P ompes funèbres Aloys Nong & Co. C'est un Camerounais qui a achevé de visser le couvercle du cercueil de RonJans. Deux buts dans les dernières secondes, Mons qui tient sa grosse perf sous l'ère EnzoScifo et le coach du Standard dégommé le lendemain.
...

P ompes funèbres Aloys Nong & Co. C'est un Camerounais qui a achevé de visser le couvercle du cercueil de RonJans. Deux buts dans les dernières secondes, Mons qui tient sa grosse perf sous l'ère EnzoScifo et le coach du Standard dégommé le lendemain. Les Africains à Mons, c'est une longue et riche histoire. Le club en a déjà aligné une quarantaine en D1. Certains sont passés inaperçus, d'autres se sont bien plantés alors qu'ils avaient des références, d'autres encore ont rapporté gros. Retour sur 10 réussites. (2003-2008).Il est presque double mètre, il parle (bien) et il sait même jouer au foot. Ce Togolais, arrivé chez nous comme réfugié politique, fait le ménage derrière, est plus d'une fois cité dans nos meilleurs clubs mais s'éternise finalement dans le Hainaut. En pleine période montoise, il participe même à la Coupe du Monde en Allemagne, on croit rêver ! En défense centrale, il s'accommode de toutes les cultures : avec des Italiens ( AlbertoMalusci, RobertoMirri), un Brésilien ( AdrianoDuarte) ou un Croate ( IvanMilas), Nibombé fait toujours le taf. A l'interview, c'est un régal. Son dada : sortir et commenter des proverbes de son pays. A mourir de rire. Dans le vestiaire aussi, il met l'ambiance. He can not be serious... La suite de son parcours est aussi étonnante que le personnage, avec notamment des passages à Timisoara et à Bakou. Et depuis quelques jours, c'est en Malaisie qu'il poursuit sa route ! Nibombé dans Sport / Foot Mag : " Contre la France au Mondial, j'ai affronté mon idole, Vieira. Je voulais lui demander son maillot à la fin du match mais quand je l'ai vu sortir en cours de jeu, je me suis dit : -Non, c'est pas vrai, fais pas ça Domenech s'il te plaît. "(2004-2005 ; janvier 2007-2008)Le bilan en un mot du championnat 2004-2005 pour Mons : catastrophe. Partout : sur le terrain et en dehors. Les conneries à répétition de SergioBrio, son C4, le séjour aussi abrégé de JosDaerden, des relations électriques dans le vestiaire à cause d'un déferlement de fortes têtes. Juste un motif de satisfaction : dans cette équipe qui termine à la dernière place, AliyuDatti a marqué 14 buts. Il est aussi le meilleur donneur d'assists. On commence à comprendre un peu pourquoi l'AC Milan l'a transféré quand il était gosse, pourquoi le Standard lui a ensuite donné sa chance. La suite : le Nigérian fait le flop à Gand et à Zulte Waregem. Il revient à Mons en janvier 2007. De quoi se demander si ce n'est pas plutôt un sosie de l'ex-buteur. Il n'en touche plus une, dispute une vingtaine de matches en un an et demi et ne met pas une seule balle au fond. Datti dans Sport / Foot Mag : " Mon coéquipier NicolasGoussé joue un peu dans le même registre que ZvonimirBoban que j'ai côtoyé à Milan. "(2006-2009)Un back qui joue au foot et dégouline de technique, ça ne se croise pas tous les jours. FadelBrahami fait partie de cette espèce rare. Après sa révélation à La Louvière suite à quelques mois sans club (ère AlbertCartier / StéphanePauwels), il confirme à Mons. Il est le DevosLemmens du Tondreau : bon à toutes les sauces (ligne arrière, ligne médiane, gauche, axe, droite, rôle purement défensif ou mix défense / attaque). En trois ans, il soigne ses stats : 86 matches, 9 buts, 10 assists. Son tir puissant et précis ne vaut pas celui de RobertoCarlos mais ce n'est pas mal quand même. Son regard noir en fait aussi un leader (pas très bavard) du vestiaire. L'histoire