J'ai aimé La confirmation de Mirallas

Propos recueillis par Daniel Devos
...

Propos recueillis par Daniel DevosVoilà un jeune garçon qui explose depuis l'Euro Espoirs. Pour avoir assisté à l'inauguration du tout nouveau centre de formation du LOSC, situé à Bailleux, à seulement 300 mètres de la frontière belge, la semaine dernière, je dois avouer que cela ne m'étonne pas. La reconversion d'une ancienne ferme-château a débouché sur un complexe ultra-moderne, comprenant une dizaine de terrains d'entraînement qui ressemblent à des billards. Lorsque je vois cela, je me dis que je suis né trop tôt. Ce centre a coûté une fortune, mais en France, au moins, l'Etat réinvestit une partie des impôts dans le sport. Sans avoir l'air d'y toucher, le Cercle a déjà engrangé quatre victoires. Le vent de fraîcheur qui souffle sur le championnat de Belgique provient de la Venise du Nord. Glen De Boeck est une véritable révélation comme entraîneur. Je décèle un bon esprit et une ligne de conduite dans ce groupe. Espérons qu'Oleg Iachtchouk soit enfin épargné par les blessures et puisse disputer une saison complète. Après avoir perdu un point dans les arrêts de jeu contre Anderlecht, les Yellow Reds en ont cette fois gagné un. Ils ont eu le mérite de continuer à y croire alors qu'ils étaient menés 0-2, même si le penalty qui leur permet d'égaliser est un peu tiré par les cheveux. C'est dommage pour Mouscron, qui m'a bien plu également. Jusque là, les Hurlus avaient livré le match qu'il fallait. Mais il était dit que, cette semaine, il ne faisait pas bon mener 0-2. Après la débâcle enregistrée au Cercle (4-1), les hommes de Sollied ont relevé la tête face au Standard. Le retour de Bernd Thijs n'y est pas anodin : élu homme du match, l'ex- Rouche a prouvé qu'il avait toujours de l'or dans les pieds. De son côté Michel Preud'homme a aussi réussit son coup avec la titularisation d'Igor De Camargo. Et pour ceux qui pensaient que le noyau du Standard était trop restreint, Preud'homme a apporté un autre élément de réponse avec Grégory Dufer. Je n'ai toujours pas compris le remplacement de Mirallas au Kazakhstan. On s'est retrouvé avec le seul Moussa Dembele - un milieu offensif - devant. Cette frilosité avait déjà failli être fatale contre la Serbie, le mois passé. Si certaines choses peuvent être pardonnées à Maître René, là il devient impardonnable. C'est lui, et lui seul, qui a exclu les Diables Rouges de l'Euro 2008. On se retrouve avec ce paradoxe d'avoir des jeunes joueurs modernes, parce que formés à l'étranger, coachés par un entraîneur ultra-conservateur issu de la vieille école. On annonce une D2 à 18, avec Namur, et deux jours plus tard, voilà Geel qui refait son apparition. En attendant, qui sait, que Dessel s'ajoute cette semaine ? Il est temps que la fédération élabore des lois qui ne permettent plus aux avocats de se gargariser. Lorsque je me rends à l'étranger, je ne suis plus fier d'être Belge. Je n'arrête plus d'entendre : " Que se passe-t-il chez vous ? Plus de gouvernement et un football qui perd la tête... "Deux candidats au titre ont passé une mauvaise soirée. Perdre deux points à domicile, contre des équipes moyennes, c'est impardonnable. Surtout lorsqu'on a, en principe, fait le plus difficile en ouvrant la marque. Au Kiel, j'ai vu un arbitre distribuer dix cartons jaunes et énerver tout le monde. Le but à atteindre, c'est au contraire d'en donner un seul, afin que tout le monde se calme ! Patrick Nys n'avait, dit-il, jamais vu cela. A 38 ans, il devrait pourtant savoir qu'une faute de main hors du rectangle équivaut à un carton rouge. Alan Haydock a beau prétendre que la bonne volonté était présente, cela ne suffit pas. Il faut aussi une ligne de conduite. Ils hésitent à prendre Wamberto ? Moi, je le prendrais les yeux fermés !