Malgré une fort bonne seconde partie de saison, Sébastien Piron n'effectuera pas l'ascension avec le club de la capitale.
...

Malgré une fort bonne seconde partie de saison, Sébastien Piron n'effectuera pas l'ascension avec le club de la capitale. "Je suis le premier à reconnaître que mon premier trimestre n'a guère été brillant. J'ai été freiné par une blessure et, quand je jouais, je me posais trop de questions. Cela m'a bloqué. J'ai perdu confiance et j'ai mis du temps à la retrouver". Après la trêve, il est enfin parvenu à se libérer même s'il a souvent été cantonné dans un rôle défensif efficace mais discret. "Ce n'était pas mon jeu. J'ai été bridé dans ma manière de m'exprimer sur le terrain. Jadis, j'étais un ailier de débordement. Davantage un médian gauche qu'un back gauche. Au RWDM, je n'ai eu l'occasion de pousser mes élans offensifs qu'en fin de saison. Il aurait fallu que je sois couvert ce qui n'était pas toujours le cas. Je ne cherche pas une excuse mais je peux quand même argumenter". Le RWDM a lâché trois de ses gauchers: Cheikh Gadiaga, vendu au Lierse, Fio Serchia et Sébastien Piron, jugés trop courts. "J'avoue ne pas bien comprendre la décision du club alors qu'ils ont dû dénicher d'autres gauchers. J'aurais accepté de devoir faire face à un concurrent direct. C'est le jeu. Je pense ne jamais avoir été bien considéré au RWDM. Il y a toujours eu des points d'interrogation à mon sujet. Dès le début de la saison, on doutait de moi. Pourtant, le club aurait dû tenir compte de ma saison. Après des débuts difficiles, j'ai nettement progressé pour finir, me semble-t-il, à un bon niveau. Je me sentais bien dans ce club et j'avais un bon rapport avec les supporters. C'est la première année que j'entends dire que je ne me mets pas suffisamment en valeur, que je suis un joueur terne". Toujours sous contrat au Standard jusqu'en 2003, Séba n'y passera qu'en transit. Le CS Visé est intéressé mais Piron se tâte. "Je dois effectuer un choix. L'idéal serait de trouver un club de D1 qui m'inclut dans son noyau et me permette de tenter le coup. Dans le même temps, si je passe une saison complète sans jouer, ce sera encore plus difficile de rebondir. Ce que je crains, c'est de devenir un joueur de D2. D'être considéré comme tel. Ce qui m'énerve un peu, ce sont les réflexions. Du genre: -Tiens, tu as joué au RWDM? Alors que j'ai disputé 25 matches de championnat et 5 au tour final. Ou : -Si il est tellement bon, pourquoi le RWDM ne le garde pas? Comme s'il y avait quelque chose derrière cette motion de défiance".