La semaine dernière, lors du match retour de Coupe UEFA face aux Polonais de Wisla Cracovie, les Königsblauen ont encore établi un record. Leur revers 1-4 est leur plus lourde défaite à domicile sur le plan européen. La précédente (1-3 face au 1. FC Magdebourg) remontait à la saison 1977-1978.
...

La semaine dernière, lors du match retour de Coupe UEFA face aux Polonais de Wisla Cracovie, les Königsblauen ont encore établi un record. Leur revers 1-4 est leur plus lourde défaite à domicile sur le plan européen. La précédente (1-3 face au 1. FC Magdebourg) remontait à la saison 1977-1978. Ce n'est que la cinquième défaite à domicile depuis les débuts de Gelsenkirchen en Coupe d'Europe, en 1958-1959. Le club a été battu par Majorque (0-1), Arsenal (2-3) et le Panathinaikos (0-2), durant la seule saison 2001-2002. Schalke 04 a déjà disputé 65 matches européens.L'équipe de Marc Wilmots, qui livrait son dernier match européen, de Sven Vermant, Nico Van Kerckhoven et Emile Mpenza entamait le retour dans des conditions idéales, ayant réalisé un nul en Pologne, mais Cracovie a mieux exploité ses occasions et s'est méritoirement imposé dans l'Arena Auf Schalke. Rudi Assauer avait insisté sur l'importance d'être européen au printemps mais l'équipe de Frank Neubarth s'est laissé surprendre. "éa fait mal. Il n'y a qu'un mot pour décrire ce qui s'est produit: c'est un blâme. Nous avons sombré", a bredouillé Ebbe Sand, terriblement déçu, devant les caméras, avant de regagner le vestiaire en trombe. Il a communiqué le sentiment général de Schalke 04, qui a également été éliminé de la Coupe d'Allemagne par le Bayern. Le club doit reporter tous ses espoirs sur la Bundesliga. Las, Schalke n'a pas réussi à gagner un seul des neuf derniers matches à domicile, ce qui suscite le mécontentement général. Rudi Assauer le décrit en ces termes: "La déception est terrible. Elle est aussi profonde qu'en mai 2001, quand nous avons dû céder le titre au Bayern, dans les arrêts de jeu". Les supporters ont trouvé un bouc émissaire en la personne de Frank Neubarth. On lui reproche un manque de discipline et de psychologie. Comme le manager, il a déjà eu des frictions avec Jorg Böhme, l'enfant terrible, et ne parvient pas à lancer le moteur. L'héritage de Huub Stevens est difficile à assumer. (F. Vanheule)