Clarence Seedorf (38 ans) a toujours été précoce. Il a enlevé son premier trophée, la Coupe des Pays-Bas, à 17 ans, et son premier titre un an plus tard. A 19 ans, toujours avec l'Ajax, il remportait la Ligue des Champions, une épreuve qu'il a gagnée à quatre reprises avec trois clubs différents : l'Ajax, le Real et Milan - deux fois. Seul Paolo Maldini a disputé plus de matches de Coupe d'Europe. Maintenant, il effectue ses débuts d'entraîneur, d'emblée dans un grand club, même s'il est mal en point.
...

Clarence Seedorf (38 ans) a toujours été précoce. Il a enlevé son premier trophée, la Coupe des Pays-Bas, à 17 ans, et son premier titre un an plus tard. A 19 ans, toujours avec l'Ajax, il remportait la Ligue des Champions, une épreuve qu'il a gagnée à quatre reprises avec trois clubs différents : l'Ajax, le Real et Milan - deux fois. Seul Paolo Maldini a disputé plus de matches de Coupe d'Europe. Maintenant, il effectue ses débuts d'entraîneur, d'emblée dans un grand club, même s'il est mal en point. Il est arrivé à Milan en 2002, après des passages à la Sampdoria, au Real et à l'Inter. Pendant dix ans, ça a été le grand amour. Pendant des années, Seedorf a formé un solide duo médian avec Andrea Pirlo. Il a connu ses plus belles années sous la direction de Carlo Ancelotti, qui est son grand modèle, avec Louis van Gaal, qui l'a formé à l'Ajax. Seedorf jouait encore quand son prédécesseur, Massimiliano Allegri, a été nommé entraîneur des rossoneri et a raflé, d'emblée, le titre et la Supercoupe - en 2010-2011. Ensuite, les critiques ont afflué sans discontinuer. Si Seedorf aime les discussions tactiques, Allegri donne le moins d'explications possibles. Depuis qu'Allegri a accepté de rester un an de plus, le 2 juin, Milan est en crise. La qualification de Milan pour le tour suivant de la Ligue des Champions, où il est le seul représentant de la Botte, a sauvé la tête de l'entraîneur mais la défaite essuyée contre le modeste Sassuolo a été celle de trop. C'est Silvio Berlusconi qui a voulu embaucher Seedorf. En avril déjà, il y avait songé mais Adriano Galliani l'avait convaincu de reconduire d'un an le contrat d'Allegri, pensant que Seedorf pourrait lui succéder en juin 2014. A Botafogo, où il a mis un terme à une carrière de 22 ans, Seedorf disposait d'une clause lui permettant de partir librement, à tout moment. Il est donc devenu le onzième entraîneur principal engagé par Berlusconi en 27 ans. En attendant d'avoir la Pro License - il suit les cours par correspondance, il bénéficie d'une dérogation, comme l'entraîneur de Cagliari. Jusqu'en juin, Mauro Tassotti, un fidèle serviteur du club, sera son adjoint. Ensuite, deux anciens coéquipiers rejoindront le staff technique : l'ancien défenseur Jaap Stam et l'ex-avant Hernan Crespo. Tout le monde s'attendait à ce que Seedorf, qui a toujours beaucoup discuté avec son coach et ses coéquipiers, opte pour le métier d'entraîneur. " J'ai toujours su que je le deviendrais un jour mais je ne savais pas quand. " Seedorf n'est pas d'un naturel modeste. Professionnel accompli, il veut devenir le meilleur entraîneur du monde et refaire de Milan l'équipe gagnante qu'il a connue quand il en portait le maillot. Ce sera un 4-3-1-2, avec un football dominant et offensif. Seedorf est le premier homme de couleur à entraîner un club de l'élite transalpine, à l'exception de Faustinho Cané, qui a assisté Vujadin Boskov au Napoli pendant la saison 1994-1995. PAR GEERT FOUTRÉ