retiendra par ailleurs que GeorgesLeekens fut le premier à lui donner sa chance en équipe d'Algérie. Brahami dans Sport / Foot Mag : " Avec Cartier, tout se fait au pas de charge. Nous ne pouvons jamais marcher, nous devons au minimum trottiner. Même les rassemblements doivent se faire très vite. "(2006-2009)" Je ne suis pas un méchant à la base, je suis simplement un bagarreur qui veut tout gagner " : le Tunisien crève de faim quand il débarque à Mons. Premier défi : gagner son duel avec EricRabesandratana pour la place de médian défensif. Un duel entre deux ex du PSG. Ragued le remporte. Comment il a pu quitter Paris (où il a côtoyé JayJayOkocha et NicolasAnelka, où LuisFernandez lui a offert son premier contrat pro) pour Mons ? Il explique directement qu'il avait l'impression d'être en cage dans le club de son c£ur où on ne lui faisait pas confiance pour la Ligue 1. Il éclate vite chez nous et justifie sa réputation de chien fou. Chaque week-end, il met le pied. En trois saisons, il collectionne plus de 20 cartes jaunes et se fait exclure quatre fois. Mais son apport technique et physique lui vaut une grande distinction. Ragued dans Sport / Foot Mag : " Je n'ai pas le droit de ne pas me casser le cul pour ce club qui m'a fait confiance. "(janvier 2006-2007 ; janvier 2008-janvier 2009)Genk, Club Bruges, Eupen chez nous. Bucaspor en Turquie. Il n'y a finalement qu'à Mons que MohamedDahmane (aujourd'hui à Constantine dans le championnat d'Algérie) a su faire de bonnes choses en D1. Il a aussi été un grand artisan de la remontée en 2005-2006. 22 buts en 60 matches avec les Dragons, c'est une bonne moyenne car il n'est pas toujours aligné dans une position de pur attaquant. C'est sur les flancs que ce footballeur un peu génial par moments réussit ses plus beaux mouvements. Dans le vestiaire, il est moins brillant. Dahmane, c'est un caractère hyper sympathique et chaleureux en dehors des stades mais un fouteur de merde plus souvent qu'à son tour quand il est en habit de joueur. Ces derniers mois, il a fait plusieurs fois le forcing pour revenir à Mons mais la direction a tenu bon : " On a déjà donné. " Dahmane dans Sport / Foot Mag : " J'ai l'impression d'avoir apporté ma pierre à la ville de Maubeuge qui baigne dans le chômage et la délinquance. "(depuis 2009)Toute la ville se souvient du duo CédricRoussel (22 buts) - Jean- PierreLaPlaca (11 assists) en 2002-2003, première saison en D1 de l'histoire de Mons. En 2011-2012, les pourvoyeurs de JérémyPerbet sont TimMatthys et PitchouMatumonaZola. Ailier international congolais haut comme deux pommes et qui fait 65 kg tout mouillé. Depuis qu'il est au club (deux saisons en D2, puis la D1), il bosse et s'impose. Et dire que pour JohanVermeersch, il était juste bon à grimper aux arbres et à manger des bananes quand il jouait au Brussels. Tous les défenseurs connaissent le style Zola mais il continue à frapper : des dribbles suivis d'un bon centre. Zola est aussi une star en équipe du Congo. Grand fait d'armes : élu trois fois homme du match lors de la CAN 2006. Zola dans Sport / Foot Mag : " Ma femme m'a demandé de me calmer. J'ai déjà arrêté de sortir et de boire. "(2011-2012)Le bilan montois de RachidBourabia : une seule saison, et encore, pas complète. Dès qu'il débarque de Waasland-Beveren où il a passé quatre ans en D2, il est bien connu. Dans le tour final, quelques semaines plus tôt, il a été intenable et a failli priver Mons de la montée. Directement, il prend sa place dans l'entrejeu, il est un des piliers de DennisvanWijk. L'arrivée d' EnzoScifo change tout pour lui. Les deux hommes ne se comprennent pas, le Marocain fait connaissance du banc