Samedi en fin d'après-midi à Sclessin, les arbitres n'avaient pas d'oreillettes (d'ailleurs, c'est nul de n'équiper que trois équipes d'officiels !) mais c'est surtout leur vue qui aurait eu besoin d'être aidée. Le Standard a bénéficié d'un penalty, mais aurait dû en avoir au moins un de plus pour une faute de Tjörven De Brul sur Milan Rapaic. Le Croate s'apprêtait à shooter au but quand le prof de gym de Zulte le retint des deux bras. Suite à une autre phase limite dans le rectangle des Flandriens, Rapaic fut dégoûté au point de demander son remplacement.
...

Samedi en fin d'après-midi à Sclessin, les arbitres n'avaient pas d'oreillettes (d'ailleurs, c'est nul de n'équiper que trois équipes d'officiels !) mais c'est surtout leur vue qui aurait eu besoin d'être aidée. Le Standard a bénéficié d'un penalty, mais aurait dû en avoir au moins un de plus pour une faute de Tjörven De Brul sur Milan Rapaic. Le Croate s'apprêtait à shooter au but quand le prof de gym de Zulte le retint des deux bras. Suite à une autre phase limite dans le rectangle des Flandriens, Rapaic fut dégoûté au point de demander son remplacement. Bizarrement - mais c'est tout à son honneur - Johan Boskamp, le coach du Standard, ne fit pas mention une seconde de ces avatars. Il pesta plutôt contre le non-respect de ses directives par ses joueurs offensifs qu'il voulait plus voir jouer dans la verticalité du terrain : " Mais ils sont attirés par le ballon, jouent latéralement et ne mettent pas les adversaires sous pression. Il aura fallu qu'ils soient menés peu avant la fin pour qu'ils se réveillent ". Boskamp est bourré d'énergie mais en a un peu assez : " Cette histoire dure depuis trois mois... " Il voudrait d'autres joueurs mais ils ne viennent pas et il se force à patienter pour le retour des SergioConceiçao, Igor De Camargo et Oguchi Onyewu. Mais entre les blessures qui ne guérissent pas vite et les transferts surprises, Boskamp sait qu'il n'est sans doute pas au bout de ses peines et insiste pour avoir au moins un avant qui joue haut et profond. Dans les chiffres, c'est un début de saison catastrophique : 2 points sur 12 en championnat et 3/18 si on compte les deux matches européens... Bref, les réactions commencent à tomber au sein du club et elles sont acerbes, du type - Le message du coach ne passe pas. Certains reprochent aussi au Hollandais de se plaindre de son noyau, rappelant que c'est une chose que n'a jamais faite son prédécesseur Dominique D'Onofrio. On a parfois l'impression que Boskamp a signé au Standard sur un malentendu, mais il est vrai, aussi, que des éléments négatifs ont encore rendu plus criante la manière particulière dont le club est géré. Et du coup, les Rouches constituent la plus grosse déception du premier mois de compétition. Vendredi après-midi, le Comité Olympique Belge a invité pour son centième anniversaire tous ses olympiens encore vivants. Du tout beau monde, évidemment, avec un bémol ahurissant : la Belgique, pays de football, n'est plus fichue d'envoyer un 11 aux JO. Présent, le président de l'Union Belge François De Keersmaecker le déplorait et entendait mettre à profit l'aide financière du Comité International Olympique : " On a failli participer aux derniers Jeux. Il s'en est fallu de peu, mais je ne me voile pas la face. Les Jeux se déroulent toujours quand les clubs ont besoin de tous leurs joueurs. Ce ne serait pas simple "... Mais sa première mission est de redonner une nouvelle image à l'Union Belge, effritée suite aux non-résultats des Diables Rouges et au scandale des matches truqués. De Keersmaecker veut mettre la pression sur le procureur fédéral René Verstringhe afin qu'il précise d'urgence (via une grande conférence de presse) où l'Union Belge se situe par rapport aux chinoiseries : " En attendant le procès et ses condamnations, il faut rafraîchir la mémoire des gens ". De quoi préparer le grand public à ce que la fédération prenne des mesures de suspensions de clubs qui jouent actuellement en D1 ? C'est possible. En attendant, une nouvelle ventouse de la pieuvre tricheuse s'est placée sur le foot belge. Des organisateurs internationaux de paris ont décidé juste avant le match de suspendre les mises d'Achnas-Roulers en Coupe de l'UEFA car une écrasante victoire chypriote était trop évidente. Et Roulers a bien perdu 5-0 de façon surprenante...par john baete