Le haut parleur de Sclessin avait prévenu avant le match contre Bruges : " On vous prépare une petit surprise ". Quelques instants plus tard, un énorme nuage de fumigènes s'éleva devant la tribune des tifos. Une fumée tellement opaque et irritante qu'il fallut patienter de longues minutes pour que le match débute enfin. Au total, on avait une quinzaine de minutes de retard étant donné que le coup d'envoi avait déjà été postposé du fait des problèmes de circulation auto...

Le haut parleur de Sclessin avait prévenu avant le match contre Bruges : " On vous prépare une petit surprise ". Quelques instants plus tard, un énorme nuage de fumigènes s'éleva devant la tribune des tifos. Une fumée tellement opaque et irritante qu'il fallut patienter de longues minutes pour que le match débute enfin. Au total, on avait une quinzaine de minutes de retard étant donné que le coup d'envoi avait déjà été postposé du fait des problèmes de circulation autour du stade... Dominique D'Onofrio aurait sans doute voulu que l'écran de fumée subsiste devant son but pendant tout le match... " On a encaissé le coup et maintenant il va falloir redresser la tête mais tout le monde sait que ce n'est pas facile au Standard ", grimaça-t-il après la partie. Normal qu'un entraîneur ne soit pas heureux après une telle raclée à domicile, mais restons calmes. Les Brugeois ont fait 1-2 alors que le Standard dominait son adversaire et chatouillait les poteaux du but de Tomislav Butina. Mais à la 61e minute, ce fut Gaëtan Englebert qui marqua et la dernière demi-heure vit les Rouches complètement s'effondrer. D'Onofrio parle de manque de combativité et d'agressivité, mais comment peut-il s'attendre à ce que son équipe (surtout son entrejeu) tienne le coup pendant 90 minutes face à un ensemble brugeois toujours aussi bien balancé et ne perdant jamais les pédales ? " On avait l'impression qu'ils avaient toujours un joueur de plus que nous autour du ballon ", disait Vedran Runje. Le jeu de Trond Sollied, c'est ça, précisément. On le sait depuis longtemps. C'est normal de s'écrouler quand on court toujours après le ballon et les événements. Et si le Standard a été en position de prendre l'avantage en deuxième mi-temps, c'est essentiellement dû au labeur incessant de ce fantastique joueur qu'est Sergio Conceiçao, sans aucun doute la plus belle attraction individuelle de la D1 qui se dépense sans compter. Il a aussi failli saccager la salle de presse de Sclessin après le match quand le responsable de celle-ci û Luc Boirs, un ancien dirigeant du FC Liégeois û empêcha la femme du joueur d'y passer. Une algarade intra muros qui prouve la frustration des Rouches qui marquent un peu le pas. Mais est-ce anormal quand on constate le nombre de blessures (après Conceiçao et Wamberto, c'est au tour de Sambegou Bangoura) et le renvoi d' AlexandrosKaklamanos ? (J. Baete)