Après deux saisons de purgatoire, le Great Old a rejoint l'élite, avec des ambitions limitées. Assurer le maintien lui suffisait. Regi Van Acker, son entraîneur, effectuait ses débuts en D1. Il a d'abord tâtonné, comme l'équipe. Le noyau rouge et blanc était un mélange de jeunes talents du cru, de talents de D2, de quelques éléments expérimentés et d'une série de nouveaux étrangers. L'Antwerp a connu un départ difficile et semblait condamné à une saison pénible mais il a placé un sprint décisif juste avant la fin du premier tour, face à des concurrents directs et il a émergé de la zone rouge. ...

Après deux saisons de purgatoire, le Great Old a rejoint l'élite, avec des ambitions limitées. Assurer le maintien lui suffisait. Regi Van Acker, son entraîneur, effectuait ses débuts en D1. Il a d'abord tâtonné, comme l'équipe. Le noyau rouge et blanc était un mélange de jeunes talents du cru, de talents de D2, de quelques éléments expérimentés et d'une série de nouveaux étrangers. L'Antwerp a connu un départ difficile et semblait condamné à une saison pénible mais il a placé un sprint décisif juste avant la fin du premier tour, face à des concurrents directs et il a émergé de la zone rouge. Patrick Goots a inscrit plusieurs buts décisifs à ce moment. Lorsqu'il a connu un passage à vide, à la reprise, le Coréen Seol a repris le flambeau. Encore jeune, il a eu besoin d'un certain temps pour trouver ses marques. Ensuite, il s'est mué en buteur froid. Le Marocain Zyatti, plutôt amoureux du ballon, est devenu un bon passeur. Van Acker n'a pas eu peur de changer son fusil d'épaule en cours de saison. En D2, l'Antwerp était une équipe dominante, qui alignait de nombreux éléments offensifs et marquait beaucoup. A l'échelon supérieur, il a connu moins de réussite et au bout d'un certain temps, l'équipe s'est repliée, l'entrejeu a été étoffé et l'Antwerp a retrouvé son football de contre. Les statistiques démontrent d'ailleurs que l'équipe a davantage marqué en déplacement.L'Antwerp a dû trouver ses marques dans l'axe de la défense. Campara ne s'est pas imposé au plus haut niveau, le jeu était parfois trop rapide pour Van Britsom tandis que le duo Da Silva-Zyatti n'était pas complémentaire, malgré la qualité des deux joueurs. Après sa fracture de la jambe, Verbeeck a éprouvé des difficultés à retrouver son niveau d'antan. Dans le but, l'Antwerp a hésité toute la saison. Parizek et Mampaey ont soufflé le chaud et le froid. Le troisième gardien, Alexander Klak, est le meilleur, sur papier, mais il est doté d'un tel caractère qu'il est entré en conflit avec l'entraîneur et avec ses coéquipiers. On saura la saison prochaine si Klak, qui a disparu de la scène depuis deux ans, est capable de revenir, avec un nouvel entraîneur. L'équipe n'a réalisé qu'un seul coup d'éclat dans les affiches, au Standard, en fin de championnat. L'Antwerp a perdu ses deux derbies face à un GBA un rien plus fort et il a été éliminé de la Coupe de Belgique, ce qui a rendu le second tour un brin monotone. Le retour de Luke Chadwick à Manchester United, après le premier tour de la Ligue des Champions, a privé l'Antwerp d'un joueur qui apportait un plus. Son "remplaçant", O'Shea, un défenseur central, a été utile mais nettement moins spectaculaire. L'entraîneur s'en va. Il sera sans doute remplacé par De Roeck, la révélation de l'année. O'Shea s'en va aussi. Seol va vivre une année chaotique, car l'équipe nationale de Corée du Sud a programmé énormément de stages de préparation à la Coupe du Monde, Goots ne rajeunit pas, Da Silva veut partir... Les premiers entraînements seront difficiles. Manchester United a promis trois joueurs, avant le debut de la préparation, afin que l'entraîneur puisse rôder l'ensemble mais le Great Old va sans doute vivre une année difficile, le rapport qualité-rendement ayant été élevé cette saison. Peter T'Kint