Positif

L'Argentin fait partie des joueurs exceptionnellement adroits ballon aux pieds. Sa conduite de balle, d'une grande dextérité, fait de lui un des meilleurs éléments de notre championnat du point de vue de la créativité individuelle. Tous ses gestes sont réalisés avec une très grande vitesse d'exécution. Quand on lui laisse un peu d'espace, il en profite immédiatement et devient un vrai poison pour les défenses adverses d'autant qu'il peut s'appuyer sur sa vitesse de démarrage.
...

L'Argentin fait partie des joueurs exceptionnellement adroits ballon aux pieds. Sa conduite de balle, d'une grande dextérité, fait de lui un des meilleurs éléments de notre championnat du point de vue de la créativité individuelle. Tous ses gestes sont réalisés avec une très grande vitesse d'exécution. Quand on lui laisse un peu d'espace, il en profite immédiatement et devient un vrai poison pour les défenses adverses d'autant qu'il peut s'appuyer sur sa vitesse de démarrage. C'est un amoureux du ballon et il adore provoquer ses adversaires en 1 contre 1. Grâce à une excellente qualité de dribbles, il élimine plusieurs opposants dans les espaces les plus réduits. Tout l'arsenal de la technique sud-américaine est parfaitement maîtrisé et quand il est dans un bon jour, il devient irrésistible. Sa frappe de balle est de très bon niveau. Cet atout provient plus de son agilité et de sa technique que de sa puissance physique. Il enroule remarquablement ses tirs et la précision n'est pas la moindre de ses qualités. Aussi bien dans une position axiale que lorsqu'il doit délivrer des centres venant du flanc, ses services sont superbement dosés et arrivent précisément dans la foulée de ses partenaires. C'est un vrai régal pour les yeux tant ses contrôles et ses amorties sont effectués avec une élégance déconcertante. Aussi bien quand il a le jeu devant lui que lorsqu'il doit évoluer dos au but, il réalise tout avec énormément de facilité. Son jeu en déviation, tout en offrant directement une solution au possesseur du ballon, est vraiment digne des plus grands. Matias fait preuve d'une grande aisance devant le but. Ses qualités techniques lui sont bien sûr d'un grand secours mais il garde également tout son sang-froid dans le face-à-face avec le gardien. Il est capable, alors, de trouver le geste imprévisible pour le keeper adverse afin de propulser le ballon au fond des filets. Sa vision du jeu est de très bon niveau et il anticipe généralement l'appel de balle du partenaire pour trouver l'ouverture géniale. Son entente en combinaison avec des joueurs tels que Lucas Biglia et Mbark Boussoufa est on ne peut plus efficace et quand le trio est inspiré, c'est tout le jeu d'Anderlecht qui s'en ressent. Son rôle en soutien de l'attaquant central est celui qui lui convient le mieux. Il ne doit pas rester cantonné dans une position axiale et il faut également qu'il appelle le ballon vers les côtés pour déstabiliser l'adversaire et offrir de l'espace à ses partenaires. A 22 ans, sa marge de progression est encore très importante et tout Anderlecht attend de lui l'éclosion définitive en 2010-2011. Physiquement, malgré son 1m82, il est plutôt d'un gabarit léger (à peine 70 kilos). Sa masse musculaire doit encore se développer mais les quelques kilos de muscles supplémentaires ne doivent pas nuire à sa vitesse sur les premiers mètres. Dans les duels, il pourrait alors mieux résister aux chocs quand il tombe sur des joueurs très costauds dans les duels. Avec les qualités qui sont les siennes, il manque cruellement de constance et de régularité. Sa remise en question doit être plus performante et bouder, quand on n'est pas titulaire, ne sert strictement à rien. Bref, il doit encore progresser d'un point de vue mental. Dans les frappes en force et dans les longues transmissions, il maîtrise moins bien le pied gauche que le droit même si beaucoup de joueurs donneraient cher pour avoir un deuxième pied du même niveau que le sien. Malgré une bonne taille et une bonne détente, il manque de présence dans le jeu de tête. Il préfère recevoir le ballon dans les pieds plutôt que de s'engager dans des duels aériens face à des défenseurs qui, eux, raffolent de ce genre de confrontations. Il contourne le vrai face- à-face en coupant les trajectoires grâce à son explosivité. Son travail en perte de balle est assez passif. Il se contente d'un recul-frein et d'une couverture, sans trop s'époumoner, derrière l'attaquant central. Quand il récupère le ballon, c'est plus souvent grâce au travail de ses partenaires que par sa propre action. L'Argentin fait parfois preuve d'un excès d'individualisme, comme beaucoup d'amoureux du ballon. Dans le futur, il devra gérer ce petit défaut, sans brider sa créativité, pour atteindre son meilleur rendement. Quoi qu'on en dise, ce n'est point chose aisée. C'est un joueur qui n'est pas très polyvalent. C'est à espérer pour lui que son coach continuera à aligner Boussoufa sur le côté gauche, car s'il décidait de replacer le petit Marocain dans l'axe, ce serait probablement à son détriment. Positionner Suarez sur un flanc équivaut à mettre ses défauts en évidence, c'est-à-dire son manque de volume de jeu, surtout en perte de balle.Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi). par étienne delangre