1. L'argent

Nicolas Lombaerts : " Il attire de plus en plus d'Européens de l'Ouest en Russie. On dit que notre budget s'élève à cent millions d'euros. Gazprom, le plus grand distributeur de gaz du monde, sponsorise le Zenit. Il émarge aux cinq plus riches entreprises mondiales. Il a notamment racheté la société de Roman Abramovich. Dmitri Medvedev, le nouveau président de la Russie, est président de Gazprom. Une vedette comme Andreï Arshavin gagne plusieurs millions par an. Et tout le monde s'acquitte du même impôt de 18 %. On ne parle que de montants nets, ici. Les Russes ne peuvent gagner davantage ailleurs. La Russie compte 110 milliardaires en euros et le foot constitue une belle vitrine pour eux ".
...

Nicolas Lombaerts : " Il attire de plus en plus d'Européens de l'Ouest en Russie. On dit que notre budget s'élève à cent millions d'euros. Gazprom, le plus grand distributeur de gaz du monde, sponsorise le Zenit. Il émarge aux cinq plus riches entreprises mondiales. Il a notamment racheté la société de Roman Abramovich. Dmitri Medvedev, le nouveau président de la Russie, est président de Gazprom. Une vedette comme Andreï Arshavin gagne plusieurs millions par an. Et tout le monde s'acquitte du même impôt de 18 %. On ne parle que de montants nets, ici. Les Russes ne peuvent gagner davantage ailleurs. La Russie compte 110 milliardaires en euros et le foot constitue une belle vitrine pour eux ". " On sous-estime la technique des Russes. Sur 150 millions d'âmes, on trouve quand même de bons footballeurs. Je pensais qu'ils étaient très travailleurs, très disciplinés, durs. Au Zenit, c'est le contraire : nous comptons beaucoup de petits gabarits et ne sommes pas physiques. Un jeu viril peut nous faire mal, comme on l'a vu contre le Standard. Les rapides attaquants de Marseille ont reçu des ballons diagonaux dans le dos de notre défense et nous avons souffert. Roman Shirokov, qui me remplace, est international russe. Un excellent joueur mais pas un arrière axial : il est médian défensif et ça se remarque. L'entraînement est dix fois plus rapide qu'à Gand. Souvenez-vous de l'aisance avec laquelle Konstantin Zyrianov s'est joué de trois hommes, contre le Bayern. C'est une question de technique, de feintes, de vista, d'expérience, d'explosivité, de stabilité. Ils sont solides sur leurs jambes. Arshavin est petit mais essayez de lui prendre le ballon ! " " Dick Advocaat, veille au grain. Il mérite son surnom de Petit Général. Malheureusement, la plupart des joueurs ne parlent pas anglais, ce qui nécessite la présence d'un interprète, au détriment de certaines nuances. Il était plus dur dans le temps mais les Russes se révolteraient s'il imposait une discipline excessive. Ils sont adulés par la presse et les supporters, ils sont puissants et riches. Si Arshavin posait sa candidature, il serait certainement élu bourgmestre de Saint-Pétersbourg. Il est obligatoire d'aligner au moins cinq Russes, ce qui conforte leur position. On ne peut les placer tous sur le banc. Les joueurs sont moins concentrés contre un adversaire modeste ou après un résultat positif au match aller mais Advocaat insiste sur ce qu'il attend de nous jusqu'à ce qu'il l'obtienne. Il a déjà dit qu'un an en Russie équivalait à dix en Europe occidentale, pour un entraîneur. Il a pourtant trouvé le bon équilibre entre discipline et liberté dans le jeu. Nous travaillons beaucoup sous forme de petits matches, sur des espaces réduits, pour affûter la technique et la mobilité ". " Nous jouons très offensivement, avec deux arrières latéraux qui montent sans cesse. Nous n'attendons pas l'adversaire mais laissons assez d'espaces devant pour lancer un contre. Les backs, Kim Dong Jin et Aleksandr Anyukov, et les médians axiaux Radek Sirl et Anatoliy Tymoschuk sont des chasseurs infatigables. L'entrejeu récupère bien le ballon. Il faut passer Sirl trois fois avant d'arriver devant le but. Presque tous nos adversaires nous disent après qu'il est difficile de jouer contre nous car les arrièrent latéraux induisent sans cesse une supériorité numérique. Nous avons éliminé Nuremberg, Leverkusen, le Bayern, Villarreal, numéro deux d'Espagne, a été catastrophique contre nous, Marseille n'a pas touché une balle au retour. Chacun connaît parfaitement sa tâche. La rapidité de notre transition est aussi une question de technique. Nous jouons en un temps. Arshavin et Zyrianov ont l'art de glisser le ballon à Pavel Pogrebnyak ou à Alejandro Dominguez. Notre transition est une des meilleures d'Europe. La plupart de nos buts tombent endéans les dix secondes suivant la récupération du ballon ". " Nous n'alignons pratiquement que des internationaux. A 23 ans, je suis le plus jeune. La moyenne se situe entre 26 et 32 ans. Nous avons un bon équilibre entre Russes et étrangers, qui obligent les premiers à rester disciplinés. Une équipe composée de seuls Russes ne marcherait pas. Advocaat m'a enrôlé parce que le Zenit encaissait trop de buts. Il avait besoin de plus de stabilité et de vitesse dans l'axe de la défense, d'un homme qui se concentre sur ses tâches défensives, ne commet pas trop de fautes, reste calme en toutes circonstances et relance bien. Dans l'entrejeu, Tymoschuk est le maillon entre défense et attaque. Il peut monter mais veille surtout à empêcher l'adversaire d'opérer sa transition. Je le compare à Timmy Simons : il défend partout et joue simplement. Il permet ainsi à Zyrianov et Arshavin de se consacrer à l'offensive ". " Arshavin est le plus grand talent. Style LionelMessi. Il joue à gauche de l'attaque mais peut aussi jouer au sein d'un duo ou derrière les attaquants. Il est véloce et rapide, y compris ballon au pied, il a un bon tir. Rappelez-vous son but phénoménal contre le Standard ! Il a tout. Tymoschuk intéresse la Juventus. Pogrebnyak est le meilleur buteur de la Coupe UEFA, avec Luca Toni (Bayern). Il est suspendu contre les Rangers et le Turc Fatih Tekke devrait le remplacer. C'est un petit avant très technique doté d'une détente incroyable. Il fait banquette et veut retourner en Turquie. Pourvu qu'il veuille prendre sa revanche en finale ! " l par christian vandenabeele