"Nous pouvions prédire ce qui est arrivé. Il ne faut pas être un fin connaisseur pour cela. Une deuxième année en D1 est synonyme de confirmation, surtout si on a gagné la Coupe, en plus ", explique Matthieu Verschuere (34 ans). " La saison dernière, la plupart des joueurs étaient surmotivés. Nouveaux venus, nous pouvions jouer sans complexe. Nos adversaires ne nous prenaient pas trop au sérieux. Nous n'étions qu'un petit poucet nettement sous-estimé. Nous en avons pleinement profité tout en ayant la chance de notre côté, pour être sincère. Nous nous sommes souvent imposés par un but d'écart. C'est tout à notre mérite car nous avons aussi imposé notre style de jeu offensif ".
...

"Nous pouvions prédire ce qui est arrivé. Il ne faut pas être un fin connaisseur pour cela. Une deuxième année en D1 est synonyme de confirmation, surtout si on a gagné la Coupe, en plus ", explique Matthieu Verschuere (34 ans). " La saison dernière, la plupart des joueurs étaient surmotivés. Nouveaux venus, nous pouvions jouer sans complexe. Nos adversaires ne nous prenaient pas trop au sérieux. Nous n'étions qu'un petit poucet nettement sous-estimé. Nous en avons pleinement profité tout en ayant la chance de notre côté, pour être sincère. Nous nous sommes souvent imposés par un but d'écart. C'est tout à notre mérite car nous avons aussi imposé notre style de jeu offensif ". Le Français a constaté que des joueurs avaient changé de mentalité, à leur retour de vacances. " C'était peut-être inconscient mais certains pensaient que tout coulerait de source. Ils n'avaient plus les 150 % de motivation de la saison précédente, ayant constaté qu'ils avaient le niveau de la D1 ", affirme le médian. " Ils ne se sont pas vraiment donnés à fond, ils ont évité certains lourds efforts. Ce sont pourtant ces détails qui font la différence. Par-dessus le marché, nous avons été victimes d'une avalanche de blessures et n'avons pas pu aligner deux fois de suite le même onze de base alors que c'était là notre force, nous nous appuyions sur des automatismes et des trajectoires de course bien rôdés. Nous avons joué 80 % des matches avec la même équipe. Nous nous trouvions les yeux fermés et débordions d'assurance. Devant, Salou Ibrahim gardait le ballon, permettant aux médians de le rejoindre et de créer le danger. Depuis l'été, nous avons dû rectifier la composition sans arrêt. Ainsi, je me suis difficilement rétabli de mes problèmes abdominaux, en évitant heureusement une opération. Nathan D'Haemers,Stijn Meert et Ludwin Van Nieuwenhuyze ont également été blessés. Nous parlons de piliers de notre équipe... ". L'année dernière, Zulte Waregem avait un concept de jeu clair, qui lui a valu les louanges des amateurs de football. Depuis qu'Ibrahim est parti au Club Bruges, Francky Dury tâtonne à la recherche des joueurs adéquats au sein de son 4-5-1 habituel, parfois mué en 4-4-2. Verschuere le remarque aussi : " Suite à nos mauvais résultats et aux blessures, nous avons dû adapter notre système de jeu. L'intégration de Cédric Roussel et de Chris Janssens requiert manifestement du temps. Ils confèrent plus de puissance à notre jeu mais nous avons commis l'erreur de leur adresser de longs ballons. Toute l'équipe a boité. Nous n'avons plus joué au football, nous avons fréquemment boudé l'entrejeu avec ces longs ballons, sans plus faire appel à notre créativité. Or, notre équipe excelle en combinant rapidement au sol et en soignant ses passes. Ce fut une bonne leçon : nous avons appris à connaître nos limites. Nous avons dû remplacer notre enthousiasme et notre volonté de jouer en avant par le calme ". Depuis son retour dans l'équipe, lors de la troisième journée, contre le Lierse, la relance est en progrès. Verschuere relativise son apport : " Nul n'est indispensable. Ces compliments me font plaisir car ils démontrent que je vaux encore quelque chose. Mon expérience et mon aptitude à garder le ballon étaient nécessaires dans les moments difficiles que notre formation a vécus depuis le début du championnat. Il fallait simplement y ramener une certaine sérénité. Nous étions trop précipités, trop offensifs. La défense était du coup soumise à une pression insupportable et elle encaissait fatalement des buts. Jusqu'à présent, chaque erreur défensive a été sanctionnée d'un but. Nous marquons un peu plus difficilement. Nous devons gérer nos occasions avec plus d'opportunisme. Au moins cette indispensable sérénité est-elle revenue ". Le médian français entrevoit la fin du tunnel. " Lors du match aller de la Coupe UEFA au Lokomotiv Moscou, j'ai vu des têtes se redresser. Je considère donc ce déplacement comme un tournant. Comme la saison passée, nous avons pu retomber sur la solide organisation qui avait fait notre réputation. Cela a provoqué une réaction en chaîne : nous avons repris confiance, chacun ose à nouveau prendre des initiatives et nous pouvons songer à l'étape suivante, soit développer un football de qualité et nous amuser sur le terrain. C'est nécessaire. Cela aussi est une caractéristique de notre club. Lors des prochaines semaines, nous devrons confirmer ces éclaircies ". Zulte Waregem devra être plus attentif sur les phases arrêtées. Il est bien trop fragile. Verschuere opine. " C'est incompréhensible car on insiste suffisamment là-dessus pendant la théorie d'avant match. A quoi est-ce dû ? C'est difficile à dire. Généralement, c'est lié à un manque de concentration ou de condition, ce qui n'est pas acceptable. Nous sommes suffisamment forts dans les duels pour éviter ce genre de problèmes. Il faut oser prendre ses responsabilités ". Verschuere n'a ressenti aucune agitation au sein du club, suite à ce piètre début de saison. " Zulte Waregem veut progresser pas à pas. C'est une bonne chose. Il veut travailler plus professionnellement mais sans brûler les étapes. Ce n'est pas facile, cela requiert de la patience. Le club est aussi confronté à des troubles de croissance. Cette saison, nous devrons peut-être nous contenter d'une huitième ou dixième place. Le club ne s'est pas enflammé, il reste sérieux, animé de saines ambitions. Le SV n'est pas un club de l'élite belge et il le sait. Il doit tenter de progresser un peu chaque année en trouvant ses marques et sa place dans le football belge. Un objectif réaliste ? Devenir un club régulier et moyen qui distrait le public par un jeu attractif et surtout qui conserve sa convivialité de club populaire ". FRÉDÉRIC VANHEULE