Son transfert a beau avoir fait peu de bruit, en pleine euphorie du Mondial dont il fut un des oubliés surprises, le voilà pourtant dans la compétition de ses rêves. Alors que d'autres joueurs parfois mieux cotés que lui n'ont trouvé que la Championship (D2 anglaise) comme port d'attache, Sébastien Pocognoli a lui trouvé refuge en Premier Leagueet à West Bromwich Albion qui avait accueilli Romelu Lukaku en prêt il y a deux ans.
...

Son transfert a beau avoir fait peu de bruit, en pleine euphorie du Mondial dont il fut un des oubliés surprises, le voilà pourtant dans la compétition de ses rêves. Alors que d'autres joueurs parfois mieux cotés que lui n'ont trouvé que la Championship (D2 anglaise) comme port d'attache, Sébastien Pocognoli a lui trouvé refuge en Premier Leagueet à West Bromwich Albion qui avait accueilli Romelu Lukaku en prêt il y a deux ans. " La présaison a été difficile, je devais revenir dans le coup physiquement puisque j'avais été absent depuis le mois de mars. Je me suis remis à niveau et le nouveau manager, l'Ecossais Allan Irvine,m'a directement fait confiance lors des deux premiers matches. " Sorti pour une petite blessure au quadriceps lors de la deuxième rencontre, l'ancien défenseur du Standard et de Hanovre n'a pas joué le troisième match de championnat. Sa blessure guérie, le revoilà dans le onze de base d'une équipe qui n'a pas débuté sur les chapeaux de roue. " WBA reste sur une saison difficile ", explique Peter Lansley, correspondant dans les Midlands pour le Times. " Le club avait connu trois entraîneurs avant d'opter cet été pour Irvine. Une surprise car il n'a pas une grande renommée. Il n'avait connu que deux brèves expériences, à Preston et à Sheffield Wednesday, avant d'entraîner l'Académie d'Everton. Pocognoli a directement été aligné et il correspond parfaitement aux critères anglais pour les backs. Il balaie son flanc et apporte énormément de danger. J'espère pour lui que son corps arrivera à supporter l'énergie requise pour le championnat anglais. " En plein déménagement, Pocognoli s'est déjà bien adapté à la ville de Birmingham et au foot anglais. " Tu sens la place que les Anglais accordent au foot en général et à son histoire en particulier. On sent vraiment qu'on se situe dans le berceau du foot. Les supporters sont de grands connaisseurs et très positifs. J'ai découvert un club familial et une bonne ambiance. Allan Irvine prône un football offensif mais comme nous ne sommes que WBA, à nous de trouver un juste équilibre. J'ai pu être assez offensif lors de mes deux premiers matches parce que nous avions le ballon mais je sais que ce ne sera pas toujours le cas. " WBA a beaucoup transféré cet été, notamment dans les derniers jours du mercato. " On est toujours en rodage et les attentes sont énormes après une saison déprimante ", conclut Pocognoli. Récemment, Irvine a cité Pocognoli en exemple en affirmant qu'il espérait que ses dernières recrues (Giorgios Samaras, Sebastian Blanco et Sylvestre Varela) s'adapteront aussi bien que lui.PAR STÉPHANE VANDE VELDE