Lors de la dernière journée du premier tour, Ralf Rangnick (46 ans) était encore pessimiste. En réalisant un match nul 1-1 contre Fribourg, Schalke 04 avait cédé la première place à son concurrent, le Bayern. " Mais si nous terminons deuxièmes et qu'ainsi, nous assurons notre qualification pour la Ligue des Champions, je serai quand même content ", s'était consolé l'entraîneur dans les colonnes du Kicker.
...

Lors de la dernière journée du premier tour, Ralf Rangnick (46 ans) était encore pessimiste. En réalisant un match nul 1-1 contre Fribourg, Schalke 04 avait cédé la première place à son concurrent, le Bayern. " Mais si nous terminons deuxièmes et qu'ainsi, nous assurons notre qualification pour la Ligue des Champions, je serai quand même content ", s'était consolé l'entraîneur dans les colonnes du Kicker. Trois mois plus tard, il peut à nouveau rêver du titre : son équipe a vaincu le Bayern 1-0 et a, sur papier, un calendrier plus facile que l'équipe d'étoiles de Felix Magath. Ce serait le premier sacre national depuis 1958. Hasard ou non, c'est l'année de naissance de Rangnick. Les Königsblauen se rappellent évidemment la saison 2000-2001 : sous la direction de Huub Stevens, il avait perdu le championnat in extremis. Cette saison encore, la lutte sera sans doute passionnante jusqu'à la dernière journée. Pour l'heure, l'optimisme règne en maître chez l'employeur de Sven Vermant, redevenu titulaire depuis peu. Rangnick ne cache pas son assurance. " A domicile, le Bayern peut battre tout le monde, sauf nous ", a-t-il signalé au quotidien Die Welt. " le fait que le Bayern reste engagé sur trois fronts joue en notre faveur car il va perdre des points. En déplacement, le Bayern est plus fragile. Nous devons pleinement exploiter cet avantage ". Ebbe Sand, un des derniers joueurs à avoir vécu la déception terrible de mai 2001, partage les sentiments de l'entraîneur. " Nous sommes simplement plus forts que le Bayern. Mon contrat prend fin en 2006. D'ici là, nous serons champions au moins une fois ", a annoncé l'avant danois. Ailton, champion d'Allemagne la saison passée avec le Werder Brême, ne pratique pas davantage la langue de bois. " Pour le moment, nous sommes les meilleurs ". La perle revient au manager Rudi Assauer. " Je n'ai encore interdit à personne de devenir champion ". (F. Vanheule) LE BORUSSIA DORTMUND a évité la faillite de peu. Molsiris, le principal propriétaire du Westfalenstadion, a accepté le plan d'assainissement. On a réalisé une injection de neuf millions d'euros dans le club. STEFFEN KARL, un ancien professionnel, a avoué avoir proposé entre 15.000 et 20.000 euros au gardien d'Energie Cottbus mais celui-ci a refusé de vendre le match. Karl, immédiatement limogé par Chemnitz (D3) a négocié au nom d'Ante S. , un Croate considéré comme le principal suspect dans l'affaire de corruption Robert Hoyzer. OLIVER NEUVILLE ('Gladbach) a été rappelé en équipe nationale par Jürgen Klinsmann pour le match contre la Slovénie. BUTEURS : 1. Mintal (Nuremberg) 21 buts ; 2. Buckley (Bielefeld) 15 ; 3. Ailton (Schalke), Berbatov (Leverkusen), Klose (Brême), Makaay (Bayern), Marcelinho (Hertha BSC) 12. F.Vanheule