise. Bien sûr. En plus, Cameron, mon fils, et Julien, le fils de Delphine, se ressemblent un peu, je trouve. Et ils ont presque le même âge... Evidemment, c'est affreux. Et j'ai pourtant tout essayé. Mais la législation anglaise est vraiment d'une extrême rigidité. Tout, mais vraiment tout, est à l'avantage de la mère. Ici, en Belgique, ça n'a rien à voir. Delphine, par exemple, vit avec son fils Julien une semaine sur deux, ce qui me semble idéal. Mais, pour moi, la situation est tout autre. Je n'ai le droit de voir Cameron qu'un week-end sur deux... et seulement en Angleterre. Et comme la mère de mon fils fait tout pour m'en empêcher... Notre relation est épouvantable. Elle est digne de Bush et Saddam Hussein. C'est tout dire. On peut vraiment parler de haine mutuelle. Et ça me semble irréversible. Cela fait un an et demi (Silence) Soit la moitié de sa vie, puisqu'il a trois ans aujourd'hui. C'est vraiment horrible. J'avais organisé récemment un voyage pour le voir. Quand sa mère l'a appris, elle s'est arrangée pour quitter le pays en sa compagnie. Absolument et c'est extrêmement pénible à vivre. Je n'avais plus le goût à rien. J'essayais de dormir le plus possible pour ne pas devoir penser. J'avais l'impression physique que ma tête pesait deux tonnes. Je ne sortais plus, je ne mangeais plus. Il m'est même arrivé de refuser de boire. J'étais vraiment très très loin... Ce sont mes parents qui m'ont sorti du trou. Quand je vois ce que j'ai réussi sur un terrain depuis lors, je me dis que j'étais vraiment con de vouloir tout arrêter. Elle est toujours souriante, de bonne humeur. Et, surtout, qu'est-ce qu'elle cause ! C'est bien simple, elle parle tout le temps. Le contraste est évidemment saisissant avec moi, puisque je suis un vrai taiseux. Et non seulement Delphine parle beaucoup, mais elle est capable de le faire en plusieurs langues, puisqu'elle suit des études dans le but d'enseigner l'Allemand et le Néerlandais. Un film qui m'a vraiment beaucoup ému, c'est Philadelphia avec Tom Hanks et Denzel Washington. Ce dernier est d'ailleurs un de mes acteurs favoris, autant que Bruce Willis dans un autre genre. Sinon, j'ai beaucoup aimé Seven et, très récemment, Le seigneur des anneaux. Ce sont des joueurs de Genk qui me l'ont conseillé. J'ai acheté les deux DVD déjà sortis, La communauté de l'anneau et Les deux tours. Je pensais regarder seulement la première heure du premier épisode parce que j'étais assez fatigué ce soir-là. Et, finalement, j'ai regardé les deux films d'une traite jusqu'à deux heures du matin, tant cela m'a passionné. Depuis, j'ai commencé la lecture du livre de Tolkien et je compte aller voir Le retour du roi sur grand écran en compagnie de Delphine. Carlito Brigante