La filiation ne paraît pas évidente au premier coup d'£il... Pourtant cette compacte (4m29) aux lignes acérées remplace bien la précédente Classe A connue pour son allure haut-perché.
...

La filiation ne paraît pas évidente au premier coup d'£il... Pourtant cette compacte (4m29) aux lignes acérées remplace bien la précédente Classe A connue pour son allure haut-perché. Un changement de cap qui permet à Mercedes de s'attaquer à une clientèle plus jeune. Trois finitions différentes, offrant une ambiance intérieure et un look extérieur spécifiques, sont proposées pour épicer la carrosserie : Style, Urban et AMG Sport. Un kit AMG assez suggestif peut, en outre, encore y ajouter son grain de sel... Si la nouvelle Classe A entend rajeunir l'image de Mercedes grâce à son nouveau style, c'est aussi sensible sur le plan de la connectivité. Au sommet d'une planche de bord à la finition exemplaire (plus flatteuse que celle d'une BMW Série 1 et plus originale que celle de la nouvelle Audi A3) trône une tablette prolongeant les applications des iPhone et autres smartphones (Facebook et Twitter en tête). Dans l'habitacle, on apprécie également le volume offert pour accueillir confortablement quatre personnes. Seuls petits défauts : la rétro-vision assez réduite en raison des montants arrière épais et d'appuie-têtes encombrants ainsi qu'un volume de coffre, acceptable, mais dans la petite moyenne du segment (341l). Côté motorisation, on ne retrouve que des quatre cylindres turbo au catalogue. En essence, le 1.6l disponible en 122 ch (A 180) ou 156 ch (A 200) constitue une excellente surprise. Sa vitalité couplée à un appétit relativement mesuré lui permet de tenir la dragée haute au 2.0l turbo (A 250) fort de 211 ch. En diesel, surprise : on retrouve le 1.5 dCi de 109 ch de... Renault en entrée de gamme (A 180 CDI) ! Que les puristes se rassurent tout de même : les autres motorisations restent 100 % Mercedes avec le 1.8l (109 ch ou 136 ch), voire le gros 2.2l de 170 ch attendu prochainement. Seul petit bémol dans presque tous les cas : l'étagement des transmissions, assez long sur les derniers rapports, grève les relances. Par contre, pour le reste, la Classe A réalise le parcours sans faute sur la route. Elle offre un train avant étonnement incisif pour une traction couplé à un train arrière joyeusement participatif permettant d'inscrire la voiture en entrée de courbe (surtout avec les suspensions Sport optionnelles). Voilà une traction plus amusante à conduire que sa concurrente directe animée par les roues arrière ! En guise de haut de gamme, Mercedes propose pour le moment une Classe A Sport (2.0l turbo de 211 ch) peaufinée par le département sportif AMG. Un beau jouet... Mais les plus pointilleux attendront 2013. Une Classe A 45 AMG, équipée d'un quatre cylindres turbo d'environ 350 ch et d'une transmission intégrale, viendra alors étoffer le catalogue avec des performances qui s'annoncent diaboliques !PAR JEAN-FRANCOIS CHRISTIAENS