et il part au Lierse pendant l'été. Dommage parce qu'il a le profil technique d'autres beaux joueurs d'entrejeu qui sont passés par Mons : EricJoly, HocineRagued, FadelBrahami, WilfriedDalmat,... Des footballeurs capables de faire basculer une action sur un petit coup de génie. Bourabia dans Sport / Foot Mag : " Je suis solide sur mes jambes, on me dit que je suis dur à bouger. "(2011-2012)Il est actuellement le meilleur buteur de la D1 avec Oud-Heverlee Louvain et ne fait finalement que prolonger sa bonne saison à Mons. C'est ce club qui lui permet véritablement de s'installer en D1 parce qu'avant ça, il a surtout connu des désillusions en Belgique : à Beveren, à Courtrai, à Malines. Ce citoyen du monde (naissance en Gambie, enfance et adolescence en Allemagne, débuts pros en Pologne) n'avait rien contre une prolongation de son séjour à Mons, la direction tenait à le conserver, EnzoScifo en faisait une priorité. Ce sont les gros sous qui ont tout gâché : Courtrai (qui l'avait prêté) demandait beaucoup d'argent pour son transfert définitif et OHL lui proposait un salaire bien plus attrayant. C'est la perte de l'été. On ne sait pas comment Scifo aurait arrangé ses pions, mais un trio JérémyPerbet / AloysNong / IbouSawaneh aurait fait très mal. Sawaneh dans Sport / Foot Mag : " J'ai des caractéristiques allemandes mais mes origines gambiennes sont plus fortes. Je vois les bonnes choses de la vie plutôt que de me concentrer sur ce qui ne va pas. "(2008-2011 ; depuis janvier 2012)Ça a été les vacances ? C'est une question qu'on pourrait lui poser. Flash-back. Le Gambien fait un tabac avec Mons l'année de la remontée (2010-2011, 22 buts). Il est la star offensive de l'équipe avec JérémyPerbet. Il peut rester mais préfère s'en aller au Canada. Si on jouait au foot là-bas, ça se saurait. Il n'y reste qu'une demi-saison, assez pour amocher son corps : quand il revient se présenter dans le Hainaut en janvier 2012, " il traîne une caravane ", comme nous l'a dit récemment le conseiller sportif DimitriMbuyu pour illustrer son surpoids. Jarju ( Djardjou, comme dit Rodrigo Beenkens en insistant sur les Dj) occupe souvent une position axiale, il désarçonne des axes centraux, donne des ballons de but et marque lui-même. On a du mal à le croire quand on compare avec les matches en dessous de tout qu'il a joués au deuxième tour de la saison dernière. La caravane semblait juste bonne pour la casse. Jarju dans Sport / Foot Mag : " Mon expérience au Canada a été enrichissante, j'ai joué contre le Manchester City de VincentKompany, contre le LA Galaxy de DavidBeckham et le New York Red Bull de ThierryHenry. "(depuis janvier 2012)Pendant ses premiers mois à Mons, on se pose la même question à son sujet qu'à propos de Jarju : c'est quoi pour un transfert ? AloysNong rappelle qu'à part quelques gros matches de play-offs avec le Standard, il n'a jamais fait partie de l'ultra-top des attaquants de notre championnat. Aujourd'hui, on corrige. Depuis le début de la saison, il est intenable. Il dit qu'il peut jouer et être efficace aux côtés de JérémyPerbet ; le jour où EnzoScifo aura trouvé la bonne formule, ça risque de faire très mal. Nong dézingue aussi à l'interview : il n'a toujours pas digéré les moments difficiles de son séjour au Standard et le fait qu'on l'ait poussé vers la sortie. Après la récente victoire face aux Rouches, il a lancé : " La direction est incompétente. " En plus d'être bon sur le terrain, il voit clair. Nong dans Sport / Foot Mag : " Mons était le seul club qui pouvait accepter AloysNong dans l'état de forme dans lequel il était ! "PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS : IMAGEGLOBE