7 mars 2015 9:00

Le réveil sonne. Je me lève et je vais déjeuner tranquillement. Je me mets à mon aise en lisant le journal et en regardant la TV.
...

Le réveil sonne. Je me lève et je vais déjeuner tranquillement. Je me mets à mon aise en lisant le journal et en regardant la TV. Direction la salle de bains. Je prends une bonne douche pour être bien frais et bien détendu. Je m'installe dans mon canapé. Écouteurs dans les oreilles, je me mets mes quelques sons du moment, du Gradur, du Booba, du Lil Wayne, du Drake... Je branche ma PlayStation 4 et joue à Dragon Ball Z, Xenoverse et un peu à Fifa 15. Sans hésiter, je prends le Bayern Munich. C'est l'heure de manger. Le repas est préparé par ma fiancée. Au menu, spaghettis et sauce tomate accompagné d'un filet de poulet. Elle cuisine vraiment pas mal, c'est toujours agréable quand elle me concocte des petits plats. Après le repas, une petite sieste s'impose. C'est un rituel pour bien récupérer. Il n'y a pas de secrets. La plupart du temps, je dors une heure à une heure et demie, pas plus. Puis, je retourne ensuite dans la salle de bains pour une nouvelle douche et me préparer pour le rendez-vous au stade qui est fixé à 14 h 45. Je suis prêt. Comme d'habitude quand on joue à l'extérieur, c'est mon pote Francis Nganga qui vient me chercher. Il habite Waterloo et moi, Pont-à-Celles. Il fait souvent un léger détour afin de faire les trajets ensemble. Arrivée au Mambourg. Direction le vestiaire pour préparer mon sac et surtout, ne rien oublier. Une fois prêts, nous prenons le bus jusqu'à Gand où nous devons manger à 16 h 30. Nous voilà à notre hôtel, à Gand. C'est le moment d'un nouveau repas. Le buffet de l'hôtel nous propose spaghettis, poulet, jambon... J'ai comme un goût de déjà vu, mais il faut bien manger et surtout équilibré pour être performant. Rendez-vous dans une salle de l'hôtel pour discuter de la théorie et de la tactique d'avant-match. Départ de l'hôtel jusqu'au Jan Breydelstadion. J'écoute encore de la musique dans le bus tout en me concentrant sur mon match du soir. Je pense notamment à ce que je dois améliorer par rapport à mes précédentes prestations. Arrivée au Club. Direction le vestiaire pour se préparer, bénéficier de soins, de massages, etc. Pour ma part, je m'habille et ensuite, je vais directement sur la pelouse pour voir l'état du terrain, prendre mes marques et déjà me mettre dans de bonnes dispositions. Tout en écoutant de la musique, encore et encore. C'est le meilleur moyen d'évacuer le stress. Direction l'échauffement. On entend déjà les chants des fans des deux clubs. La tension monte,la pression aussi. Coup d'envoi du match. La rencontre est terminée. Défaite 1-0. Le retour au vestiaire est amer. J'éprouve une grosse déception vis-à-vis du résultat et également de ma prestation personnelle qui tourne déjà en boucle dans ma tête. On avait la place, c'est frustrant. Nous quittons le stade du Club Bruges. Personnellement, je repars avec ma famille qui habite à trente minutes du Jan Breydelstadion. Sur la route, je refais le match avec mon père en faisant mon autocritique. Ce sont des moments importants pour moi. Arrivée à la maison. Je fonce directement dans mon lit pour regarder le résumé du match. Avec les images, la déception est plus forte. Je suis toujours éveillé. Je n'arrive pas vraiment à m'endormir après avoir mis un film à la TV. C'est toujours le cas après une défaite. PAR NICOLAS TAIANA