Finale de la Coupe de l'UEFA à Glasgow entre le FC Séville et l'Espanyol de Barcelone. Juande Ramos et Ernesto Valverde le coach de l'équipe catalane, avaient choisi d'évoluer en 4-4-2 et le second nommé avait décidé de laisser sur le banc WalterPandiani, le meilleur buteur de la compétition avec 11 buts et auteur d'un hat-trick trois jours plus tôt contre le Real. Valverde n'a pas changé son occupation de terrain, même au moment de lancer son buteur (56e minute) et ce n'est que suite à l'exclusion de MoisesHurtado (68e, peut-être le tournant du match) que le coach a été contraint d...

Finale de la Coupe de l'UEFA à Glasgow entre le FC Séville et l'Espanyol de Barcelone. Juande Ramos et Ernesto Valverde le coach de l'équipe catalane, avaient choisi d'évoluer en 4-4-2 et le second nommé avait décidé de laisser sur le banc WalterPandiani, le meilleur buteur de la compétition avec 11 buts et auteur d'un hat-trick trois jours plus tôt contre le Real. Valverde n'a pas changé son occupation de terrain, même au moment de lancer son buteur (56e minute) et ce n'est que suite à l'exclusion de MoisesHurtado (68e, peut-être le tournant du match) que le coach a été contraint de revoir son dispositif et d'enlever son attaquant capitaine RaulTamudo pour mettre le milieu de terrain Jesus MariaLacruz. Séville n'a pas reproduit le jeu pétillant qu'on lui connaît et il doit une fière chandelle à son gardien AndresPalop, auteur de l'assist sur le but d'ouverture d' Adriano, avec une fabuleuse relance à la main, et réalisant quelques saves durant le match. Impuissant sur les deux buts (ballons déviés par ses propres défenseurs), il fut décisif lors de la séance de tirs aux buts en détournant trois essais sur quatre. On remarquera principalement que l'entraîneur andalou fait jouer à plein la très grande polyvalence de ses joueurs. L'arrière latéral droit DanielAlves, souvent mis en difficulté par AlbertRiera - notamment sur le premier but catalan -, était un peu esseulé sur le flanc droit avec la position très rentrante du demi droit JoséLuisMarti. C'est pour cette raison que le coach a enlevé à la mi-temps EnzoMaresca pour le remplacer par JesusNavas, véritable joueur de flanc, et repositionner Marti dans l'axe devant le demi récupérateur ChristianPoulsen. L'entrée de Navas a non seulement dédoublé le flanc droit en perte de balle mais son positionnement très écarté a aussi bloqué les sorties d'Alves. Ce dernier s'est alors concentré un peu plus sur son travail défensif, chose qu'il n'avait pas du tout assumée dans les 45 premières minutes. A la 64e minute, le remplacement de LuisFabiano par AleksandrKerzhakov se fait poste pour poste mais c'est surtout lors du troisième changement que la polyvalence du groupe va jouer son rôle. L'entrée de Renato pour le buteur Adriano va complètement chambouler les positions de plusieurs joueurs. Renato reprend le rôle de Marti, celui-ci recule à la place de Poulsen, qui, lui aussi, recule en défense centrale à la place d' IvicaDragutinovic. L'ex-Standardman glisse alors à l'arrière gauche et pousse AntonioPuerta à la place du sortant, Adriano ! Tout démarre par une stupide perte de balle au niveau du rond central de Pandiani à 20 secondes de la fin de la première prolongation. Le ballon est récupéré par Renato qui ouvre à gauche vers Puerta qui lui rend le ballon. Renato donne à Alves qui aurait dû être marqué par Pandiani (qui s'est arrêté !), petit une/deux avec FrédéricKanouté et ouverture d'Alves vers Navas. Celui-ci centre entre les jambes de DavidGarcia et le buteur franco-malien coupe la trajectoire du ballon pour tromper GorkaIraizoz dans un trou de souris au premier poteau. A noter, l'erreur de DanielJarque, qui lâche complètement son marquage sur Kanouté pour attaquer Alves alors que Riera est là pour faire ce job. MarcTorrejon, est trop tard pour empêcher le grand Frédéric de conclure. etienne delangre